Archives de catégorie : Billets

Diane Cuny (CESR), Citations, allusions et détournements de l’histoire antique dans le Prince de Machiavel

À partir de trois exemples choisis (Philopœmen, Hiéron et Agathocle), nous nous proposons d’étudier les citations, allusions et détournements de l’histoire antique opérés par Machiavel dans le Prince. Nous cherchons à comprendre à quoi servent au Florentin les références antiques, comment il se positionne par rapport à ces exemples et le lien qu’il entretient avec les sources.

Si on trouve peu de citations explicites des auteurs antiques et que Machiavel est loin d’avoir les habitudes d’un chercheur contemporain qui cite précisément l’ouvrage auquel il se réfère, il est clair qu’il avait lu des auteurs latins comme Tite-Live et Justin et qu’il avait eu accès aux informations contenues dans les Histoires de Polybe selon des modalités que nous connaissons mal.

Un premier rapprochement entre la présentation de Philopœmen au chapitre XIV, 11-13 du Prince avec Tite-Live, XXXV, 28 est l’occasion d’étudier un passage dans lequel Machiavel suit, sans le nommer, Tite-Live d’assez près et développe des idées comparables. Dans cet exemple, il y a coïncidence entre le projet de Tite-Live et celui de Machiavel : les deux auteurs ont pour but de montrer combien l’analyse du terrain est une compétence essentielle à un chef de guerre. Ils admirent tous deux Philopœmen pour sa capacité à anticiper et à ne jamais être pris au dépourvu.

Hiéron II de Syracuse apparaît aux chapitres VI et XIV du Prince. Au chapitre VI, 28, la citation latine de Justin concernant Hiéron (« quod nihil illi deerat ad regnandum praeter regnum ») ne précise pas le nom de l’auteur et il est difficile de savoir si elle correspond à un choix de Machiavel qui avait lu l’ensemble du texte source (Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée, XXIII, 4) ou s’il s’agit d’un apophtegme célèbre que Machiavel aurait pu lire dans un ouvrage de seconde main sans se référer directement au texte. En tout cas, une comparaison entre Justin et l’image que Machiavel donne de Hiéron montre que le Florentin simplifie beaucoup et laisse de côté de nombreux éléments qui intéressaient l’historien latin, par exemple les manifestations surnaturelles, l’aptitude oratoire de Hiéron, sa justice et sa modération dans l’exercice du pouvoir. Des allusions au massacre des mercenaires et à la constitution d’une nouvelle armée semblent indiquer que Machiavel, qui ne lisait pas le grec, a eu accès à Polybe au moins indirectement. Machiavel offre de Hiéron II une présentation partiale et met l’histoire antique au service de ses convictions. Hiéron, qui resta à la tête de Syracuse plus de 55 ans, lui offre un bon exemple de chef ayant su inscrire son pouvoir dans la durée, à la différence, par exemple, de Cesare Borgia. Il incarne ce dont Florence a besoin selon Machiavel : un prince capable de lever sa propre armée contre les envahisseurs et de changer d’alliance, le cas échéant, en fonction du moment opportun.

Agathocle, quant à lui, est évoqué à deux reprises au chapitre VIII et encadre un développement consacré à Liverotto da Fermo, contemporain de Machiavel. Là encore, l’exemple antique est synonyme d’installation d’un pouvoir durable. Si plusieurs échos sont nets entre le texte de Machiavel et l’Abrégé de Justin, Machiavel passe encore une fois sous silence beaucoup d’éléments présents chez Justin, voire propose une autre version des événements, qui n’est pas non plus celle qu’adopte Diodore de Sicile. Il offre une présentation particulièrement synthétique du personnage, centrée sur son ascension, sa prise de pouvoir et l’invasion de l’Afrique. Le jugement porté sur le roi n’est pas exempt de contradictions puisque Machiavel, après avoir présenté Agathocle comme un homme qui « mena toujours, dans tous les âges de la vie, une vie scélérate », le donne comme exemple de personne ayant fait un bon usage de la cruauté en la concentrant au moment de la prise du pouvoir. Si la caractérisation du personnage comme un être scélérat, déloyal, cruel et inhumain est peu étayée, la réflexion sur le maintien au pouvoir d’un être cruel est l’occasion pour Machiavel de réfléchir à la morale d’exception du prince dont la virtù ne coïncide pas nécessairement avec les vertus associées à la morale et à la religion.

Retour au programme

Alain Salamagne (Université de Tours – CESR): Le gothique de la Renaissance : une autre retour à l’Antique ?

Erwin Panofsky a de longue date dissocié la Renaissance architecturale du seul apport de l’Italie et les travaux d’Ethan Matt Kavaler dans les années 2010 ont requalifié sous les termes de « Renaissance Gothic » le gothique de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance.

         Si le rapport à l’Antiquité est toujours perçu à partir de la réception des formes à l’italienne, nous voudrions suggérer à travers l’analyse de l’escalier d’honneur de l’aile Louis XII du château de Blois (construit autour de 1500) que des formes particulières du décor architectonique — qui ne participent pas des références romaines —ont pu pourtant être conçues par les constructeurs comme des références aux modèles antiques. Dans un temps où la connaissance de l’histoire ancienne ne passait pas par le seul filtre de la romanité, et même si cette dernière peut réapparaître dans des détails subtils, nous tenterons de démontrer que les constructeurs puisèrent dans le fonds ancien de l’architecture romane identifiée à l’architecture antique les référents de leurs nouvelles formes.

El gótico del Renacimiento : ¿otra vuelta a lo Antiguo ?

Erwin Panofsky disoció tempranamente el Renacimiento arquitectónico del único aporte de Italia y los trabajos de Ethan Matt Kavaler en los años 2010 volvieron a calificar bajo los términos de « Renaissance Gothic » el gótico del final de la Edad Media y principios del Renacimiento.

Si la relación a la Antigüedad es todavía percibida a partir de la recepción de las formas usadas en Italia, quisiéramos sugerir a través del análisis de la escalera de honor del ala Luis XII del castillo de Blois (construido alrededor de 1500) que formas particulares del decorado arquitectónico — que no participan de las referencias romanas —pudieron sin embargo ser concebidas por constructores como referencias a modelos antiguos. En un tiempo en el que el conocimiento de la historia antigua no pasaba por el solo filtro de la romanidad, e incluso si éstas pueden reaparecer en detalles sútiles, procuraremos demostrar que los constructores sacaron los referentes de sus nuevas formas, del fondo antiguo de la arquitectura románica identificada con la arquitectura antigua.

Retour au programme

Martin Morard (CNRS Institut de recherche et d’histoire des Textes – Paris): La Catena aurea au goût du jour ? Citations et réécritures humanistes des traductions médiévales du grec par les éditeurs du XVIe siècle.

La Catena aurea de Thomas d’Aquin  (+1274) – de son vrai nom Expositio continua super Evangelia –  est un commentaire continu des évangiles, élaboré à partir de quelques 12830 extraits d’auteurs ecclésiastiques anciens, latins et grecs. Une part significative d’entre eux a été traduite en latin pour la première fois à cette occasion entre 1261 et 1268, principalement à partir de chaînes patristiques grecques, mais aussi à partir de quelques commentaires originaux. Le genre théologique  de l’exégèse par citations, caractéristique des gloses et chaînes médiévales, doit être compris comme une réception consensuelle et collective des héritages anciens, constitutifs du socle doctrinal qui fonde l’unité de la Chrétienté sacrale. Cette modalité exégétique implique dans sa nature même une “mise à jour” des textes et des sources qui répond aux attentes de la société réceptrice et la reflète en retour. Cette reviviscence, caractéristique fondamentale de toute citation, se prolonge à chaque époque de la réception des textes, que la citation soit isolée ou associée dans un tissu qui la lie à d’autres citations faisant “chaîne”, elle-même porteuse de sens.

La Catena aurea n’a pas échappé à la loi du genre. Chaîne de chaînes et réception de la réception, elle a à son tour fait l’objet à la période humaniste de remaniements de plusieurs ordres qui doivent être compris comme autant de réceptions historiques ; ils concernent 1° le titre même de Catena, inventé dans le dernier tiers du 15e siècle ; 2° l’usage pastoral de la Catena dans le cadre de la prédication ; 3° les remaniements morphologiques et codicologiques que cette évolution a impliqués dans les manuscrits et les éditions de l’époque humaniste; 4°  enfin le texte même des extraits forgés par Thomas d’Aquin et ses collaborateurs, principalement les traductions du grec, qui ont  subi des remaniements orientés en partie par le contexte de la Contre Réforme catholique – plus que par la réaction anti-protestante –   et en partie  par l’intérêt des humanistes pour les textes anciens et leur meilleure connaissance des langues anciennes. 

Retour au programme

¿La Catena aurea al gusto del día ? Citas y reescrituras humanistas de las traducciones medievales del griego por los editores del siglo XVI.

La Catena aurea de Tomás de Aquino  (+1274) – por su verdadero nombre Expositio continua super Evangelia – es un comentario seguido de los Evangelios, elaborado a partir de unos 12830 extractos de autores eclesiásticos antiguos, latinos y griegos. Una parte significativa de entre ellos fue traducida al latín por primera vez con esta ocasión entre 1261 y 1268, principalmente a partir de cadenas patrísticas griegas, pero también a partir de algunos comentarios originales. El género teológico de la exégesis por citas, característica de las glosas y cadenas medievales, debe entenderse como una recepción consensual y colectiva de las herencias antiguas, constitutivas de la base doctrinal que fundamenta la unidad de la Cristiandad sagrada. Esta modalidad exegética implica en su propia naturaleza una “puesta al día” de los textos y de las fuentes que responden a las expectativas de la sociedad receptora y a su vez, de vuelta, la refleja. Esta reviviscencia, característica fundamental de cualquier cita, se prolonga en cada época de la recepción de los textos, que la cita sea aislada o asociada en un tejido que la ata a otras citas formando una cadena que a su vez tiene su propio significado.

La Catena aurea no escapó a la ley del género. Cadena de cadenas et recepción de la recepción, fue objeto, a su vez en el periodo humanístico de reorganizaciones de varios tipos que deben entenderse como distintas recepciones históricas ; conciernen 1° el propio título de Catena, inventado en el último tercio del siglo XV ; 2° el uso pastoral de la Catena en el marco de la predicación ; 3° las remodelaciones morfológicas y codicológicas que esta evolución implicaron en los manuscritos y las ediciones de la época humanística; 4° por fin el propio texto de los extractos forjado por Tomás de Aquino y sus colaboradores, principalmente las traducciones del griego, que sufrieron reelaboraciones orientadas en parte por el contexto de la Contra Reforma católica – más que por la reacción anti-protestante –  y en parte  por el interés de los humanistas por los textos antiguos y su mejor conocimiento de las lenguas antiguas. 

István Monok : Les renvois de Pál Ferró Háportoni (ca. 1570–ca. 1624). Contribution á l’histoire de la bibliothèque princière transylvaine de Gyulafehérvár

On dispose d’informations très réduites sur l’histoire des princes de Gyulafehérvár ou sur la vie de Pál Ferró et de sa famille. On sait cependant que Ferró fut protégé par l’évêque András Báthory qui finance ses études chez les jésuites de Braunsberg et on le trouve porteur d’une lettre de Zsigmond Báthory, puis actif à Cracovie où il publie deux livres. C’est au séminaire jésuite qu’il acquiert une solide formation rhétorique qui lui permet de paraphraser Virgile ou de traduire Quinte Curce.

Pál Ferró précise son projet dans la préface de sa traduction de Salluste, publiée à Szeben en 1596 : donner en langue hongroise les ouvrages des historiens les plus illustres. Le traducteur conduit ce projet en même temps qu’il met en exergue la figure d’Alexandre le Grand modèle de prince à imiter.

Les références de Pál Ferró sont dans leur très grande majorité identifiables. De l’avis de György Király, Ferró utilise deux éditions bâloises antérieures dont les historiens soulignent la rareté. Dorró utilise aussi deux sources annexes imprimées : la biographie d’Alexandre le Grand de Joannes Monachus et la lettre apocryphe d’Alexandre le Grand à Aristote. Ces citations soulignent la compétence philologique de Pál Ferró, mais elles posent aussi la question des lieux où il a pu travailler et des bibliothèques qu’il pouvait consulter. L’analyse de ses déplacements et les informations biographiques dont on peut disposer permettent surtout d’exclure nombre de bibliothèques bien connues et n’en laisse à vrai dire qu’une seule possible : celle des princes de Gyulafehérvár.

Retour au programme

Los remites de Pál Ferró Háportoni (ca. 1570–ca. 1624). Contribución a la historia de la biblioteca principesca transilvania de Gyulafehérvár

Disponemos de informaciones muy reducidas sobre la historia de los príncipes de Gyulafehérvár o sobre la vida de Pál Ferró y de su familia. No obstante sabemos que Ferró fue protegido por el obispo András Báthory quien financió sus estudios donde los jesuitas de Braunsberg y le encontramos en posesión de una carta de Zsigmond Báthory. A continuación fue muy activo en Cracovia donde publicó dos libros. Fue en el seminario jesuita donde adquirió una sólida formación retórica que le permite parafrasear a Virgilio o traducir a Quinto Curcio.

Pál Ferró precisa su proyecto en el prefacio de su traducción de Salustio, publicada en Szeben en 1596 : dar en lengua húngara las obras de los historiadores más ilustres. El traductor lleva a cabo tal proyecto a la vez que pone de realce la figura de Alejandro Magno como modelo de príncipe a imitar.

Las referencias de Pál Ferró son en su gran mayoría identificables. Según György Király, Ferró utiliza dos ediciones de Basilea anteriores cuya rareza destacan los historiadores. Ferró se vale también de dos fuentes anexas impresas : la biografía de Alejandro Magno de Joannes Monachus y la carta apócrifa de Alejandro a Aristóteles. Tales citas ponen de relieve la competencia filológica de Pál Ferró, pero también plantean la pregunta de los lugares donde pudo trabajar y de las bibliotecas que podía consultar. El análisis de sus desplazamientos y las informaciones biográficas de las que podemos disponer permiten sobre todo excluir muchas bibliotecas muy conocidas y sólo nos queda una posibilidad : la de los príncipes de Gyulafehérvár.

Sonia Fellous: Représentations d’Esther, symbole de résistance contre l’oppresseur. De la synagogue de Doura Europos à la Renaissance

L’histoire de la reine Esther a été le sujet de nombreuses représentations artistiques tant chez les juifs que chez les chrétiens au long des siècles. Elle apparait pour la première fois sur les murs de la salle de prières de la synagogue de Doura Europos (Syrie, 246), au centre du mur orienté vers Jérusalem. En effet, depuis la destruction du premier Temple de Jérusalem (-586) et l’exil des judéens en Babylonie, l’histoire d’Esther constitue une parabole de l’asservissement des juifs en Diaspora et leur espérance de libération. Le livre est lu à la synagogue une fois par an, au moment de la   fête de Pourim (« sorts » qui devaient décider  la mort des judéens de Babylonie), une tradition qui se perpétue à ce jour. Pour les chrétiens, elle devient au moyen âge et sous l’impulsion du commentaire de Raban Maur (780-856?,  Expositio in librum Esther), le symbole de l’Eglise épouse du Christ, la figure de la Vierge Marie intercesseur entre le peuple fidèle et le Christ.

Héroïne vengeresse et femme exemplaire, elle s’oppose aux noirs desseins d’Aman assimilé au Diable, aux impies, aux ennemis d’Israël et enfin à partir du XVe siècle au royaume d’Espagne. En effet, cette tragédie et son héroïne deviendront symbole de l’attente messianique des marranes et des exilés d’Espagne et du Portugal après les évènements dramatiques qui menèrent à l’expulsion et aux conversions forcés. Les marranes voueront à la Reine Esther un véritable culte et une place privilégiée dans leur univers littéraire et artistique : comme elle, ils durent cacher leur judaïsme et lutter et conquérir le droit de vivre. C’est avec leur arrivée en Italie, en France – quand Louis XIV permit leur entrée dans le royaume de France en tant que marchands nouveaux chrétiens – et aux Pays Bas que le thème acquiert une dimension politique et deviendra le symbole de la lutte contre l’Espagne et ses visées hégémoniques sur les pays du nord de l’Europe. Au XVIIe siècle, la thématique prolifère dans l’art des sociétés italiennes, hollandaises et françaises dans des compositions de plus en plus marquées par les mises en scènes théâtrales sous l’impulsion du succès de la pièce de Racine qui constitua le livret du premier opéra juif joué dans le ghetto de Venise.

Retour au programme

Representaciones de Ester, símbolo de resistencia contra el opresor. De la sinagoga de Doura Europos en el Renacimiento

La historia de la reina Ester fue objeto de numerosas representaciones artísticas tanto entre los judíos como entre los cristianos a lo largo de los siglos. Aparece por primera vez en las paredes de la sala de oraciones de la sinagoga de Doura Europos (Syrie, 246), en el centro de la pared orientada hacia Jerusalén. En efecto, desde la destrucción del primer Templo de Jerusalén (-586) y el exilio de los judeos en Babilonia, la historia de Ester constituye una parábola de la servidumbre de los judíos en Diaspora y su esperanza de liberación. El libro es leído en la sinagoga una vez al año, en el momento de la fiesta de Purim (« suertes » que debían decidir la muerte de los judeos de Babilonia), una tradición que se perpetua hasta hoy. Para los cristianos, se convierte en la Edad Media y bajo el impulso del comentario de Rabano Mauro (780-856?,  Expositio in librum Esther), en el símbolo de la Iglesia esposa de Cristo, la figura de la Virgen Maria intercesora entre el pueblo fiel y Cristo.

Heroína vengadora y mujer ejemplar, se opone a los diabólicos diseños de Amán asimilado al Diablo, a los impíos, a los enemigos de Israel y por fin a partir del siglo XV al reino de España. En efecto, aquella tragedia y su heroína se convertirán en el símbolo de la espera mesiánica de los marranos y exiliados de España y de Portugal después de los dramáticos acontecimientos que llevaron a la expulsión y a las conversiones forzadas. Los marranos le dedicarán a la Reina Ester un verdadero culto y un lugar privilegiado en su universo literario y artístico : como ella, debieron ocultar su judaísmo y luchar por su derecho a vivir. Fue con su llegada a Italia, a Francia – cuando Luis XIV permitió su entrada en el reino de Francia como mercaderes nuevos cristianos – y en los Países Bajos cuando el tema cobró una dimensión política y se volvió el símbolo de la lucha contra España y sus intenciones hegemónicas respecto a los países del norte de Europa. En el siglo XVIIe, la temática prolifera en el arte de las sociedades italianas, holandesas y francesas en composiciones cada vez más marcadas por las escenificaciones teatrales bajo la impulsión del éxito de la obra de teatro de Racine que constituye la libreta de la primera ópera judía ensayada en el gueto de Venecia.

Vladislava Lukasik : Qu’est-ce qu’une cité ? Kourbsky cite Cicéron.

Andreï Kourbsky, ancien capitaine d’Ivan le Terrible, fuit en 1563 la Russie pour passer au service du roi de Pologne. En émigration il commence à produire des traductions et des textes originaux. Ses épîtres au tsar Ivan où il cherche à justifier son acte et à accuser son ancien souverain de représailles sanglantes figurent parmi ses écrits les plus connus. Ils sont construits selon le principe de l’épistolographie humaniste et semblent s’inspirer du manuel d’Erasme, utilisé alors à l’université de Cracovie. La breviloquentia de Kourbsky contraste avec la prolixité du Terrible qui lisait pourtant bien le latin, mais partait d’un autre principe rhétorique en écrivant ses lettres. Dans un de ses messages à Ivan le Terrible Kourbsky mettra un morceau de traduction de Cicéron, histoire d’instruire le tyran aux bons principes du gouvernement. Il s’agit des Paradoxes (Paradoxa stoicorum). C’est dans le stoïcisme de l’orateur romain que Kourbsky trouve des idées qui sont des éléments fondateurs de son mythe personnel, mais qui servent en même temps d’arguments dans la polémique avec le tsar. Le prince fugitif laisse entendre que la Russie Moscovite n’est plus une cité, tout comme la Rome des années 40 avant J.-C. ne l’était plus. Le thème de l’exil exploité par Cicéron sert à étayer l’image d’expatrié que se construit Kourbsky. Pourtant, si la Russie sous sa plume est une cité inexistante,  et qu’Ivan IV ait fermé ses portes comme celles des enfers, Kourbsky se considère comme exilé de la terre de Dieu. L’année même de son arrivée sur le territoire polono-lituanien l’activité jésuite commencera à s’y déployer, et Kourbsky se trouvera dans la necessité de défendre l’orthodoxie dans sa nouvelle patrie. « Serviteur des autres dans le pays des autres », comme il se définira dans une lettre à Ivan IV, se démarquant de ce « chez vous » qu’est désormais pour lui la Russie, il en appelle au sentiment religieux du tsar : « nous nous appelons chrétiens ». Et Kourbsky de se souvenir de la déploration de la cité de Jérusalem et de son Temple pour construire une jérémiade rhétorique sur l’église du corps du tsar, autrefois habitée par le Saint-Esprit, mais désormais profanée.

¿Qué es una ciudad ? Kourbsky cita a Cicerón.

Andreï Kourbsky, antiguo capitán de Iván el Terrible, huyó de Rusia en 1563 para pasar a servir al rey de Polonia. Durante su emigración empezó a producir traducciones y textos originales. Sus epístolas al zar Iván en las cuales intenta justificar su acto y acusar a su antiguo soberano de sangrientas represalias forman parte de sus obras más conocidas. Son construidas siguiendo la preceptiva de la epistolografía humanista y parecen inspirarse en el manual de Erasmo, utilizado por entonces en la universidad de Cracovia. La breviloquentia de Kourbsky contrasta con la prolijidad del Terrible que leían bien el latín, pero que seguía otra preceptiva retórica escribiendo sus cartas. En uno de sus mensajes a Iván el Terrible, Kourbsky insertará un pasaje de traducción de Cicerón, para instruir al tirano en los buenos principios del gobierno. Se trata de las Paradojas (Paradoxa stoicorum). Es en el estoicismo del orador romano que Kourbsky encuentra ideas que se vuelven elementos fundacionales de su mito personal, pero que a la vez sirven como argumentos en la polémica con el zar. El príncipe fugitivo sugiere que la Rusia Moscovita ya no es una ciudad, de la misma manera que la Roma de los años 40 antes de J.-C. ya tampoco lo era. El tema del exilio explotado por Cicerón sirve para sostener la imagen de expatriado que va construyendo Kourbsky. No obstante, si Rusia bajo su pluma es una ciudad inexistente, e Iván IV cerró sus puertas como las del infierno, Kourbsky se considera como exiliado de la tierra de Dios. El mismo año de su llegada al territorio polaco-lituano, la actividad de los jesuitas empezará a desarrollarse, y Kourbsky se verá obligado a defender la ortodoxia de su nueva patria. « Criado de los demás en un país ajeno », como se definirá en una carta a Iván IV, tomando sus distancias con este « en vuestro país » que califica ya para él Rusia, apela al sentimiento religioso del zar : « nos llamamos cristianos ». Y Kourbsky se acuerda de la pérdida de la ciudad de Jerusalén y de su Templo para construir una jeremiada retórica acerca de la iglesia del cuerpo del zar, antiguamente habitada por el Espíritu Sancto, pero ahora profanada.

Retour au programme

Europa humanistica

Europa Humanistica est un réseau international de philologues qui cherchent à explorer les modalités de la transmission des textes antiques et médiévaux à l’âge de l’Humanisme. Les chercheurs concernés publient leurs travaux dans une collection commune; les monographies sont réparties en trois séries : la première s’intéresse aux carrières des philologues tant d’un point de vue institutionnel que d’un point de vue prosopographique. La seconde examine dans quelles conditions s’est opéré le passage du manuscrit à l’imprimé en centrant la recherche sur la première édition imprimée d’un texte ancien; la dernière série publie les inventaires, les répertoires et les dictionnaires qui constituent les intruments de travail des philologues. le réseau international, ouvert aux collaborations extérieures, est porté par seize équipes représentant quatorze pays différents. Principalement européennes, ces équipes accueillent aussi le Mexique (Université autonome de Mexico), porteur d’un projet voisin concernant la transmission de la culture classique et médiévale au Nouveau Monde.