Archives de l’auteur : Marie-Elisabeth Boutroue

Alain Salamagne (Université de Tours – CESR): Le gothique de la Renaissance : une autre retour à l’Antique ?

Erwin Panofsky a de longue date dissocié la Renaissance architecturale du seul apport de l’Italie et les travaux d’Ethan Matt Kavaler dans les années 2010 ont requalifié sous les termes de « Renaissance Gothic » le gothique de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance.

         Si le rapport à l’Antiquité est toujours perçu à partir de la réception des formes à l’italienne, nous voudrions suggérer à travers l’analyse de l’escalier d’honneur de l’aile Louis XII du château de Blois (construit autour de 1500) que des formes particulières du décor architectonique — qui ne participent pas des références romaines —ont pu pourtant être conçues par les constructeurs comme des références aux modèles antiques. Dans un temps où la connaissance de l’histoire ancienne ne passait pas par le seul filtre de la romanité, et même si cette dernière peut réapparaître dans des détails subtils, nous tenterons de démontrer que les constructeurs puisèrent dans le fonds ancien de l’architecture romane identifiée à l’architecture antique les référents de leurs nouvelles formes.

El gótico del Renacimiento : ¿otra vuelta a lo Antiguo ?

Erwin Panofsky disoció tempranamente el Renacimiento arquitectónico del único aporte de Italia y los trabajos de Ethan Matt Kavaler en los años 2010 volvieron a calificar bajo los términos de « Renaissance Gothic » el gótico del final de la Edad Media y principios del Renacimiento.

Si la relación a la Antigüedad es todavía percibida a partir de la recepción de las formas usadas en Italia, quisiéramos sugerir a través del análisis de la escalera de honor del ala Luis XII del castillo de Blois (construido alrededor de 1500) que formas particulares del decorado arquitectónico — que no participan de las referencias romanas —pudieron sin embargo ser concebidas por constructores como referencias a modelos antiguos. En un tiempo en el que el conocimiento de la historia antigua no pasaba por el solo filtro de la romanidad, e incluso si éstas pueden reaparecer en detalles sútiles, procuraremos demostrar que los constructores sacaron los referentes de sus nuevas formas, del fondo antiguo de la arquitectura románica identificada con la arquitectura antigua.

Retour au programme

Martin Morard (CNRS Institut de recherche et d’histoire des Textes – Paris): La Catena aurea au goût du jour ? Citations et réécritures humanistes des traductions médiévales du grec par les éditeurs du XVIe siècle.

La Catena aurea de Thomas d’Aquin  (+1274) – de son vrai nom Expositio continua super Evangelia –  est un commentaire continu des évangiles, élaboré à partir de quelques 12830 extraits d’auteurs ecclésiastiques anciens, latins et grecs. Une part significative d’entre eux a été traduite en latin pour la première fois à cette occasion entre 1261 et 1268, principalement à partir de chaînes patristiques grecques, mais aussi à partir de quelques commentaires originaux. Le genre théologique  de l’exégèse par citations, caractéristique des gloses et chaînes médiévales, doit être compris comme une réception consensuelle et collective des héritages anciens, constitutifs du socle doctrinal qui fonde l’unité de la Chrétienté sacrale. Cette modalité exégétique implique dans sa nature même une “mise à jour” des textes et des sources qui répond aux attentes de la société réceptrice et la reflète en retour. Cette reviviscence, caractéristique fondamentale de toute citation, se prolonge à chaque époque de la réception des textes, que la citation soit isolée ou associée dans un tissu qui la lie à d’autres citations faisant “chaîne”, elle-même porteuse de sens.

La Catena aurea n’a pas échappé à la loi du genre. Chaîne de chaînes et réception de la réception, elle a à son tour fait l’objet à la période humaniste de remaniements de plusieurs ordres qui doivent être compris comme autant de réceptions historiques ; ils concernent 1° le titre même de Catena, inventé dans le dernier tiers du 15e siècle ; 2° l’usage pastoral de la Catena dans le cadre de la prédication ; 3° les remaniements morphologiques et codicologiques que cette évolution a impliqués dans les manuscrits et les éditions de l’époque humaniste; 4°  enfin le texte même des extraits forgés par Thomas d’Aquin et ses collaborateurs, principalement les traductions du grec, qui ont  subi des remaniements orientés en partie par le contexte de la Contre Réforme catholique – plus que par la réaction anti-protestante –   et en partie  par l’intérêt des humanistes pour les textes anciens et leur meilleure connaissance des langues anciennes. 

Retour au programme

¿La Catena aurea al gusto del día ? Citas y reescrituras humanistas de las traducciones medievales del griego por los editores del siglo XVI.

La Catena aurea de Tomás de Aquino  (+1274) – por su verdadero nombre Expositio continua super Evangelia – es un comentario seguido de los Evangelios, elaborado a partir de unos 12830 extractos de autores eclesiásticos antiguos, latinos y griegos. Una parte significativa de entre ellos fue traducida al latín por primera vez con esta ocasión entre 1261 y 1268, principalmente a partir de cadenas patrísticas griegas, pero también a partir de algunos comentarios originales. El género teológico de la exégesis por citas, característica de las glosas y cadenas medievales, debe entenderse como una recepción consensual y colectiva de las herencias antiguas, constitutivas de la base doctrinal que fundamenta la unidad de la Cristiandad sagrada. Esta modalidad exegética implica en su propia naturaleza una “puesta al día” de los textos y de las fuentes que responden a las expectativas de la sociedad receptora y a su vez, de vuelta, la refleja. Esta reviviscencia, característica fundamental de cualquier cita, se prolonga en cada época de la recepción de los textos, que la cita sea aislada o asociada en un tejido que la ata a otras citas formando una cadena que a su vez tiene su propio significado.

La Catena aurea no escapó a la ley del género. Cadena de cadenas et recepción de la recepción, fue objeto, a su vez en el periodo humanístico de reorganizaciones de varios tipos que deben entenderse como distintas recepciones históricas ; conciernen 1° el propio título de Catena, inventado en el último tercio del siglo XV ; 2° el uso pastoral de la Catena en el marco de la predicación ; 3° las remodelaciones morfológicas y codicológicas que esta evolución implicaron en los manuscritos y las ediciones de la época humanística; 4° por fin el propio texto de los extractos forjado por Tomás de Aquino y sus colaboradores, principalmente las traducciones del griego, que sufrieron reelaboraciones orientadas en parte por el contexto de la Contra Reforma católica – más que por la reacción anti-protestante –  y en parte  por el interés de los humanistas por los textos antiguos y su mejor conocimiento de las lenguas antiguas. 

István Monok : Les renvois de Pál Ferró Háportoni (ca. 1570–ca. 1624). Contribution á l’histoire de la bibliothèque princière transylvaine de Gyulafehérvár

On dispose d’informations très réduites sur l’histoire des princes de Gyulafehérvár ou sur la vie de Pál Ferró et de sa famille. On sait cependant que Ferró fut protégé par l’évêque András Báthory qui finance ses études chez les jésuites de Braunsberg et on le trouve porteur d’une lettre de Zsigmond Báthory, puis actif à Cracovie où il publie deux livres. C’est au séminaire jésuite qu’il acquiert une solide formation rhétorique qui lui permet de paraphraser Virgile ou de traduire Quinte Curce.

Pál Ferró précise son projet dans la préface de sa traduction de Salluste, publiée à Szeben en 1596 : donner en langue hongroise les ouvrages des historiens les plus illustres. Le traducteur conduit ce projet en même temps qu’il met en exergue la figure d’Alexandre le Grand modèle de prince à imiter.

Les références de Pál Ferró sont dans leur très grande majorité identifiables. De l’avis de György Király, Ferró utilise deux éditions bâloises antérieures dont les historiens soulignent la rareté. Dorró utilise aussi deux sources annexes imprimées : la biographie d’Alexandre le Grand de Joannes Monachus et la lettre apocryphe d’Alexandre le Grand à Aristote. Ces citations soulignent la compétence philologique de Pál Ferró, mais elles posent aussi la question des lieux où il a pu travailler et des bibliothèques qu’il pouvait consulter. L’analyse de ses déplacements et les informations biographiques dont on peut disposer permettent surtout d’exclure nombre de bibliothèques bien connues et n’en laisse à vrai dire qu’une seule possible : celle des princes de Gyulafehérvár.

Retour au programme

Los remites de Pál Ferró Háportoni (ca. 1570–ca. 1624). Contribución a la historia de la biblioteca principesca transilvania de Gyulafehérvár

Disponemos de informaciones muy reducidas sobre la historia de los príncipes de Gyulafehérvár o sobre la vida de Pál Ferró y de su familia. No obstante sabemos que Ferró fue protegido por el obispo András Báthory quien financió sus estudios donde los jesuitas de Braunsberg y le encontramos en posesión de una carta de Zsigmond Báthory. A continuación fue muy activo en Cracovia donde publicó dos libros. Fue en el seminario jesuita donde adquirió una sólida formación retórica que le permite parafrasear a Virgilio o traducir a Quinto Curcio.

Pál Ferró precisa su proyecto en el prefacio de su traducción de Salustio, publicada en Szeben en 1596 : dar en lengua húngara las obras de los historiadores más ilustres. El traductor lleva a cabo tal proyecto a la vez que pone de realce la figura de Alejandro Magno como modelo de príncipe a imitar.

Las referencias de Pál Ferró son en su gran mayoría identificables. Según György Király, Ferró utiliza dos ediciones de Basilea anteriores cuya rareza destacan los historiadores. Ferró se vale también de dos fuentes anexas impresas : la biografía de Alejandro Magno de Joannes Monachus y la carta apócrifa de Alejandro a Aristóteles. Tales citas ponen de relieve la competencia filológica de Pál Ferró, pero también plantean la pregunta de los lugares donde pudo trabajar y de las bibliotecas que podía consultar. El análisis de sus desplazamientos y las informaciones biográficas de las que podemos disponer permiten sobre todo excluir muchas bibliotecas muy conocidas y sólo nos queda una posibilidad : la de los príncipes de Gyulafehérvár.

Sonia Fellous: Représentations d’Esther, symbole de résistance contre l’oppresseur. De la synagogue de Doura Europos à la Renaissance

L’histoire de la reine Esther a été le sujet de nombreuses représentations artistiques tant chez les juifs que chez les chrétiens au long des siècles. Elle apparait pour la première fois sur les murs de la salle de prières de la synagogue de Doura Europos (Syrie, 246), au centre du mur orienté vers Jérusalem. En effet, depuis la destruction du premier Temple de Jérusalem (-586) et l’exil des judéens en Babylonie, l’histoire d’Esther constitue une parabole de l’asservissement des juifs en Diaspora et leur espérance de libération. Le livre est lu à la synagogue une fois par an, au moment de la   fête de Pourim (« sorts » qui devaient décider  la mort des judéens de Babylonie), une tradition qui se perpétue à ce jour. Pour les chrétiens, elle devient au moyen âge et sous l’impulsion du commentaire de Raban Maur (780-856?,  Expositio in librum Esther), le symbole de l’Eglise épouse du Christ, la figure de la Vierge Marie intercesseur entre le peuple fidèle et le Christ.

Héroïne vengeresse et femme exemplaire, elle s’oppose aux noirs desseins d’Aman assimilé au Diable, aux impies, aux ennemis d’Israël et enfin à partir du XVe siècle au royaume d’Espagne. En effet, cette tragédie et son héroïne deviendront symbole de l’attente messianique des marranes et des exilés d’Espagne et du Portugal après les évènements dramatiques qui menèrent à l’expulsion et aux conversions forcés. Les marranes voueront à la Reine Esther un véritable culte et une place privilégiée dans leur univers littéraire et artistique : comme elle, ils durent cacher leur judaïsme et lutter et conquérir le droit de vivre. C’est avec leur arrivée en Italie, en France – quand Louis XIV permit leur entrée dans le royaume de France en tant que marchands nouveaux chrétiens – et aux Pays Bas que le thème acquiert une dimension politique et deviendra le symbole de la lutte contre l’Espagne et ses visées hégémoniques sur les pays du nord de l’Europe. Au XVIIe siècle, la thématique prolifère dans l’art des sociétés italiennes, hollandaises et françaises dans des compositions de plus en plus marquées par les mises en scènes théâtrales sous l’impulsion du succès de la pièce de Racine qui constitua le livret du premier opéra juif joué dans le ghetto de Venise.

Retour au programme

Representaciones de Ester, símbolo de resistencia contra el opresor. De la sinagoga de Doura Europos en el Renacimiento

La historia de la reina Ester fue objeto de numerosas representaciones artísticas tanto entre los judíos como entre los cristianos a lo largo de los siglos. Aparece por primera vez en las paredes de la sala de oraciones de la sinagoga de Doura Europos (Syrie, 246), en el centro de la pared orientada hacia Jerusalén. En efecto, desde la destrucción del primer Templo de Jerusalén (-586) y el exilio de los judeos en Babilonia, la historia de Ester constituye una parábola de la servidumbre de los judíos en Diaspora y su esperanza de liberación. El libro es leído en la sinagoga una vez al año, en el momento de la fiesta de Purim (« suertes » que debían decidir la muerte de los judeos de Babilonia), una tradición que se perpetua hasta hoy. Para los cristianos, se convierte en la Edad Media y bajo el impulso del comentario de Rabano Mauro (780-856?,  Expositio in librum Esther), en el símbolo de la Iglesia esposa de Cristo, la figura de la Virgen Maria intercesora entre el pueblo fiel y Cristo.

Heroína vengadora y mujer ejemplar, se opone a los diabólicos diseños de Amán asimilado al Diablo, a los impíos, a los enemigos de Israel y por fin a partir del siglo XV al reino de España. En efecto, aquella tragedia y su heroína se convertirán en el símbolo de la espera mesiánica de los marranos y exiliados de España y de Portugal después de los dramáticos acontecimientos que llevaron a la expulsión y a las conversiones forzadas. Los marranos le dedicarán a la Reina Ester un verdadero culto y un lugar privilegiado en su universo literario y artístico : como ella, debieron ocultar su judaísmo y luchar por su derecho a vivir. Fue con su llegada a Italia, a Francia – cuando Luis XIV permitió su entrada en el reino de Francia como mercaderes nuevos cristianos – y en los Países Bajos cuando el tema cobró una dimensión política y se volvió el símbolo de la lucha contra España y sus intenciones hegemónicas respecto a los países del norte de Europa. En el siglo XVIIe, la temática prolifera en el arte de las sociedades italianas, holandesas y francesas en composiciones cada vez más marcadas por las escenificaciones teatrales bajo la impulsión del éxito de la obra de teatro de Racine que constituye la libreta de la primera ópera judía ensayada en el gueto de Venecia.

Vladislava Lukasik : Qu’est-ce qu’une cité ? Kourbsky cite Cicéron.

Andreï Kourbsky, ancien capitaine d’Ivan le Terrible, fuit en 1563 la Russie pour passer au service du roi de Pologne. En émigration il commence à produire des traductions et des textes originaux. Ses épîtres au tsar Ivan où il cherche à justifier son acte et à accuser son ancien souverain de représailles sanglantes figurent parmi ses écrits les plus connus. Ils sont construits selon le principe de l’épistolographie humaniste et semblent s’inspirer du manuel d’Erasme, utilisé alors à l’université de Cracovie. La breviloquentia de Kourbsky contraste avec la prolixité du Terrible qui lisait pourtant bien le latin, mais partait d’un autre principe rhétorique en écrivant ses lettres. Dans un de ses messages à Ivan le Terrible Kourbsky mettra un morceau de traduction de Cicéron, histoire d’instruire le tyran aux bons principes du gouvernement. Il s’agit des Paradoxes (Paradoxa stoicorum). C’est dans le stoïcisme de l’orateur romain que Kourbsky trouve des idées qui sont des éléments fondateurs de son mythe personnel, mais qui servent en même temps d’arguments dans la polémique avec le tsar. Le prince fugitif laisse entendre que la Russie Moscovite n’est plus une cité, tout comme la Rome des années 40 avant J.-C. ne l’était plus. Le thème de l’exil exploité par Cicéron sert à étayer l’image d’expatrié que se construit Kourbsky. Pourtant, si la Russie sous sa plume est une cité inexistante,  et qu’Ivan IV ait fermé ses portes comme celles des enfers, Kourbsky se considère comme exilé de la terre de Dieu. L’année même de son arrivée sur le territoire polono-lituanien l’activité jésuite commencera à s’y déployer, et Kourbsky se trouvera dans la necessité de défendre l’orthodoxie dans sa nouvelle patrie. « Serviteur des autres dans le pays des autres », comme il se définira dans une lettre à Ivan IV, se démarquant de ce « chez vous » qu’est désormais pour lui la Russie, il en appelle au sentiment religieux du tsar : « nous nous appelons chrétiens ». Et Kourbsky de se souvenir de la déploration de la cité de Jérusalem et de son Temple pour construire une jérémiade rhétorique sur l’église du corps du tsar, autrefois habitée par le Saint-Esprit, mais désormais profanée.

¿Qué es una ciudad ? Kourbsky cita a Cicerón.

Andreï Kourbsky, antiguo capitán de Iván el Terrible, huyó de Rusia en 1563 para pasar a servir al rey de Polonia. Durante su emigración empezó a producir traducciones y textos originales. Sus epístolas al zar Iván en las cuales intenta justificar su acto y acusar a su antiguo soberano de sangrientas represalias forman parte de sus obras más conocidas. Son construidas siguiendo la preceptiva de la epistolografía humanista y parecen inspirarse en el manual de Erasmo, utilizado por entonces en la universidad de Cracovia. La breviloquentia de Kourbsky contrasta con la prolijidad del Terrible que leían bien el latín, pero que seguía otra preceptiva retórica escribiendo sus cartas. En uno de sus mensajes a Iván el Terrible, Kourbsky insertará un pasaje de traducción de Cicerón, para instruir al tirano en los buenos principios del gobierno. Se trata de las Paradojas (Paradoxa stoicorum). Es en el estoicismo del orador romano que Kourbsky encuentra ideas que se vuelven elementos fundacionales de su mito personal, pero que a la vez sirven como argumentos en la polémica con el zar. El príncipe fugitivo sugiere que la Rusia Moscovita ya no es una ciudad, de la misma manera que la Roma de los años 40 antes de J.-C. ya tampoco lo era. El tema del exilio explotado por Cicerón sirve para sostener la imagen de expatriado que va construyendo Kourbsky. No obstante, si Rusia bajo su pluma es una ciudad inexistente, e Iván IV cerró sus puertas como las del infierno, Kourbsky se considera como exiliado de la tierra de Dios. El mismo año de su llegada al territorio polaco-lituano, la actividad de los jesuitas empezará a desarrollarse, y Kourbsky se verá obligado a defender la ortodoxia de su nueva patria. « Criado de los demás en un país ajeno », como se definirá en una carta a Iván IV, tomando sus distancias con este « en vuestro país » que califica ya para él Rusia, apela al sentimiento religioso del zar : « nos llamamos cristianos ». Y Kourbsky se acuerda de la pérdida de la ciudad de Jerusalén y de su Templo para construir una jeremiada retórica acerca de la iglesia del cuerpo del zar, antiguamente habitada por el Espíritu Sancto, pero ahora profanada.

Retour au programme

François Loget: L’Algèbre de Jacques Peletier du Mans; entre réécriture et citation.

Dans les deux versions, l’une française, l’autre latine, qu’il donne de son algèbre, Jacques Peletier du Mans s’inspire ouvertement de l’Arithmetica Integra de Michael Stifel, tout en affirmant son ambition de faire œuvre originale et d’exposer l’algèbre dans un ordre « méthodique ».

Dans cette communication, je me propose de comparer la version française de l’algèbre de Peletier à son modèle, l’Arithmetica integra. Il me faudra pour cela d’abord présenter les deux ouvrages et souligner leurs différences. Ensuite, à travers l’examen de quelques passages du livre I dans lesquels Peletier cite Stifel, j’essaierai de montrer comment Peletier s’en approprie les propos, par la traduction, mais aussi en les réécrivant et en les réagençant, pour les mettre au service de son projet.

L’Algèbre de Jacques Peletier du Mans; entre reescritura y cita

En ambas versiones, la francesa y la latina, que da de su álgebra, Jacques Peletier du Mans se inspira abiertamente de la Arithmetica Integra de Michael Stifel, afirmando a la vez su ambición de producir una obra original y exponer el álgebra en un orden «metódico ».

En esta comunicación, compararé la versión francesa del álgebra de Peletier a su modelo, la Arithmetica integra. En un primer tiempo presentaré ambas obras y destacaré sus diferencias. A continuación, a través del examen de algunos pasajes del libro I en los cuales Peletier cita a Stifel, intentaré mostrar cómo Peletier se apropia del discurso de Stifel mediante la traducción, pero también mediante una reescritura y reelaboración de la materia para ponerlo al servicio de su propio proyecto.

Retour au programme

Lucie Storchová (Institute of Philosophy, Czech Academy of Sciences): Weak and Strong Intertextuality in Early Bohemian Humanism

This paper will deal with ways, in which Ioannes Dubravius (1486–1553) – one of the most important authors of Neo-Latin literature in the Czech lands, a diplomat and a Bishop of Olomouc – treated classical tradition. Dubravius was proficient across several Neo-Latin genres; he wrote excellent poetry, as his Theoriobulia illustrates, along with speeches, letters, religious treatises and extensive works of prose. His history of the Czech lands and treatise on fish farming both became very popular among European Humanist scholars. My paper will begin by introducing a conceptual framework of strong and weak intertextual relationships of Heinrich F. Plett. My research will focus on Dubravius’s edition of Martianus Capellaʼs De nuptiis and associated commentary from 1516, which was his first published work and has been included in the forthcoming fourth volume of the book series Europa humanistica (Bohemia and Moravia). Developing Plettʼs approach, I will concentrate on the canon of classical Roman authors whose work shaped Dubraviusʼs style and who formed the intertextual reference system of humanist texts from this period. I then turn to strong intertextual relationships, i.e. ways in which Dubravius quoted particular (more or less canonical) classical texts, and how they were related to his scholarly self-presentation. I will further demonstrate how Dubravius worked with Greek sources. By means of conclusion I want to open the question, to what extent these types of intertextuality were specific for the Central European Humanism around 1500.

Ma contribution cherche à montrer comment Iannes Dubravius (148+6-1553), l’un des plus importants auteurs néo-latins des pays tchèques, diplomate et évêque d’Olomouc, a utilisé la tradition classique. Dubravius maîtrisait plusieurs genres dans la littérature néo-latine : ils écrivit de l’excellente poésie (comme le montre sa theoriobulia, et aussi des discours, des lettres, des traités théologiques et une importante oeuvre en prose.  Son histoire des pays tchèques et son traité sur la pisciculture sont devenus très populaires parmi les humanistes européens. Cet exposé dressera d’abord le cadre conceptuel de l’intertextualité forte ou faible selon Heinrich F. Plett. Il sera centré sur l’édition du De nuptiis de Martianus Capella et le commentaire qui lui est associé à partir de 1516, date de sa première publication imprimée. En développant l’approche de Plett, je me concentrerai sur l’ensemble des oeuvres latines classiques qui ont façonné le style de Dubravius et formé son système de références intertextuelles. Puis, j’examinerai l’intertextualité forte, c’est-à-dire la façon dont Dubravius cite les textes classiques et les relie à sa propre pratique savante. Je montrerai enfin comment il traite les sources grecques. Ma conclusion posera la question du caractère exemplaire de ce type d’intertextualité dans l’humanisme du centre de l’Europe vers 1500.

Retour au programme

Yves Pauwels, Formes et sens de la citation des antiques dans l’architecture de la Renaissance.

« Parler avec les mots d’autrui » : avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de préciser ce que « parler » veut dire dans l’architecture de la Renaissance, et quels sont les « mots » ici concernés. Il faut pour cela se rendre à Rome, dans les premières années du Cinquecento. Le milieu artistique réuni par Jules II autour de Bramante, l’architecte de Saint-Pierre, de Raphaël et de leur collaborateurs architectes et aussi humanistes, a mis au point un nouveau répertoire ornemental issu d’une synthèse originale entre étude des ruines et examen du seul traité antique subsistant, le De architectura de Vitruve, dont les premières éditions imprimées datent de l’extrême fin du XVe siècle et du début du XVIe : la première version illustrée, celle de Fra Giocondo, est parue en 1511[1]. De ces recherches essentiellement consacrées au vocabulaire ornemental – l’on n’a plus besoin alors de temples, de thermes ou de cirques, mais d’éléments de décor qui confèrent aux bâtiments modernes un vêtement all’antica – est issue une véritable grammaire, formalisée pour la première fois en 1537 par Sebastiano Serlio, architecte bolonais formé sur les chantiers romains et exerçant alors à Venise, dont les Regole generali di architetura donnent une expression claire et pédagogiquement efficace : l’ouvrage, traduit en néerlandais dès 1539, en français et en allemand en 1542, allait avoir un impact extraordinaire sur l’architecture européenne à partir des années 1540[2], stimulé en France par l’installation du maître à Fontainebleau en 1541. Le livre, mieux connu sous le titre de Quarto libro car il est prévu pour occuper la quatrième place dans la succession des chapitres d’un traité plus général, traite des cinq ordres d’architecture, toscan, dorique, ionique, corinthien et composite, ceux-là même qui, en tant que fondement du langage architectural moderne, allaient régner sur l’art de bâtir jusqu’au XXe siècle, et dont le Quattrocento n’avait qu’une conscience intuitive et partielle[3]. Serlio propose en effet des éléments paradigmatiques de morphologie qui définissent les formes et les proportions des éléments des ordres, et une syntaxe, permettant d’associer piédestaux, bases, colonnes, chapiteaux et entablements dans des « phrases » correctes et cohérentes[4]. Ces rudiments grammaticaux qui fondent désormais le langage ornemental vitruvien, plus précisément néo-vitruvien car en dépit des efforts des philologues le texte antique laisse beaucoup de questions ouvertes, sont accompagnés dans le traité d’exemples antiques dont l’auteur précise dans la page de titre que « per la maggior parte concordano con la dottrina di Vitruvio ». Ceci laisse entendre que certains de ces exemples ne concordent pas avec ladite doctrine : en effet, ils s’avèrent souvent différents du paradigme, et offrent ainsi à la règle des alternatives parfois déviantes, mais légitimées par leur existence en tant que ruines – comme le dictionnaire latin propose, à côté des formules cicéroniennes, ces variantes empruntée à Tacite ou à Sénèque, que l’on nous conseillait d’éviter en thème latin… Serlio publie du reste dès 1540 à Venise son Terzo libro, qui est une anthologie plus complètes des meilleurs antiques, complétés par quelques prestigieuses réalisations contemporaines. Ce parallèle entre paradigmes d’une langue « correcte » et exemples hétérodoxes se retrouvera souvent dans la littérature théorique. En Italie, Palladio, le livre I des Quattro libri de Palladio, en 1570, est consacré aux modèles d’ordres tandis que le livre IV est un recueil d’antiques[5] ; en France, les traités de Jean Bullant[6] et de Philibert Delorme[7], la Reigle generalle d’architecture des cinq manieres de colonnes de 1564 et Le premier tome de l’architecture de 1567, proposent en parallèle les deux types de sources ; en Allemagne, Hans Blum complète sa Quinque columnarum exacta descriptio atque delineatio de 1550 par un Kunstrych Buch von allerley Antiquiteten en 1560[8].

Il conviendra donc, pour lire et comprendre les ordres d’un bâtiment du XVIe siècle, de distinguer ce qui relève de l’application des règles, et donc de l’affirmation d’une correction qui est aussi signe de modernité, et ce qui est reproduction totale ou partielle d’un exemple antique, auquel cas nous aurons affaire à une véritable citation, dont les significations peuvent aller beaucoup plus loin. Ces citations sont repérables grâce à certains détails, qui font la différence avec le paradigme et l’individualisent suffisamment pour permettre une identification. Au château d’Écouen par exemple, les ordres toscan et dorique de l’extérieur de la façade nord sont des applications presque scolaires des paradigmes de Serlio ; en revanche, comme allons le voir plus en détail, le dorique et l’ionique de l’avant-corps central sont des citations de deux antiques romains fameux, la basilique Æmilia sur le Forum et le temple « de la Fortune Virile ». Notons que faute de guillemets architecturaux, et sans possibilité pour l’auteur de signaler explicitement l’emprunt, la reconnaissance de la citation passe uniquement par la capacité du spectateur à la repérer ; donc, en particulier dans les contrées européennes éloignées de Rome, par une culture essentiellement livresque, formée par les traités, celui de Serlio au premier chef, ou par des gravures comme celles abondamment publiées au XVIe siècle par Jacques Androuet du Cerceau. Ces textes et ces images, qui fleurissent à l’époque, sont alors imprimées non seulement pour les architectes, mais aussi et peut-être surtout pour les « lecteurs », dont le savoir est la condition essentielle du fonctionnement d’un langage esthétique qui prend alors les aspects d’une rhétorique[9]. L’effet « citation » ne peut en effet fonctionner que si la culture est commune, et l’on comprend mieux l’intérêt pour les architectes de la diffuser par le biais de l’imprimé, qui, à la différence des recueils de dessins utilisés dans les chantiers, est accessible au-delà des cercles professionnels.

Le premier exemple de véritable citation dans l’architecture française de la Renaissance est dû à Philibert Delorme. Dans le premier édifice qu’il construit à son retour de Rome, en 1536 (et c’est une date très précoce dans le contexte de l’architecture française), le jeune homme de 22 ans met en œuvre une culture toute fraîche en ornant la façade de l’hôtel Bullioud à Lyon de deux ordres dorique et ionique superposés, dont la correction grammaticale n’est pas parfaite (le traité de Serlio n’est pas encore paru), mais où l’on reconnaît un entablement dorique qui reproduit les particularités de celui du théâtre de Marcellus à Rome, principal exemple antique de cet ordre bien connu au XVIe siècle : Delorme lui-même l’a dessiné et il le reproduit dans son traité. Le denticule (série de petits cubes alignés sous le ressaut des parties sommitales) est un détail absent du paradigme vitruvien, et l’identification de la source est renforcée par le décor caractéristique des plafonds ou soffites de la corniche, constitués d’une alternance de rectangles enserrant un losange, au-dessus des triglyphes, et de rectangles plus allongés orné de dix-huit petits cônes appelés gouttes au-dessus des métopes (fig. 1). Indubitablement, la citation fait ici office de preuve de culture, surtout de la part d’un jeune architecte qui, juste revenu de Rome, fait étalage d’une érudition toute nouvelle, exceptionnelle dans le contexte d’une architecture française encore très attardée dans son rapport à l’antique : on ne voit rien d’aussi savant sur les chantiers royaux de Fontainebleau. Par la suite, Delorme ne recourra plus à ce type de figure, préférant donner libre cours à un génie créateur qui n’en a guère besoin. Une exception toutefois : au troisième niveau de l’avant-corps de l’aile du fond, à Anet (aujourd’hui remonté dans la cour de l’École des Beaux-Arts à Paris), l’entablement corinthien reprend très fidèlement la composition de celui de l’arc de Titus à Rome (fig. 2)[10]. Cette citation n’est assurément pas gratuite. L’ensemble de l’avant-corps, première réalisation d’envergure de l’architecte dans un chantier presque royal – nous sommes chez Diane de Poitiers, vers 1547 – peut apparaître comme le chef-d’œuvre, au sens original du terme au sein des corporations, par lequel il affirme sa maîtrise d’un langage parfaitement assimilé, tant au niveau de la connaissance des règles qu’à celui de la culture antique. En outre, l’arc de Titus joue un rôle particulier dans la formation de Philibert. Il raconte en effet dans son traité que c’est au pied de ce monument qu’il a rencontré Marcello Cervini, futur pape Marcel II, qui, étonné par les capacités du jeune homme, l’a introduit auprès de Paul III et dans le milieu Farnèse[11] : cette scène, dont la narration telle quelle n’est pas sans poser problème[12] mais dont l’importance est grande dans l’histoire personnelle de l’architecte, est sans doute liée au monument dont la citation prend à Anet toute sa valeur.

C’est dans l’œuvre de Jean Bullant, architecte du connétable de Montmorency, que l’art de la citation est le plus volontiers exercé. L’architecte, qui a lu de près Serlio, dont il reprendra fidèlement les paradigmes dans son traité publié pour la première fois en 1564, a selon ses propres dires fait le voyage de Rome, et il y a acquis une connaissance précise des ordres antiques, dont sept sont reproduits dans le traité. Cette culture s’étale dans plusieurs de ses réalisations. Vers 1551, au petit château de Chantilly, l’ordre corinthien reprend à l’entablement du grand temple de Sérapis sur le Quirinal l’architrave à deux fasces avec les mêmes décors pour les moulures de transition, rais-de-cœur, oves et dards ; il lui emprunte aussi les très particulières consoles qui portent la saillie de la partie supérieure de la corniche, constitués de deux blocs parallélépipédiques superposés, couronnés d’un quart-de-rond orné d’oves ; enfin, l’on retrouve le décor de palmettes dans la doucine sommitale (fig. 3).

Au château d’Écouen et dans les mêmes années 1550, l’avant-corps extérieur de l’aile nord offre deux beaux cas de citations. Le dorique se caractérise par un chapiteau à gorgerin orné de fleurs, une échine décorée de godrons et un tailloir coiffé d’un petit talon avec des rais-de-cœur. Quant à l’entablement, il se distingue par la présence sous la corniche de mutules, petites consoles quadrangulaires, et par les bucranes et les patères des métopes. Toutes ces singularités permettent d’identifier clairement une source antique, celle de la basilique Æmilia sur le Forum, l’autre exemple dorique le plus représenté à la Renaissance (même s’il est absent du traité de Bullant) (fig. 4). Quant à l’ionique, il présente une architrave à trois fasces, dont seules les deux du haut sont séparées par une moulure ornée. La frise est garnie de guirlandes qui séparent les épées de connétable ; la corniche est assez complexe, avec une superposition d’un denticule et d’un quart-de-rond orné d’oves et dards portant un larmier en saillie et une doucine sommitale. Tous ces éléments proviennent du principal exemple ionique visible à Rome, celui du petit temple de Portunus au forum Boarium, connu au XVIe siècle sous le nom de « temple de la Fortune Virile », reproduit dans la Reigle de Jean Bullant – à l’exception bien sûr des épées, qui dans l’original sont des bucranes (fig. 5).

Quel sens donner à ces citations ? Les deux modèles antiques, une basilique très ruinée déjà au XVIe siècle et un petit temple un peu périphérique par rapport aux grands monuments romains, ne sont pas ici évoqués en tant que tels. Du reste, ce n’est pas la réalité de l’architecture antique qui intéresse ici nos architectes, qui ne se soucient guère d’analyses archéologiques ou historiques, mais ne cherchent dans l’antique que des fragments susceptibles de venir orner leur propre langage, chrétien et moderne. Nous sommes en effet dans le cadre d’une architecture française qui, à l’instar de la littérature, cherche à rivaliser avec l’antique. Dans un premier temps, avec le toscan et le dorique serliens des parois qui flanquent l’avant-corps, Bullant a mis en scène sa maîtrise de la correction du langage, en l’utilisant toutefois dans une mise en scène spécifiquement française : en effet, l’affirmation des lignes verticales constituées par les travées de fenêtres n’a rien d’antique ni d’italien dans la mesure où les baies interrompent violemment les horizontales des entablements, ce qui est une aberration dans la logique même des ordres, puisque ces entablements sont l’image des éléments de structure horizontaux, planchers ou poutres, qu’il est par conséquent très malvenu de couper. En ce qui concerne les citations, elles sont elles aussi à considérer dans leur contexte. Mises en valeur par la structure triomphale particulièrement spectaculaire de l’avant-corps, insérées dans ce cadre global spécifiquement français, elles témoignent autant de la culture de l’architecte, du prestige du propriétaire, et généralement de la valeur d’une architecture française qui sait désormais intégrer à son propre discours des éléments de langage antique parfaitement assumés, et donc peut prétendre égaler l’architecture antique.

Écouen présente un autre cas qui s’avère à l’analyse encore plus riche de significations. En effet, le grand avant-corps sur cour de l’aile sud, qui se distingue par ses colonnes géantes s’élevant du sol jusqu’à la naissance du toit (fig. 6), donne à voir quelques détails qui signalent la citation. Les chapiteaux corinthiens sont en effet décorés de deux petites tiges végétales qui naissent entre les crosses et se développent sur la partie basse du tailloir (fig. 7). Le spectateur averti aura reconnu une caractéristique des chapiteaux que portent les trois colonnes subsistant du temple des Dioscures sur le Forum romain, que Bullant reproduit dans son traité (fig. 8)[13]. La référence est confirmée par la présence sur l’antique comme sur l’entablement moderne, d’un motif de palmettes sur la partie médiane de l’architrave, en soi assez commun, mais exceptionnel à cet endroit. Bullant nous donne donc deux éléments qui permettent d’identifier incontestablement une citation. Mais cette citation est incomplète, car deux des principales caractéristiques de l’ordre antique, l’entrecroisement des crosses centrales et la présence dans la corniche d’une superposition d’un denticule et d’une rangée de modillons, disparaissent dans la version de Bullant. Il se trouve que ces deux particularités sortent de la norme. Les crosses entrecroisées sont exceptionnelles : on n’en trouve qu’un autre exemple dans l’antiquité à un autre temple des Dioscures, celui de Naples, aujourd’hui réutilisé dans l’église San Paolo Maggiore. L’excentricité du motif a fait que Serlio, dans les Regole, le cite au titre de l’ordre « composé », aux côtés d’autres exemples peu canoniques. Quant à la composition de la corniche romaine, elle contrevient à une règle énoncée par Vitruve et reprise par Serlio, qui veut que la superposition du denticule et des modillons est fautive, car la présence simultanée des deux éléments n’est pas possible puisqu’ils représentent des éléments de toitures incompatibles. Dans les deux cas, Bullant corrige sa citation : les crosses centrales du chapiteau sont normalement affrontées, et les modillons n’apparaissent pas dans la corniche. Bref, Bullant nous donne suffisamment d’arguments pour faire référence au temple des Dioscures, et en même temps nous faire observer qu’il a corrigé ce que l’antique présentait de « licencieux ». La citation est donc suffisante pour donner à voir la supériorité de l’architecte français, qui en donne une version plus conforme aux règles vitruviano-serliennes. Et cette sagesse presque scolaire entre en contradiction avec le parti général, audacieux et inédit en France à cette époque, de l’ordre géant.

La citation amendée d’un antique fameux apparaît en effet dans un contexte bien particulier. Il ne s’agit pas simplement d’un avant-corps colossal rythmé à la façon d’un arc de triomphe : c’est aussi l’écrin de deux statues célèbres, les Esclaves de Michel-Ange, offerts au connétable par Henri II après un long périple[14]. Il est plus que vraisemblable que l’architecture a été conçue en fonction de la sculpture, avec cet hommage direct au Florentin qu’est l’emploi de l’ordre géant, reflet des projets pour la place du Capitole à Rome. Mais en même temps, la citation corrigée, et donc améliorée de l’antique contribue à manifester une supériorité de l’art français à la fois sur un art antique « fautif » et sur les « licences » de l’art italien moderne, dont Michel Ange est le plus spectaculaire adepte. Dans ce cas précis, ses Esclaves apparaissent soumis à une architecture qui veut bien en magnifier le sublime, mais pas les écarts vis-à-vis de la règle. De la fenêtre de la salle du château, dans l’aile opposée, Henri II, lorsqu’il séjourne à Écouen, voit de grandes sculptures italiennes, certes ; elles sont insérées dans une architecture qui est tout aussi grande, mais qui est régulière et française, digne de celui qui aspire à la monarchie universelle.

C’est dans ce même esprit qu’il faut examiner d’autres citations, dans le contexte tout aussi spectaculaire de la salle du Louvre, où Jean Goujon et Pierre Lescot, dans les mêmes années 1550, réalisent la tribune des caryatides. Précisons tout d’abord qu’il est extrêmement improbable que ces supports anthropomorphe féminins soient des citations directes de leurs célèbres sœurs de l’Érechthéion à Athènes, que l’on cite souvent à leur propos : rien n’indique que les artistes du XVIe siècle aient pu avoir quelque connaissance de ces précédents grecs – pas plus du reste que de l’architecture grecque en général. En revanche, il est très possible que leur modèle soit lui-même une citation des caryatides de l’Acropole, puisque ces dernières avaient été copiées pour orner le niveau supérieur des parois latérales du forum d’Auguste, dédié par le premier empereur romain en 2 avant notre ère. En réalité, vers 1550, on ne connaissait de ces sculptures monumentales que la tête[15], retrouvée près du Macel’de Corvi, mainte fois représentée dans les recueils de dessins[16] et sur une gravure de Marcantonio Raimondi (fig. 9 et 10), graveur attitré de Raphaël, certainement connue à Paris. Cette tête, contrairement à celles des caryatides qui illustrent le texte de Vitruve par exemple dans les illustrations de Goujon pour la traduction de Jean Martin, parue en 1547, sont coiffées d’un chapiteau dorique et non ionique comme le voudrait la logique vitruvienne du « genre » des ordres d’architecture, ce qui permet de reconnaître la citation (fig. 9)[17]. L’effet est en outre confirmé par plusieurs détails de la tribune du Louvre, qui citent ouvertement le temple de Mars Ultor, sanctuaire du forum augustéen. On reconnaît par exemple, dans les plafonds de la tribune un ensemble rectangulaire encadré par une frise de méandres, avec au centre une table orné d’une baguette : c’est très exactement le décor des soffites grand ordre du temple antique. Les bases qui portent les caryatides se caractérisent par un motif d’entrelacs, qui vient aussi de Rome, en l’occurrence des bases du petit ordre intérieur du temple, qui fournissent aussi le modèle des petites feuilles triangulaires placées au-dessous des cannelures des colonnes. La conjonction de ces trois détails, tous empruntés au temple créé par Auguste, ne permet de douter du fait que la tribune des cariatides du Louvre renvoie au chantier prestigieux inauguré par l’empereur romain, dont les fragments, réduits au rang de dépouilles de la splendeur antique, viennent orner le palais du roi de France. De ce fait, conjuguée au sens même des caryatides dans le texte de Vitruve parfaitement maîtrisé par Goujon et Lescot, qui est de représenter l’asservissement des femmes de la cité traitresse de Carie et le triomphe des vainqueurs en même temps qu’à d’autres signes architecturaux qu’il serait trop long de développer ici[18], elle manifeste le triomphe de la monarchie de Valois, qui succède à l’empire romain autant dans la translatio imperii que de la translatio studiorum. Autant de manières de réaliser le programme de du Bellay, dont j’imagine qu’il sera abondamment cité dans ce colloque :

La donq Francoys, marchez couraigeusement vers cette superbe Cité Romaine : & des serves Depouilles d’elle (comme vous avez fait plus d’une fois) ornez vos Temples, & Autels »[19].

Ces « dépouilles », fragments des ordres antiques qui apparaissent comme des citations sur les plus prestigieux bâtiments de l’orbe royal, manifestent en même temps que la gloire du monarque le renouveau de l’art national.


Bibliographie

Karmon 2015 : David Karmon, « The Destruction and Renewal of the Via Triumphalis, 1533-1536 », F. Lemerle et Y. Pauwels, Philibert De l’Orme, un architecte dans l’histoire. Arts, sciences, techniques, actes du LVIIe colloque international d’études humanistes, Tours, Cesr, 30 juin-4 juillet 2014, p. 67-78.

Lemerle, Pauwels 2013 : Frédérique Lemerle et Yves Pauwels, Architectures de papier. La France et l’Europe, suivi d’une bibliographie des livres d’architecture (XVIe-XVIIe siècles), avec F. Lemerle, Turnhout, Brepols, 2013.

Lemerle, Pauwels 2021 : Frédérique Lemerle et Yves Pauwels (éds.), Histoires d’ordres. Le langage européen de l’architecture, Turnhout, Brepols, 2021.

Pauwels 2002 : Yves Pauwels, L’architecture au temps de la Pléiade, Paris, Gérard Monfort, 2002.

Pauwels 2008 : Yves Pauwels, Aux marges de la règle. Essai sur les ordres d’architecture à la Renaissance. Wavre, Mardaga, 2008.

Pauwels 2009 : Yves Pauwels, « Philibert de L’Orme et ses cardinaux », Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d’Ascq, IRHIS-SEDES, 2009, p. 149-156.

Pauwels 2013 : Yves Pauwels, L’architecture et le livre en France à la Renaissance : « une magnifique décadence » ?, Paris, Classiques Garnier, coll. « Arts de la Renaissance », 2013.

Pauwels 2015 : Yves Pauwels, « Philibert De l’Orme, les antiques et la Contre-Réforme », F. Lemerle et Y. Pauwels, Philibert De l’Orme, un architecte dans l’histoire. Arts, sciences, techniques, actes du LVIIe colloque international d’études humanistes, Tours, Cesr, 30 juin-4 juillet 2014, p. 87-96.

Pauwels 2017 : Yves Pauwels, Yves Pauwels, « Henri II, les Esclaves et la Nymphe : de cadeaux en châteaux », Seizième siècle, 13-2017, p. 107-124.

Pauwels 2020 : Yves Pauwels, « 1549 : confluence des lettres et de l’architecture », L. Capodieci, P.-V. Desarbres, A. Desbois-Ientile et A. Lionetto (éds.), Littérature et arts visuels à la Renaissance, Paris, PENS, sous presse.

Palladio 1570

Bullant 1564

Delorme 1567

 


[1] M. Vitruvius per Jocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula…, Venise, G. de Trentino, 1511. Ce traité, comme tous ceux cités ici, est librement consultable sur le site « Architectura » du CESR (http://architectura.cesr.univ-tours.fr/).

[2] Voir Pauwels 2002 et 2008.

[3] Voir Lemerle, Pauwels 2021.

[4] Voir Pauwels 2002, p. 28-33.

[5] Palladio 1570.

[6] Bullant 1564. L’ouvrage est réédité en 1568, 1619 et 1647.

[7] Delorme 1567.

[8] Lemerle, Pauwels 2013, p. 51-82.

[9] Lemerle, Pauwels 2013, p. 159-173.

[10] Pauwels 2015, p. 90-91

[11] Karmon 2015, p. 74.

[12] Pauwels 2009, p. 149-156.

[13] Bullant 1564, fol. 00.

[14] Yves Pauwels, « Henri II, les Esclaves et la Nymphe : de cadeaux en châteaux », Seizième siècle, 13-2017, p. 107-124.

[15] Actuellement exposée dans le musée des Forums impériaux à Rome.

[16] Londres, Sir John Soane’s Museum, Codex Coner, f. 88v° ; BAV, Codex Barberini Lat. 4424, fol. 10v° ; Berlin, SMBPK, Kunstbibliothek, Codex Destailleur A, fol. 01v°. Ces dessins sont consultables sur le site du Census of Antique Works of Art and Architecture known in the Renaissance, http://www.census.de/census/. Voir Pauwels 2013, p. 159-170.

[17] Sans doute faute d’une connaissance directe de l’original, le chapiteau dorique des caryatides du Louvre reproduit ici celui de la Basilique Æmilia.

[18] Pauwels 2013

[19] Du Bellay 1549, « Conclusion de tout l’Oeuvre ». Voir Pauwels 2020.

Formas y sentidos de la cita de los antiguos en la arquitectura del Renacimiento

« Hablar con las palabras ajenas » : antes de entrar de lleno en esta cuestión, conviene precisar lo que « hablar » quiere decir en la arquitectura del Renacimiento, y cuáles son las « palabras » aquí concernidas. Es necesario para ello acudir a Roma, en los primeros años del Cinquecento. El ámbito artístico reunido por Julio II alrededor de Bramante, el arquitecto de San Pedro, de Rafael y de sus colaboradores arquitectos y también humanistas, elaboró un nuevo repertorio ornamental procedente de una síntesis original entre estudios de las ruinas y examen del único tratado antiguo que subsistía, el De architectura de Vitruvio, cuyas primeras ediciones impresas datan de finales del siglo XV y principios del XVI : la primera versión ilustrada, la de Fra Giocondo, vio la luz en 1511. De estas investigaciones principalmente dedicadas al vocabulario ornamental – ya no se necesitaba templos, termas o circos, sino elementos decorativos que brindaran a los edificios modernos una ropa all’antica – nació una verdadera gramática, formalizada por primera vez en 1537 por Sebastiano Serlio, arquitecto boloñés que se formó en las obras de construcción romanas y trabajaba entonces en Venecia, cuyas Regole generali di architetura proporcionan una expresión clara y pedagógicamente eficaz. La obra, traducida al neerlandés a partir de 1539, al francés y al alemán en 1542, iba a tener un extraordinario impacto en la arquitectura europea a partir de los años 1540, estimulado en Francia por la mudanza del maestro a Fontainebleau en 1541. El libro, más conocido bajo el título de Quarto libro pues estaba previsto para ocupar el cuarto lugar en el encadenamiento de los capítulos de un tratado más general, trata de los cinco órdenes de arquitectura, toscano, dórico, jónico, corintio y compuesto, los mismos que, como fundamento del lenguaje arquitectónico moderno, iban a reinar en el arte de la construcción hasta el siglo XX, y de los que el Quattrocento sólo tenía una conciencia intuitiva y parcial. Serlio propone, en efecto, elementos paradigmáticos de morfología que definen las formas y proporciones de los elementos de los órdenes, y una sintaxis que permita asociar pedestales, bases, columnas, capiteles y entablamentos en « frases » correctas y coherentes. Tales rudimentos gramaticales que fundamentan ya el lenguaje ornamental vitruviano, más precisamente neo-vitruviano, puesto que pese a los esfuerzos de los filólogos el texto antiguo deja muchas preguntas abiertas, se acompañan en el tratado de ejemplos antiguos acerca de los cuales el autor precisa en la portada que « per la maggior parte concordano con la dottrina di Vitruvio ». Esto sugiere que algunos de esos ejemplos no concuerdan con dicha doctrina :  resultando a menudo distintos del paradigma, y así brindan a la norma alternativas a veces desviadas, pero legitimadas por su existencia como ruinas – al igual que el diccionario latino propone, junto a las fórmulas ciceronianas, aquellas variantes sacadas de Tácito o de Séneca, que nos aconsejaban que evitáramos utilizar en la traducción al latín… Serlio publicó también en 1540 en Venecia su Terzo libro, que es una antología de las más completas de los mejores edificios antiguos, completados por algunas prestigiosas realizaciones contemporáneas. A menudo encontraremos este paralelo entre paradigmas de una lengua « correcta » y ejemplos heterodoxos en la literatura teórica. En Italia, el libro I de los Quattro libri de Palladio, en 1570, es dedicado a los modelos de órdenes mientras que el libro IV es una compilación de edificios antiguos ; en Francia, los tratados de Jean Bullant y de Philibert Delorme, la Reigle generalle d’architecture des cinq manieres de colonnes de 1564 y Le premier tome de l’architecture de 1567, proponen en paralelo ambos tipos de fuentes ; en Alemania, Hans Blum completó su Quinque columnarum exacta descriptio atque delineatio de 1550 por un Kunstrych Buch von allerley Antiquiteten en 1560.

Por consiguiente, para leer y comprender los órdenes de un edificio del siglo XVI será conveniente distinguir lo que está vinculado a la aplicación de las normas, y por lo tanto a la afirmación de una corrección que es también una señal de modernidad, y lo que es reproducción total o parcial de un ejemplo antiguo, en este caso nos encontraremos frente a una verdadera cita, cuyas significaciones pueden ir mucho más allá. Tales citas son identificables gracias a algunos detalles, que la distinguen del paradigma y la individualizan suficientemente para permitir una identificación. En el castillo de Écouen por ejemplo, los órdenes toscano y dórico de la fachada norte exterior son aplicaciones casi escolares de los paradigmas de Serlio ; no obstante, como vamos a verlo más en detalle, el dórico y el jónico del antecuerpo central son citas de dos edificios antiguos romanos famosos, la basílica Æmilia en el Forum y el templo « de la Fortuna Viril ». Es de notar que por falta de comillas arquitectónicas, y sin la posibilidad para el autor de señalar explícitamente el préstamo, la identificación de la cita es sujeta a la capacidad del espectador para reconocerla ; por lo tanto, en particular en las tierras europeas alejadas de Roma, se hace mediante una cultura principalmente libresca, conformada por los tratados, el de Serlio en primer lugar, o los grabados que publicó abundantemente en el siglo XVI Jacques Androuet du Cerceau. Dichos textos e imágenes, que florecieron en aquella época, son entonces impresos no sólo para los arquitectos, sino también y, quizás, sobre todo para los « lectores », cuyo saber es la condición básica del funcionamiento de un lenguaje estético que toma entonces la apariencia de una retórica. El efecto « cita » sólo puede funcionar en los hechos si la cultura es común, y se entiende mejor entonces el interés que tienen los arquitectos para difundirla por el impreso, que, al contrario de las compilaciones de dibujos utilizadas en las construcciones, es asequible para ámbitos más amplios que los solos profesionales.

El primer ejemplo de verdadera cita en la arquitectura francesa del Renacimiento se debe a Philibert Delorme. En el primer edificio que construyó a su vuelta de Roma, en 1536 (y es una fecha muy precoz en el contexto de la arquitectura francesa), el joven de 22 años plasmó una cultura recién asimilada adornando la fachada del hotel Bullioud en Lyon de dos órdenes dórico y jónico superpuestos, cuya corrección gramatical no es perfecta (el tratado de Serlio todavía no había sido impreso), pero donde se reconoce un entablamento dórico que reproduce las peculiaridades del del teatro de Marcellus en Roma, principal ejemplo antiguo de este orden muy conocido en el siglo XVI : el propio Delorme lo dibujó y lo reprodujo en su tratado. El dentículo (serie de pequeños cubos alineados de bajo del resalte de las partes superiores) es un detalle ausente del paradigma vitruviano, y la identificación de la fuente se confirma con la decoración característica de los techos o plafones de la cornisa, formados por una alternancia de rectángulos que encierran un rombo, por encima de triglifos, y rectángulos más alargados adornados con dieciocho pequeños conos llamados gotas por encima de las metopas (fig. 1). Sin duda, la cita sirve aquí como prueba de cultura, especialmente de un joven arquitecto que, recién llegado de Roma, hace alarde de una erudición completamente nueva, excepcional en el contexto de una arquitectura francesa aún muy tardía en su relación con lo antiguo: no se ve ninguna referencia tan sabia en las construcciones reales de Fontainebleau. Posteriormente, Delorme ya no recurrió a este tipo de figura, prefiriendo dar rienda suelta a un genio creativo que no lo necesitaba. Sin embargo, hay una excepción: en el tercer nivel del antecuerpo del ala trasera, en Anet (ahora reensamblado en el patio de l’École des Beaux-Arts de París), el entablamento corintio reproduce muy fielmente la composición del arco de Tito en Roma (fig. 2). Está claro que esta cita no es gratuita. El conjunto del antecuerpo, primera obra de envergadura del arquitecto en una construcción casi real (estamos en la casa de Diane de Poitiers, alrededor de 1547) puede parecer la obra maestra, en el sentido original del término en el seno de las corporaciones, por la cual afirma su dominio de una lengua perfectamente asimilada, tanto en el conocimiento de las reglas como en el de la cultura antigua. Además, el arco de Tito juega un papel especial en la formación de Philibert. Cuenta en su tratado que fue a los pies de este monumento donde conoció a Marcello Cervini, futuro Papa Marcel II, quien, asombrado por las habilidades del joven, le presentó a Pablo III y al entorno Farnesio [11]: esta escena, cuya narración tal cual no está exenta de problemas [12] pero cuya importancia es grande en la historia personal del arquitecto, está indudablemente ligada al monumento cuya cita cobra en Anet todo su valor.

Es en la obra de Jean Bullant, arquitecto del Condestable de Montmorency, donde más se practica el arte de la cita. El arquitecto, que leyó atentamente a Serlio y cuyos paradigmas retomará fielmente en su tratado publicado por primera vez en 1564, según sus propias palabras, estuvo en Roma, y allí adquirió un conocimiento preciso de los órdenes antiguos, siete de los cuales se reproducen en el tratado. Esta cultura se exhibe en muchas de sus obras.

En este artículo examinaremos el ejemplo del castillo de Chantilly (hacia 1551) y el de Écouen (hacia 1550). En el primero, podemos identificar referencias al gran templo de Serapis en el Quirinal y, en el segundo, a la basílica Æmilia en el Forum, el otro ejemplo dórico más representado en el Renacimiento (aunque está ausente del tratado de Bullant) y al pequeño templo de Portunus en el forum Boarium, conocido en el siglo XVI bajo el nombre de « templo de la Fortuna Viril », principal ejemplo jónico visible en Roma, reproducido en la Reigle de Jean Bullant – con excepción, claro está, de las espadas, que en el original son bucranios (fig. 5).

¿Qué sentido dar a estas citas? Los dos modelos antiguos, una basílica en ruinas ya en el siglo XVI y un pequeño templo algo periférico a los grandes monumentos romanos, no se mencionan aquí como tales. De hecho, aquí no es la realidad de la arquitectura antigua lo que interesa a nuestros arquitectos, que no se preocupan mucho por los análisis arqueológicos o históricos, sino que buscan en lo antiguo sólo fragmentos que puedan adornar su propio lenguaje, cristiano y moderno. Nos encontramos en efecto en el marco de una arquitectura francesa que, como la literatura, procura competir con lo antiguo.

También reconocerá el avezado espectador en Écouen una referencia al templo de los Dioscuros en el Foro romano, cuyos capiteles reproduce Bullant en su tratado, (fig. 8) y al que está en Nápoles, hoy reutilizado en la iglesia San Paolo Maggiore.  

En ambos casos, Bullant corrige su cita dándonos suficientes argumentos para referirnos al templo de los Dioscuros, y al mismo tiempo señalar que ha corregido lo que los antiguos tenían de “licenciosos”. Por lo tanto, la cita es suficiente para mostrar la superioridad del arquitecto francés, que da una versión más acorde con las reglas de Vitruvio-Serliano. Y esta sabiduría casi académica contradice el partido general, atrevido y sin precedentes en Francia en aquel momento, del orden gigante.

La cita corregida, y por tanto mejorada, de la antigüedad contribuye a manifestar una superioridad del arte francés respecto a un arte antiguo “defectuoso” y a las “licencias” del arte italiano moderno, del que Miguel Ángel es el más espectacular partidario.

Con este mismo enfoque, examinaremos otras citas, en el contexto igualmente espectacular de la sala del Louvre, donde Jean Goujon y Pierre Lescot, en la misma década de 1550, crearon la Tribuna de las Cariátides.

Retour au programme

Ana María Sánchez Tarrío, El nombre de Platón: tres ejemplos en la literatura portuguesa quinientista

Nuestro estudio muestra cómo la autoridad de Platón se invoca en relación a tres temas axiales de la cultura portuguesa quinientista:  la ‘manía’ de los poetas (João Rodrigues de Sá de Meneses), el trabajo anticuario y erudito como deber para con la patria (João de Barros), y, en tercer lugar, como argumento de contestación a las decisiones del consejo regio en el momento de la inminente anexión dinástica de Portugal por la monarquía filipina. Procuramos mostrar qué clase de difusión de la obra platónica está en la base de esta diversificada apropiación del nombre del filósofo, teniendo en cuenta las traducciones latinas humanísticas y otras fuentes indirectas.

Ana María Sánchez Tarrío, Le nom de Platon: trois exemples dans la littérature portugaise du XVe siècle.

Notre étude montre comment l’autorité de Platon est invoquée en liaison avec trois thématiques centrales de la culture portugaise du XVe siècle:  la ‘manie’ des poètes (João Rodrigues de Sá de Meneses), le travail centré sur les antiquités et érudit comme devoir pour la patrie (João de Barros), et, troisièmement, comme argument de contestation aux décisions du Conseil royal au moment de l’imminente annexion dynastique du Portugal par la monarchie de Philippe II. Nous tenterons de montrer quel type de diffusion de l’œuvre de Platon se fait sur la base de cette appropriation diversifiée du nom du philosophe en nous appuyant sur les traductions latines humanistes et sur d’autres sources indirectes.

Retour au programme

Janika Päll, Quotations in the Humanist editions from the Region of the Baltic Sea: the case study of Johannes Gezelius the Elder

The editions of ancient authors, as well as grammars and lexica of ancient languages from the 16th-17th century Swedish Kingdom (with her oversea provinces) fall generally under the category of school humanism. With an exception of Johann Scheffer, who represents in Sweden the German humanist tradition (and whose editions are mostly printed in Germany) we see cheap text or bilingual editions with no or rudimentary commentary, in case of grammars or lexica, tendency to abridgments. Correspondingly, the amount of paratexts (mostly in Latin) in these books is small, including brief addresses to the readers, occasional dedications and gratulatory poems. However, even these brief paratexts include quotations from ancient and contemporary authors.

In this paper I’ll focus on some typical quotations inn Greek, found in the school editions by Johannes Gezelius the Elder (1615-1690), whose activity as a bishop, Bible translator,  professor, school reformer and author of various manuals has left a great impact in the development of culture and education in Early Modern Swedish kingdom. I am going to discern possible sources of these quotations, to look into their functions and bring out some general features, reflected in this case study.  

Janika Päll, University of Tartu

Les éditions d’auteurs anciens, ainsi que les grammaires et lexiques des langues anciennes publiés dans le royaume suédois aux XVIe et XVIIe siècles (avec ses provinces d’outre-mer) relèvent généralement de la catégorie de l’humanisme scolaire. A l’exception de Johann Scheffer, qui représente en Suède la tradition humaniste allemande (et dont les éditions sont pour la plupart imprimées en Allemagne), on voit des textes bon marché ou des éditions bilingues sans commentaire ou avec un commentaire rudimentaire, et, dans le cas de grammaire ou de lexique, on constate une tendance nette aux abrégés. En conséquence, la quantité de paratextes (principalement en latin) dans ces livres est faible, et concerne de brèves adresses aux lecteurs, des dédicaces occasionnelles et des poèmes de félicitations. Cependant, même ces brefs paratextes contiennent des citations d’auteurs anciens et contemporains.
Dans cet article, je me concentrerai sur quelques citations typiques du grec, trouvées dans les éditions scolaires de Johannes Gezelius l’Ancien (1615-1690), dont l’activité en tant qu’évêque, traducteur de la Bible, professeur, réformateur scolaire et auteur de divers manuels a eu une grande influence sur le développement de la culture et de l’éducation dans le royaume suédois du début de l’époque moderne. Je vais discerner les sources possibles de ces citations, examiner leurs fonctions et dégager quelques caractéristiques générales, reflétées dans cette étude de cas.

Citas en las ediciones de los humanistas de la región del Mar báltico: estudio del caso de Johannes Gezelius el Viejo

Las ediciones de autores antiguos, así como las gramáticas y léxicos de las lenguas antiguas publicados en el reino sueco en los siglos XVI y XVII (con sus provincias de Ultramar) suelen vincularse con el humanismo escolar. Excepto Johann Scheffer, que representa en Suecia la tradición humanista alemana (y cuyas ediciones, en su mayor parte, se imprimieron en Alemania), se encuentran textos baratos o ediciones bilingües sin comentario o con un comentario rudimentario, y, en el caso de gramáticas o de léxicos, se comprueba una clara tendencia a los compendios. Por lo tanto, la cantidad de paratextos (principalmente en latín) en esos libros es débil, y concierne breves dedicatorias a los lectores, dedicatorias ocasionales y poemas encomiásticos. No obstante, incluso esos breves paratextos contienen citas de autores antiguos y coetáneos.
En este artículo, me centraré en algunas citas típicas del griego, encontradas en ediciones escolares de Johannes Gezelius el Viejo (1615-1690), cuya actividad como obispo, traductor de la Biblia, profesor, reformador escolar y autor de distintos manuales tuvo una gran influencia en el desarrollo de la cultura y de la educación en el reino sueco de principios de la época moderna. Identificaré las posibles fuentes de esas citas, examinaré su función y destacaré algunas características generales, reflejadas en el estudio de este caso.

 

Retour au programme

Marcela Slavíková, Haec ille: Some Remarks on Quotations in the Editions and Commentaries by Johannes Honorius Cubitensis (c. 1465–1504)

During our research for the project Europa Humanistica II., we have managed to collect quite an impressive amount of material which documents the editorial activities of early Humanist scholars of Bohemian origin. One of these scholars whose editorial work has turned out to have been exceptionally fruitful was Johannes Honorius Cubitensis (c. 1465–1504). Born in the West Bohemian town of Elbogen, he proceeded to the University of Leipzig, where he later became a professor of poetics and rhetoric. From what we have gathered so far, it is clear that apart from his teaching activities, Honorius devoted his life to preparing editions of both ancient and early modern works. He also produced two original commentaries, which, not unlike his editions, include an interesting number of quotations from various authors. The purpose of this paper is twofold. After a brief biographical sketch of Honorius, I will give an outline of his editorial efforts and describe their characteristics and objectives. Then, I will shift the focus on the quotations that can be observed in both his editions and commentaries as well as in his announcements of lectures. I will discuss the function and purpose of the quotations within these narratives and determine whether Honorius’s use of quotations varies depending on the genre, or if their role remains unchanged.


Au cours de nos recherches pour le projet Europa Humanistica II., nous avons réussi à rassembler une quantité assez impressionnante de documents qui documentent les activités éditoriales des premiers chercheurs humanistes d’origine bohème. L’un de ces savants dont le travail éditorial s’est avéré exceptionnellement fructueux était Johannes Honorius Cubitensis (c. 1465-1504). Né dans la ville de Bohême occidentale d’Elbogen, il a étudié à l’université de Leipzig, où il devait devenir plus tard professeur de poétique et de rhétorique. D’après la documentation que nous avons rassemblée jusqu’à présent, il est clair qu’en dehors de ses activités d’enseignement, Honorius a consacré sa vie à préparer des éditions d’œuvres anciennes et modernes. Il a également produit deux commentaires originaux, qui, tout comme ses éditions, comprennent un nombre intéressant de citations de divers auteurs. L’objectif de cet article est double. Après une brève notice biographique d’Honorius, je donnerai un aperçu de ses efforts éditoriaux et décrirai leurs caractéristiques et objectifs. Ensuite, je me concentrerai sur les citations que l’on peut observer aussi bien dans ses éditions et commentaires que dans ses annonces de conférences. Je discuterai de la fonction et du but des citations dans ces récits et déterminerai si l’utilisation des citations par Honorius varie selon le genre de texte, ou si leur rôle reste inchangé.

Marcela Slavíková, Haec ille: Algunas observaciones sobre las citas en las ediciones y comentarios de Johannes Honorius Cubitensis (c. 1465–1504)

A lo largo de nuestras investigaciones para el proyecto Europa Humanistica II., conseguimos reunir una cantidad bastante impresionante de documentos que testimonian las actividades editoriales de los primeros investigadores humanistas de origen bohemio. Uno de aquellos sabios, cuya labor editorial resultó excepcionalmente fructífera, era Johannes Honorius Cubitensis (c. 1465-1504). Nacido en la ciudad de Bohemia occidental de Elbogen, estudió en la universidad de Leipzig, de la que sería más tarde profesor de poética y de retórica. Según la documentación que reunimos hasta ahora, queda claro que aparte de sus actividades docentes, Honorius dedicó su vida a preparar ediciones de obras antiguas y modernas. También produjo dos comentarios originales, que, al igual que sus ediciones, contienen una cantidad interesante de citas de diversos autores. El objetivo de este artículo es doble. Después de una breve reseña biográfica de Honorius, daré una muestra de sus esfuerzos editoriales y describiré sus características y objetivos. Luego, me centraré en las citas que se pueden observar tanto en sus ediciones y comentarios como en sus anuncios de conferencias. Trataré de la función y de la meta de las citas en esos relatos y determinaré si el uso de las citas por Honorius varía en función del género del texto, o si su papel permanece inalterado.

Retour au programme

Laurent Paya, Citations et magie naturelle dans Le Jardinage (1578) d’Antoine Mizauld

Le Jardinage (1578) d’Antoine Mizauld appartient au genre de la littérature des secrets étudié par William Eamon. Dans ce traité Mizauld, en médecin, révèle des remèdes cachés ou oubliés pour soigner les maux du jardin en s’inspirant des écrits sur la magie naturelle de Jérôme Cardan et Giambattista della Porta qu’il cite à de nombreuses reprises. Bien qu’il adopte parfois une approche expérimentale de terrain, le discours argumentatif de Mizauld est d’abord fondé sur la relation et la compilation de phénomènes naturels extraordinaires observés par des personnages à la notoriété établie. Dans sa pratique de la citation, largement déterminée par la rhétorique de la varietas et de la copia verborum, Mizauld initie le lecteur aux agronomes latins : Caton, Varron, Columelle et Palladius, dont l’ancienneté est un gage de véridicité. Il convoque également la poésie de Virgile et Ovide dont les vers, qui sont les seules citations in extenso du Jardinage, confèrent à sa sapience un caractère incantatoire. Mais sa préférence semble aller à la parole mythique des auteurs grecs, plus anciens et obscurs, tels que Magon de Carthage, le pseudo-Démocrite ou Julius Africanus, dont les écrits fragmentaires sont rassemblés dans les Géoponiques.  Aussi nous tâcherons de mettre en évidence dans quelle mesure cette érudition « citationniste », dont la puissance performative agissait incontestablement sur l’imaginaire du lecteur, pouvait aussi agir favorablement sur les plaisirs et les profits des jardins de la Renaissance.

Laurent Paya, Citas y magia natural en Le Jardinage (1578) de Antoine Mizauld

Le Jardinage (1578) de Antoine Mizauld pertenece al género de la literatura de los secretos estudiados por William Eamon. En este tratado Mizauld, como médico, revela medios ocultos u olvidados para curar los males de la huerta inspirándose en los escritos sobre la magia natural de Jérôme Cardan y Giambattista della Porta que cita numerosas veces. Aunque adopta a veces un enfoque experimental práctico, el discurso argumentativo de Mizauld se fundamenta primero en la relación y la recopilación de fenómenos naturales extraordinarios observados por personajes de asentada notoriedad. En su práctica de la cita, ampliamente determinada por la retórica de la varietas y de la copia verborum, Mizauld introduce al lector en las obras de los agrónomos latinos : Catón, Varrón, Columela y Palladius, cuya antigüedad es una garantía de veracidad. Convoca también la poesía de Virgilio y Ovidio cuyos versos, que son las únicas citas in extenso del Jardinage, confieren a su sapiencia un carácter mágico. Pero tiene su preferencia la palabra mítica de los autores griegos, más antiguos y oscuros tales como Magón de Cártago, el pseudo-Demócrito o Sexto Julio Africano, cuyos escritos fragmentarios fueron reunidos en las Geopónicas. Procuraremos mostrar en qué medida tal erudición « citacionista », cuya potencia performativa actúa de manera evidente en el imaginario del lector, podía también actuar favorablemente en los placeres y los provechos de los jardines del Renacimiento.

Retour au programme

Marta Vaculínová, « The Forthcoming Czech Volumes of Europa humanistica: Editors and their Quotations Strategies »

The paper presents two volumes of the Europa humanistica series, prepared for publication by a Czech team within the framework of a project supported by the Czech Science Foundation. They focus on editors and translators from Prague (Řehoř Hrubý of Jelení, Václav Písecký) and Olomouc (Ioannes Dubravius) as well as on the activities of editors working abroad, specifically in the circle of the university of Leipzig (Paulus Niavis / Schneevogel, Ioannes Honorius Cubitensis). The volumes cover the years 1488–1516. Their contents show how different the reception of antiquity could be in the Czech lands and in their immediate neighbourhood.

This period is characterised by the transition from manuscript to printed medium, as can be documented in the work of Řehoř Hrubý of Jelení. Special attention is also paid to the dedications of researched editions and translations.

Cette contribution présente les deux volumes préparés par l’équipe tchèque du réseau Europa Humanistica dans le cadre d’un programme financé par la fondation tchèque pour la science. L’étude est centrée sur les éditeurs et traducteurs de Prague (Řehoř Hrubý de Jelení, Václav Písecký) et Olomouc (Ioannes Dubravius) aussi bien que d’éditeurs qui oeuvrent à l’extérieur et tout particulièrement ceux qui travaillent dans le milieu de l’université de Leipzig (Paulus Niavis / Schneevogel, Ioannes Honorius Cubitensis). Le volume couvre la période qui s’étend entre 1488 et 1516. Les différents chapitres montrent comment s’opère la réception de l’Antiquité sur les terres tchèques et celles qui lui sont immédiatement voisines.

La période étudiée est celle du passage du manuscrit à l’imprimé comme en témoignent les publications de Řehoř Hrubý de Jelení. Les deux volumes tchèques étudient tout particulièrement les dédicaces des éditions et traductions.

 

Los próximos volúmenes checos de Europa Humanistica : Los editores y sus estrategias en materia de citas 

Este artículo presenta los dos volúmenes preparados por el equipo checo de la red Europa Humanistica en el marco de un programa financiado por la Fundación checa para la Ciencia. El estudio se centra tanto en los editores y traductores de Praga (Řehoř Hrubý de Jelení, Václav Písecký) y Olomouc (Ioannes Dubravius) como en los editores que actúan fuera y más particularmente los que trabajan en el ámbito universitario de Leipzig (Paulus Niavis / Schneevogel, Ioannes Honorius Cubitensis). El volumen cubre el periodo que va desde 1488 hasta 1516. Los distintos capítulos muestran cómo se hace la recepción de la Antigüedad en las tierras checas y las que lindan con ellas.

El periodo estudiado es el del paso del manuscrito al impreso como lo atestiguan las publicaciones de Řehoř Hrubý de Jelení. Ambos volúmenes checos estudian especialmente las dedicatorias de las ediciones y traducciones.

Retour au programme

Jan Bluemendal, ‘How and why humanists from the Low Countries used quotations? Aspects of Reception of the Classics’

Pourquoi et comment les humanistes des anciens Pays-Bas ont-ils utilisé les citations : Quelques aspects de la réception des classiques

Les Humanistes proclamaient qu’ils souhaitaient revenir aux sources, y compris les sources classiques. Ils y parvenaient en produisant des éditions et en entrelaçant les citations dans les préfaces. Leur façon de procéder révèle comment ils se rattachent aux auteurs anciens et pour quelles raisons ils le font : l’Antiquité était-elle ce sanctuaire qui ne devait être qu’admiré et adoré ou pouvait-on s’en servir pour approfondir leurs propres réflexions, voire les critiquer ? Ces usages ont-ils varié dans le temps ? De telles questions nourrissent notre compréhension de la réception des classiques, un concept qui sera également abordé dans cet article.

Humanists proclaimed they wished to go back ad fontes, also to classical sources. They did so by their editions and by intertwining quotations in their prefaces. The way they did so may reveal the value they attached to the ancient authors, but also the reasons why they did so. Was Antiquity a ‘sanctuary’ that was only to be admired and worshipped, or made they use of them to astrue their own reasonings, or even criticize them. What canon did they use in their quotations? And does this change in the course of time? Such questions add to our understanding of classical reception, a concept that will also be addressed in this paper.

 

¿Por qué y cómo los humanistas de los antiguos Países Bajos utilizaron las citas? Algunos aspectos de la recepción de los clásicos.

Los humanistas proclamaban que deseaban volver a las fuentes, incluidas las fuentes clásicas. Lo lograban produciendo ediciones y entrelazando las citas en sus prefacios. Su modus operandi revela cómo se vinculan con los autores antiguos y por qué motivos lo hacen: ¿Era la Antigüedad un santuario que sólo debía ser admirado y adorado, o podía uno valerse de ella para profundizar en sus propias reflexiones e incluso criticarlas? ¿Variaron tales usos en el tiempo? Semejantes preguntas alimentan nuestra comprensión de la recepción de los clásicos, un concepto que también será abordado en este artículo.

Retour au programme

Parler avec les mots d’autrui – Programme

programme colloque

Jeudi 1er juillet

https://cnrs.zoom.us/j/94951374649

ID de réunion : 949 5137 4649
Code secret : eJQa9G

9h : introduction par Benoist Pierre, directeur du CESR.

Les enjeux de la citation : citer les textes par toute l’Europe

Présidence: Yves Pauwels

  • 9h40 – Istvan Monok (Académie des sciences de Hongrie): « Les citations sources de la reconstruction des bibliothèques privées. Stephanus Zamosius et Paulus Ferro (Transylvanie, début du XVIIe siècle) ». Résumé/abstract
  • 10h – Janika Päll (Université de Tartu, Estonie) :   « La citation dans les paratextes par les éditeurs humanistes (autour de la mer Baltique) ». Résumé/abstract
  • 10h 20 – Concetta Bianca (Université de Florence, Italie) : Annotare, citare, scrivere: Coluccio Salutati e i suoi manoscritti
  • 10h 40 – Marta Vaculínová (Académie des sciences, Rep. Tchèque) : « The Forthcoming Czech Volumes of Europa humanistica: Editors and their Quotations Strategies». Résumé/abstract

11h-11h20 : Pause

Présidence: István Monok

  • 11h 20 – Lucie Storchová (Académie des sciences, Rep. Tchèque): « Weak and Strong Intertextuality in Bohemian School Humanism». Résumé/abstract
  • 11h40 – Marcela Slavikova (Académie des sciences, Rep. Tchèque): Haec ille: Some Remarks on Quotations in the Editions and Commentaries by Johannes Honorius Cubitensis (c. 1465–1504). Résumé/abstract
  • 12h – Jan Bluemendal (Instituut Huygens, Pays-Bas): « Quoting humanists from the Low Countries, why and how ». Résumé/abstract

Discussion 

Pause Méridienne

  • 13h40 – Gabor Kiss Farkas (Université Loránd Eötvös, Hongrie) : « Imiter et interpréter l’imitation dans la poésie néo-latine en Hongrie ».
  • 14h –  Jean-Marie Flamand (CNRS, IRHT, France) : « Jacques Lefèvre d’Étaples, ingénieux pédagogue. Trois variations sur le thème de la citation ». Résumé/abstract
  • 14h 20-14h40 – Discussion.

Intertextualité scientifique

Présidence: Ana María Tarrío

  • 14h 40 – Dina Bacalexi (CNRS, Centre Jean Pépin, France) : « Citations non médicales dans les textes médicaux à la Renaissance ». Résumé/abstract
  • 15h – Laurent Paya (Chercheur associé, CESR, France) : « Citations et magie naturelle dans le Jardinage (1578) d’Antoine Mizauld». Résumé/abstract
  • 15h 20 François Loget (Université de Limoges, CESR, France): « L’Algèbre de Jacques Peletier du Mans; entre réécriture et citation ». Résumé/abstract
  • 15h40-16h Discussion

Citations non verbales

Présidence: Diane Cuny

  • 16h 20 – Alain Salamagne (Université de Tours, CESR, France): Le gothique de la Renaissance : une autre retour à l’Antique ? Résumé/abstract.
  • 16h 40 – Yves Pauwels (Université de Tours, CESR, France): Formes et sens de la citation des antiques dans l’architecture de la Renaissance. Résumé/abstract
  • 17h – Sonia Fellous (CNRS, IRHT, France): Esther véhicule de la lutte contre l’oppresseur de Doura à la Renaissance. Résumé/abstract

Discussion

Vendredi 2 juillet

Accès Zoom : https://cnrs.zoom.us/j/98780906063 (Code secret: 8dBuSm)

Citer les classiques, transmettre les textes

Présidence: Jean-Marie Flamand

  • 9h – María Dolores Rincón (Université de Jaén, Espagne) : « La múltiple funcionalidad del uso de las fuentes clásicas en la Historia Baetica de Carlo Verardi (1440-1500)». Résumé/abstract
  • 9h 20 – Natalia Soria Ruiz (Université de Jaén, Espagne): Las citas de autores clásicos como principio de autoridad en el Universal vocabulario (1490) de Alfonso de Palencia. Résumé/abstract.
  • 9h 40 – Diane Cuny (Université de Tours, CESR, France): Citations, allusions et détournements de l’histoire antique dans le Prince de Machiavel. Résumé/abstract
  • 10h – Vladislava Lukasik (Université d’État de Moscou, Russie): Qu’est-ce qu’une cité?” Kourbsky cite Cicéron. Résumé/abstract
  • 10h 20 – Ana María Sánchez Tarrío (Université de Lisbonne, Portugal): El nombre de Platón: tres ejemplos en la literatura portuguesa quinientista. Résumé/abstract

Discussion – pause

Bible et tradition exégétique

Présidence: Vladislava Lukasik

  • 11h 20 – Martin Morard (CNRS, IRHT, France): La Catena aurea au goût du jour ? Citations et réécritures humanistes des traductions médiévales du grec par les éditeurs du XVIe siècle. Résumé/abstract
  • 11h 40 – Cristina Ricci (Université de Munich, Allemagne): Citazioni in lingua greca presenti nelle prefazioni alle edizioni dei Padri Latini. Résumé/abstract
  • 12h  – Hélène Rabaey (Université du Havre, France): Entre autorités alléguées et autorités tues : les enjeux de la citation dans les commentaires aux Évangiles du bénédictin Juan de Robles. Résumé/abstract

Discussions et Conclusions