Hélène Rabaey, Entre autorités alléguées et autorités tues : les enjeux de la citation dans les commentaires aux Évangiles du bénédictin Juan de Robles.

Aux alentours de 1540 et jusqu’à 1558, Juan de Robles travaille, en Espagne, à une traduction commentée des quatre Évangiles en castillan. Il souhaite mettre à la disposition de tous les chrétiens le texte de base du christianisme en explicitant chaque verset. Il s’agit donc de produire une traduction et un commentaire destinés à un public large et pensés pour une diffusion importante par le biais de l’imprimerie.

Dans cet ouvrage la question des autorités est omniprésente avec une accumulation de références aux docteurs de l’Église et à leurs interprétations du texte biblique que nous trouvons à chaque instant et, parallèlement, des citations bibliques sont mobilisées pour confirmer l’interprétation donnée à un passage.

Dès le prologue Robles nous indique qu’il suivra dans son exposition les « docteurs anciens » :

“Para declaración de lo que Christo o su evangelista quisieron dezir, sigo ordinariamente los doctores antiguos porque, como en tiempo y en sanctidad estuvieron más cerca de Christo, es de creer que acertaron mejor que los que en todo estamos tan lexos dél.”

Mais il nous dit aussi qu’il offrira aux lecteurs une diversité d’interprétations pour que ceux-ci puissent lire toutes les expositions des docteurs catholiques ou les principales :

“Y porque muchas vezes dize un evangelista lo que otro, y los doctores lo exponen en diversas maneras, la exposición o commento va en un evangelista conforme a la exposición de algunos doctores, y en otro conforme a la de otros, porque no se canse el lector de leer muchas vezes una cosa, y en un evangelista o en otro se vean todas o las principales exposiciones que los doctores cathólicos hazen de los Evangelios.”

Nous nous interrogerons sur le rôle des autorités dans cet ouvrage.

Il est évident qu’alléguer les docteurs de l’Église permet de mettre en avant l’orthodoxie d’un ouvrage qui, par l’usage de la langue vulgaire dans le domaine exégétique détonne dans le paysage espagnol et européen catholique mais il nous semble que l’intérêt de citer ces autorités avec une certaine exhaustivité montre aussi un objectif plus profond : mettre en avant ce qui réunit les chrétiens en puisant dans une tradition commune et, en produisant différentes interprétations d’un même passage des Écritures par les Pères de l’Église, relativiser les discordes entre les partisans de la Réforme et les défenseurs de l’orthodoxie romaine.

Robles manie avec habileté les références aux autorités. S’il met en avant les noms des docteurs dont il puise les différents commentaires dans la Catena aurea, il tait aussi parfois leurs noms lorsque cela n’arrange pas son propos. Enfin, à côté des sources revendiquées, il en est d’autres qui sont tues comme la traduction de Francisco de Enzinas et les Annotations d’Érasme.

 

Retour au programme