Diane Cuny (CESR), Citations, allusions et détournements de l’histoire antique dans le Prince de Machiavel

À partir de trois exemples choisis (Philopœmen, Hiéron et Agathocle), nous nous proposons d’étudier les citations, allusions et détournements de l’histoire antique opérés par Machiavel dans le Prince. Nous cherchons à comprendre à quoi servent au Florentin les références antiques, comment il se positionne par rapport à ces exemples et le lien qu’il entretient avec les sources.

Si on trouve peu de citations explicites des auteurs antiques et que Machiavel est loin d’avoir les habitudes d’un chercheur contemporain qui cite précisément l’ouvrage auquel il se réfère, il est clair qu’il avait lu des auteurs latins comme Tite-Live et Justin et qu’il avait eu accès aux informations contenues dans les Histoires de Polybe selon des modalités que nous connaissons mal.

Un premier rapprochement entre la présentation de Philopœmen au chapitre XIV, 11-13 du Prince avec Tite-Live, XXXV, 28 est l’occasion d’étudier un passage dans lequel Machiavel suit, sans le nommer, Tite-Live d’assez près et développe des idées comparables. Dans cet exemple, il y a coïncidence entre le projet de Tite-Live et celui de Machiavel : les deux auteurs ont pour but de montrer combien l’analyse du terrain est une compétence essentielle à un chef de guerre. Ils admirent tous deux Philopœmen pour sa capacité à anticiper et à ne jamais être pris au dépourvu.

Hiéron II de Syracuse apparaît aux chapitres VI et XIV du Prince. Au chapitre VI, 28, la citation latine de Justin concernant Hiéron (« quod nihil illi deerat ad regnandum praeter regnum ») ne précise pas le nom de l’auteur et il est difficile de savoir si elle correspond à un choix de Machiavel qui avait lu l’ensemble du texte source (Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée, XXIII, 4) ou s’il s’agit d’un apophtegme célèbre que Machiavel aurait pu lire dans un ouvrage de seconde main sans se référer directement au texte. En tout cas, une comparaison entre Justin et l’image que Machiavel donne de Hiéron montre que le Florentin simplifie beaucoup et laisse de côté de nombreux éléments qui intéressaient l’historien latin, par exemple les manifestations surnaturelles, l’aptitude oratoire de Hiéron, sa justice et sa modération dans l’exercice du pouvoir. Des allusions au massacre des mercenaires et à la constitution d’une nouvelle armée semblent indiquer que Machiavel, qui ne lisait pas le grec, a eu accès à Polybe au moins indirectement. Machiavel offre de Hiéron II une présentation partiale et met l’histoire antique au service de ses convictions. Hiéron, qui resta à la tête de Syracuse plus de 55 ans, lui offre un bon exemple de chef ayant su inscrire son pouvoir dans la durée, à la différence, par exemple, de Cesare Borgia. Il incarne ce dont Florence a besoin selon Machiavel : un prince capable de lever sa propre armée contre les envahisseurs et de changer d’alliance, le cas échéant, en fonction du moment opportun.

Agathocle, quant à lui, est évoqué à deux reprises au chapitre VIII et encadre un développement consacré à Liverotto da Fermo, contemporain de Machiavel. Là encore, l’exemple antique est synonyme d’installation d’un pouvoir durable. Si plusieurs échos sont nets entre le texte de Machiavel et l’Abrégé de Justin, Machiavel passe encore une fois sous silence beaucoup d’éléments présents chez Justin, voire propose une autre version des événements, qui n’est pas non plus celle qu’adopte Diodore de Sicile. Il offre une présentation particulièrement synthétique du personnage, centrée sur son ascension, sa prise de pouvoir et l’invasion de l’Afrique. Le jugement porté sur le roi n’est pas exempt de contradictions puisque Machiavel, après avoir présenté Agathocle comme un homme qui « mena toujours, dans tous les âges de la vie, une vie scélérate », le donne comme exemple de personne ayant fait un bon usage de la cruauté en la concentrant au moment de la prise du pouvoir. Si la caractérisation du personnage comme un être scélérat, déloyal, cruel et inhumain est peu étayée, la réflexion sur le maintien au pouvoir d’un être cruel est l’occasion pour Machiavel de réfléchir à la morale d’exception du prince dont la virtù ne coïncide pas nécessairement avec les vertus associées à la morale et à la religion.

Retour au programme