Vladislava Lukasik : Qu’est-ce qu’une cité ? Kourbsky cite Cicéron.

Andreï Kourbsky, ancien capitaine d’Ivan le Terrible, fuit en 1563 la Russie pour passer au service du roi de Pologne. En émigration il commence à produire des traductions et des textes originaux. Ses épîtres au tsar Ivan où il cherche à justifier son acte et à accuser son ancien souverain de représailles sanglantes figurent parmi ses écrits les plus connus. Ils sont construits selon le principe de l’épistolographie humaniste et semblent s’inspirer du manuel d’Erasme, utilisé alors à l’université de Cracovie. La breviloquentia de Kourbsky contraste avec la prolixité du Terrible qui lisait pourtant bien le latin, mais partait d’un autre principe rhétorique en écrivant ses lettres. Dans un de ses messages à Ivan le Terrible Kourbsky mettra un morceau de traduction de Cicéron, histoire d’instruire le tyran aux bons principes du gouvernement. Il s’agit des Paradoxes (Paradoxa stoicorum). C’est dans le stoïcisme de l’orateur romain que Kourbsky trouve des idées qui sont des éléments fondateurs de son mythe personnel, mais qui servent en même temps d’arguments dans la polémique avec le tsar. Le prince fugitif laisse entendre que la Russie Moscovite n’est plus une cité, tout comme la Rome des années 40 avant J.-C. ne l’était plus. Le thème de l’exil exploité par Cicéron sert à étayer l’image d’expatrié que se construit Kourbsky. Pourtant, si la Russie sous sa plume est une cité inexistante,  et qu’Ivan IV ait fermé ses portes comme celles des enfers, Kourbsky se considère comme exilé de la terre de Dieu. L’année même de son arrivée sur le territoire polono-lituanien l’activité jésuite commencera à s’y déployer, et Kourbsky se trouvera dans la necessité de défendre l’orthodoxie dans sa nouvelle patrie. « Serviteur des autres dans le pays des autres », comme il se définira dans une lettre à Ivan IV, se démarquant de ce « chez vous » qu’est désormais pour lui la Russie, il en appelle au sentiment religieux du tsar : « nous nous appelons chrétiens ». Et Kourbsky de se souvenir de la déploration de la cité de Jérusalem et de son Temple pour construire une jérémiade rhétorique sur l’église du corps du tsar, autrefois habitée par le Saint-Esprit, mais désormais profanée.

¿Qué es una ciudad ? Kourbsky cita a Cicerón.

Andreï Kourbsky, antiguo capitán de Iván el Terrible, huyó de Rusia en 1563 para pasar a servir al rey de Polonia. Durante su emigración empezó a producir traducciones y textos originales. Sus epístolas al zar Iván en las cuales intenta justificar su acto y acusar a su antiguo soberano de sangrientas represalias forman parte de sus obras más conocidas. Son construidas siguiendo la preceptiva de la epistolografía humanista y parecen inspirarse en el manual de Erasmo, utilizado por entonces en la universidad de Cracovia. La breviloquentia de Kourbsky contrasta con la prolijidad del Terrible que leían bien el latín, pero que seguía otra preceptiva retórica escribiendo sus cartas. En uno de sus mensajes a Iván el Terrible, Kourbsky insertará un pasaje de traducción de Cicerón, para instruir al tirano en los buenos principios del gobierno. Se trata de las Paradojas (Paradoxa stoicorum). Es en el estoicismo del orador romano que Kourbsky encuentra ideas que se vuelven elementos fundacionales de su mito personal, pero que a la vez sirven como argumentos en la polémica con el zar. El príncipe fugitivo sugiere que la Rusia Moscovita ya no es una ciudad, de la misma manera que la Roma de los años 40 antes de J.-C. ya tampoco lo era. El tema del exilio explotado por Cicerón sirve para sostener la imagen de expatriado que va construyendo Kourbsky. No obstante, si Rusia bajo su pluma es una ciudad inexistente, e Iván IV cerró sus puertas como las del infierno, Kourbsky se considera como exiliado de la tierra de Dios. El mismo año de su llegada al territorio polaco-lituano, la actividad de los jesuitas empezará a desarrollarse, y Kourbsky se verá obligado a defender la ortodoxia de su nueva patria. « Criado de los demás en un país ajeno », como se definirá en una carta a Iván IV, tomando sus distancias con este « en vuestro país » que califica ya para él Rusia, apela al sentimiento religioso del zar : « nos llamamos cristianos ». Y Kourbsky se acuerda de la pérdida de la ciudad de Jerusalén y de su Templo para construir una jeremiada retórica acerca de la iglesia del cuerpo del zar, antiguamente habitada por el Espíritu Sancto, pero ahora profanada.

Retour au programme