Conclusions et perspectives

mardi 21 octobre 2008, par Marie-Elisabeth Boutroue

Débats …

 Les débats entre les participants ont tourné autour de la méthodologie, des objectifs et du corpus d’Europa Humanistica, compte tenu des expériences des différentes équipes.

 Pour limiter l’enquête et répondre aux objectifs philologiques fondamentaux de l’entreprise visant à éclairer l’histoire de la transmission des texte antiques et médiévaux, les œuvres personnelles publiées par les humanistes de la Renaissance. seront mentionnées dans l’introduction biographique, mais ne seront pas prises en compte dans les monographies.

Dans le cas le plus général, on retient les oeuvres transmettant les oeuvres anciennes et médiévales jusqu’à 1500. On prendra, par exemple, un humaniste transmetteur d’un docteur de l’Eglise, aussi bien qu’un humaniste transmetteur d’un auteur de l’Antiquité classique.

Pour les auteurs à la limite de ce cas général, on retiendra dans le corpus les humanistes transmetteurs d’autres auteurs humanistes, si les plus anciens d’entre eux sont reconnus comme des transmetteurs de textes anciens ou médiévaux.

Le cadre géographique de nos enquêtes a également été abordé : c’est le cadre régional qui doit être privilégié au-delà des frontières politiques actuelles ou plus exactement l’aire culturelle dans laquelle un humaniste a effectivement travaillé. Cette approche va également dans le sens de la collaboration paneuropéenne promue par les autorités de Bruxelles.

Enfin, le public des monographies a été abordé. Il s’agit à la fois d’offrir un instrument de travail pour les spécialistes et de diffuser les résultats auprès d’un public plus large. Cela impose de limiter l’annotation dans les monographies à un niveau raisonnable, d’avoir le souci de la présentation matérielle des études et de leur lisibilité.

et  conclusions

En filigrane, tous les exposés présentés mettaient l’accent sur les enjeux de l’humanisme.

Des enjeux politiques pour fonder les légitimités nationales ; des enjeux religieux et des enjeux épistémologiques pour fonder de nouveaux savoirs.

Tout cela prouve, s’il en était besoin, le bien fondé de nos travaux. Pour nos projets futurs, j’aimerais retenir ces deux idées :

1- C’est en comprenant les modalités de la transmission des textes et des idées que nous reocnstituerons, selon la belle image de Caterina Tristano, les tesselles de la mosaïque. Continuons donc à tailler, pièce après pièce ces tesselles.

2- Nos travaux supposent des échanges : les différentes équipes, ont besoin de se rencontrer et aussi de faire connaître à l’extérieur les travaux menés dans le cadre de notre réseau. Nos réunions devront devenir régulières , un intervalle de deux ans ne semblant pas excessif.

 L’effort de communication passe aussi par le site web d’Europa Humanistica qui doit devenir un lien entre les équipes. Chaque équipe peut y avoir accès et publier ses propres données.

Enfin, un réseau a besoin de moyens pour vivre. Le programme TRANSERE proposé en février 2008 dans le cadre du 7e PCRDT sera revu, corrigé et représenté dans les mois qui viennent. toujours dans le cadre du programme Infrastructures. D’autres financements sont à l’étude, notamment auprès de l’ESF. L’équipe espagnole porte l’une de ces demandes en cours. Parallèlement, il faut aussi favoriser les financements bilatéraux permettant la mise en place d’échanges et de missions.

La prochaine réunion du réseau aura lieu en 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.