Conférence de Budapest : Andreas de Resende, un exemple portugais

mercredi 11 février 2009, par Aires Nascimento

André de Resende / Andreas Resendius (1500-1573), qui a signé plus de cent cinquante textes, dont la plupart écrits en latin, est sûrement l’un des humanistes portugais les plus représentatifs, par ses contacts à l’étranger, la qualité de son expression latine, son sens de l’amitié humaniste, son érudition et ses intérêts archéologiques, son imagination inventive de l’histoire, voire par ses complicités de silence. Il est fâcheux que, dans la prestigieuse Encyclopædia Universalis [1], Jacques Chomarat (s.v. « Littérature néo-latine ») l’ignore presque et que, la seule fois où il fait référence à lui, il le confonde avec Garcia de Resende ; il est tout aussi étrange que, dans la même encyclopédie, Paul Teyssier, d’ailleurs grand connaisseur de la langue et de la culture portugaises (et qui dans son article sur Camões fait référence à Garcia de Resende, éditeur du Cancioneiro Geral de 1516), ne tienne pas compte de notre humaniste, oubliant, par exemple, que le poème de Camões, Os Lusíadas, doit à André de Resende beaucoup de sa langue et de son contenu, à commencer par le titre et l’amour de Vénus pour le peuple portugais [2]. Du reste, ces omissions de représentants de la culture humaniste sont d’autant plus inexplicables qu’Odette Sauvage avait récemment attiré l’attention sur la personnalité humaine et littéraire de l’humaniste dans un ouvrage où, signalant l’itinéraire érasmien d’André de Resende [3], elle ouvrait des portes pour saisir la dimension européenne de notre humaniste et l’intégrer dans son temps.

L’homme.
La personnalité d’André de Resende se manifeste dans sa manière d’aborder Érasme. Il cherche à le rencontrer à Louvain, à un moment où ses œuvres lui étaient déjà familières, malgré les critiques que la figure du maître déchaînait dans les milieux ibériques : Diego López de Zuñiga en est un exemple [4], après le concile de Valladolid, en 1527 [5]. Par malchance, quand il arrive à Louvain, en 1529, Érasme avait quitté la ville huit ans plus tôt ; Resende ne pouvait pas l’ignorer et ne se leurrait sûrement pas lui-même, car depuis trois ans des rumeurs lui arrivaient, assurant qu’Érasme était de retour à Louvain. Les deux hommes n’auront jamais l’occasion de se rencontrer, mais pendant une demi-douzaine d’années ils ont échangé des lettres et se sont manifesté une affection mutuelle.

Né à Évora vers 1500 (peut-être un peu avant, en 1498), Resende commence son parcours d’études très tôt, à huit ans, dans sa ville natale, fréquentant, à ce qu’on pense, les cours de grammaire d’Estêvão Cavaleiro dit Stephanus Miles, auteur d’une Ars grammatica qui dépasse les catégories médiévales de la discipline ; son entrée dans l’ordre dominicain se fait tôt, à l’âge de 10 ans, à Évora ou à Lisbonne ; il va à Santarém, mais, à 13 ans, il poursuit sa formation à Alcalá de Henares [6], où il suit les leçons d’Antonio de Nebrija, pour le latin, et, ensuite, à Salamanque (1518-1521) pour écouter son compatriote Aires Barbosa, pour le grec ; passant à Lisbonne (1523), il part pour le Sud de la France, à Marseille et Aix (où il fait certainement des études de théologie et reçoit les ordres de sous-diacre et diacre, en 1526). Il est à Paris en 1528, mais pour retourner à Lisbonne, en 1529, il prend le chemin de la mer et se rend à Louvain, où l’enseignement pratiqué au Collège Trilingue de Busleiden, dès 1517, sous l’inspiration d’Érasme, est l’objet de toutes les attentions [7].

En raison de l’absence du maître, installé à Bâle, les contacts entre les deux humanistes se feront par voie écrite. Tout d’abord par l’intermédiaire de Conrad Goclenius, qui enseigne les auteurs latins au Collège Trilingue et avec lequel il liera une amitié profonde ; il écrit dans une ode : « Cocleni, o animae dimidium meae ». En fait, tout juste arrivé à Louvain, le 19 septembre 1529, Resende présente à Goclenius un poème latin [8] qu’il dit avoir composé pendant les huit jours suivant son arrivée : sous prétexte de célébrer la ville qui l’émerveille, mais plus sûrement pour rendre hommage à Érasme, il peint la « ville de Louvain, consacrée à Phébus et aux Muses », vouée à écouter des maîtres, « capable de dispenser les nourritures de la sagesse » à une jeunesse qui y vient pour « secouer à jamais la barbarie », disposée à « prendre soin des Lettres de façon à lutter sur son stade pour savoir à qui les dieux accorderont la palme ». Dans son éloge, Resende projette l’image des aspirations culturelles qu’il apporte avec lui et se fait aussi le témoin d’un idéal qui peut changer un monde barbare par la main des maîtres des Humanités. Le poème sera publié tout de suite à Anvers (Antuerpiae, 1530, chez Joannes Grapheus), juste après un texte du Polonais Joannes Dantiscus, ambassadeur près Charles Quint [9], ce qui laisse supposer que son auteur est bien placé dans les milieux scolaires et dans la haute société ; il est certain qu’il fut également bien accueilli près de la factorerie portugaise située justement à Anvers depuis 1499 et très prospère après 1511 – ce qui attire l’attention, notamment de Thomas More qui s’en inspira dans son Utopie [10].

La pensée de Resende se fixe sur Érasme et, quelques mois plus tard, il demande encore les bons offices de Goclenius pour lui faire parvenir un nouveau poème, cette fois-ci sous la forme d’un éloge direct du maître vénéré : daté du 13 février 1531, le texte est dans les mains de son destinataire au cours du printemps. Le maître n’en accuse réception qu’au mois de juin, mais, pour compenser ce retard, il lui avoue sa satisfaction et se déclare touché par l’admiration de son correspondant et par l’habileté avec laquelle il s’en prend aux détracteurs de ses doctrines, notamment aux dominicains de Louvain. En septembre, Érasme publie le poème chez Froben, à Bâle, sous le titre Carmen eruditum et elegans Angeli Andreae Resendi Lusitani, adversus stolidos politioris litteraturae oblatratores. Ce geste d’amitié de la part d’Érasme risquait, à son insu, de compromettre Resende auprès de sa communauté dominicaine à Louvain, où Érasme avait des détracteurs, voire des ennemis qui refusaient d’autoriser la lecture des œuvres de l’humaniste, quand bien même le pape le permettait.

Le poème loue en Érasme les qualités supérieures d’un humaniste : sensibilité littéraire, excellence dans l’expression écrite, science philologique appliquée à des domaines littéraires et théologiques, savoir profond et piété éclairée, efficacité de l’éducateur, compétence de l’éditeur de textes anciens et bibliques. Ce sont les valeurs de l’humanisme proposées par le maître, ce sont aussi celles de Resende ; celui-ci ne s’inspire pas des auteurs italiens, comme certains de ses compatriotes, et n’a pas été dans l’obligation de se prononcer pour ou contre Cicéron, selon une problématique bien connue dans les débats italiens. L’Encomium Erasmi, selon son titre traditionnel, est complété par un autre ouvrage où Resende prend plus ouvertement la défense du maître : ce sont les Iambes contre ceux qui fustigent Érasme de leurs calomnies / In Erasmomastigas iambi. Cet ouvrage, écrit entre 1531 et 1537, ne sera publié qu’en 1537 à Anvers, mais le maître était déjà mort en 1536.

Entre temps, pour échapper à l’hostilité des dominicains de Louvain, en 1531, Resende est reçu chez l’ambassadeur portugais près Charles Quint, à Bruxelles, Pedro de Mascarenhas, amateur de faste, animé d’une piété sincère et qui, désireux de se doter d’un halo de culture, trouve dans le dominicain un maître d’humanités [11]. Néanmoins, soit par conviction, soit par fidélité à l’idéal humaniste, Resende ne se déclare pas enthousiaste du monde de la cour : dans une lettre à son ami et ancien collègue Speratus Martianus Ferraria, jeune noble portugais et grand érudit, il se montre plutôt attiré par les rythmes de la nature plutôt que par les modes de la cour (Vita aulica, publiée à Bologne, 1533) ; il consacre son temps surtout à l’enseignement, mais trouve encore en 1531 l’occasion de soutenir la geste militaire de son pays : à la demande de Goclenius, il met en latin les seize pages de l’Epitome rerum gestarum in India a Lusitanis, une missive envoyée d’Orient l’année précédente, en 1530, par le capitan Nuno da Cunha (Nonius a Cugna) au roi du Portugal, faisant ainsi connaître dans toute l’Europe la geste portugaise en Orient. Pour les fêtes célébrées lors de la naissance du fils du roi, qui durent trois jours à l’ambassade portugaise, en 1531 [12], Resende, en sa qualité de poète officiel à la cour de l’ambassadeur, de précepteur en langues classiques et de secrétaire pour les lettres latines, compose un poème, le Genethliacon Principis Lusitani, qui sera publié en 1535 à Bologne, dédié au roi Jean III du Portugal par l’entremise de l’humaniste et cardinal Miguel da Silva. Le poème, dont un exemplaire a été offert par son auteur à Érasme, lui vaut ses commentaires élogieux [13]. Plus tard, en raison des événements politiques, Resende doit suivre son ambassadeur qui accompagne Charles Quint aux différents endroits où son action est nécessaire : Cologne, Ratisbonne, Vienne, Venise, enfin Bologne pour y parlementer avec le pape. Notre humaniste ne reste pas oisif : à Cologne il découvre la dévotion accordée aux Onze Mille Vierges et écrit un petit texte sur la Translatio sacrarum Virginum et Martyrum Christi Responsae et sociae eius (1532) qui ne laissera pas d’attirer l’attention de l’ambassadeur [14]. Le voyage se termine à Barcelone, d’où Resende revient dans sa patrie, pour rendre à sa mère les derniers devoirs.

Sa situation change alors en raison des difficultés qu’il rencontre auprès de ses confrères de l’ordre dominicain, qui n’apprécient pas ses missions et son style de vie dans le monde. Son esprit d’humaniste l’amènerait à repartir pour l’étranger, mais le roi et le cardinal Alphonse le pressent de rester au Portugal. Le roi lui destinait l’éducation des princes à la cour, qui siégeait à Évora, sa ville natale. Il choisit de vivre dans une petite maison entourée d’un jardin potager qu’il confie aux soins de deux servantes et qu’il orne lui-même d’inscriptions anciennes découvertes aux environs de la ville.

En 1533, Resende est envoyé en mission à Salamanque par le roi : il est chargé d’inviter Nicolas Clénard, qu’il a jadis connu à Louvain et qui lui a peut-être appris l’hébreu, à venir enseigner à ses côtés à Évora. L’année suivante, en 1534, au synode convoqué par l’archevêque de la ville, Resende se voit confier la mission de prêcher en latin le sermon d’ouverture. En octobre suivant, invité de l’université encore établie à Lisbonne, Resende prononce l’Oratio pro rostris en début d’année académique : faisant état d’un projet d’enseignement humaniste qui loue à la manière cicéronienne les disciplines libérales, il fait un bilan élogieux des hommes de lettres de son pays et, à la manière érasmienne, plaide pour la conciliation de la sagesse chrétienne et de la sagesse antique, qu’uniraient une culture éclairée et une expression élégante. Mais il envisage également de célébrer la ville de Lisbonne dans son histoire légendaire, à travers sa figure éponyme, celle d’Ulysse, et ses gloires chrétiennes, notamment les reliques de saint Vincent qu’il chantait déjà dans son poème Vincentius leuita et martyr, dont il se permet de citer lui-même une vingtaine de vers [15]).

Bien qu’il soit au service de la cour, notre humaniste s’isole : en 1534, dans une lettre à Damien de Goes, Érasme se plaint amèrement de son silence [16]. Attitude calculée en raison des critiques qui se lèvent contre le Maître ? Resende se livre à la lecture, à l’enseignement et à la recherche archéologique et prend ses distances avec la vie du palais par une attitude critique, résistant à la tentation de devenir poète de cour, rôle qu’il abandonne volontiers à Jorge Coelho / Georgius Coelius : dans un nouveau poème De vita aulica de 1535, cette fois-ci adressé à Damien de Goes, notre humaniste tente de se purifier de ce milieu, mais n’ose pas renoncer à la cour, en raison de nécessités matérielles ; dans une sorte de scénario de comédie, le roi, dont il loue la volonté philosophique de justice, n’arrive pas à en garantir l’application, tandis que l’humaniste se voit dans l’obligation de s’occuper à des futilités, frustré de ne pas avoir le temps de s’occuper des lettres. La nouvelle de la mort d’Érasme, en 1536, lui arrive en retard à Évora où se trouve Resende : c’est pour lui l’occasion de la déplorer en trois odes adressées à ses amis Nicolas Clénard, André Cotrim, Damien de Goes, et de prouver ses capacités et son attachement aux idéaux humanistes. Quelques années plus tard, il pourra se réjouir de la présence de Jean Vasaeus qui, par l’entremise de Clénard et à l’invitation du prince cardinal Henri, arrive au Portugal pour y enseigner pendant une douzaine d’années, de 1538 à 1550.

Quoique discret ou volontairement absent du monde du palais qu’il fréquente [17], Resende a été accusé de ne pas réagir aux circonstances politiques et religieuses et de garder le silence face aux hommes de pouvoir que protègent diverses formes de censure. En fait, jamais l’Inquisition ne l’a inquiété, contrairement à son ami Damien de Goes. Il se livre tout à loisir à l’enseignement de la grammaire (De verborum coniugatione commentarius, Lisbonne, 1540) et à ses études d’histoire et d’archéologie (Vincentius levita et martyr, Lisboa, 1545 ; Historia de Antiguidade da ciidade Évora, Évora, 1553 ; le De Antiquitatibus Lusitaniae ne paraîtra qu’en 1593, après la mort de son auteur, par les soins d’un ami, Diogo Mendes de Vasconcelos). Il reste modéré pour présenter des idées de rénovation sociale ou religieuse, même quand on lui laisse la parole pour ouvrir les travaux d’un synode, à Évora, ou quand on l’invite à parler, une deuxième fois, à l’Université : à l’anniversaire de la fondation du Collège des Arts, à Coïmbre, le 28 juin 1551, il s’en tient dans son discours à faire l’éloge du roi Jean III. Ne voulant pas outrepasser les convenances, il se réfugie dans le silence ou dans la dévotion et la contrition, tourné vers la science historique et archéologique, profitant de son savoir philologique pour donner crédit aux légendes et aux mythes et n’hésitant pas à fabriquer des monuments épigraphiques s’ils lui sont nécessaires pour faire accepter ses propos patriotiques. Il accepte de se faire l’orateur de circonstances festives ou funèbres : en 1560, il déplore la mort de l’humaniste Louise Sigée. Sa mort survint le 1er décembre 1573. À ce moment, le poème de Camoens Les Lusiades (Os Lusíadas) était publié depuis un an : Resende a pu reconnaître que son enseignement avait donné de beaux fruits et que ses mythes y étaient présents [18].

Frère dominicain, Resende passera sa vie loin du cloître ; ses confrères lui défendent de porter l’habit monastique dans le monde profane, mais de son côté il obtient du pape une dispense [19] comme Érasme et le droit d’avoir sa sépulture près du chapitre. Il collabore avec les pouvoirs politiques et ecclésiastiques, sans proposer de plans de réformes ni élever la voix contre des mesures arbitraires : il n’ose pas plaider en faveur des professeurs bordelais [20] persécutés par l’Inquisition. De sa vie de piété, il a laissé des élégies spirituelles émouvantes et pleines de contrition, tandis que ses hagiographies proposent des modèles de vie sanctifiée (Conversio miranda D. Aegidii et A santa vida e religiosa conversação de Frei Pedro, porteiro do mosteiro de S. Domingos de Évora). Sa vie n’a pas l’éclat de certaines autres, sans doute en raison de choix qu’on peut être tenté d’interpréter comme des compromis ; un tel qualifiera son mutisme de « silence sans drame », tel autre encore montrera qu’il se cache dans la « pénombre » de son petit coin, qui est pour lui plus paisible que celui du cloître dominicain, ou loin de l’université, car il aime l’otium quietum et déteste le negotium turbulentissimum. Resende est surtout un homme d’érudition, en qui se mélangent l’idéal humaniste, la fierté patriotique, le service de la cour, le goût pour le savoir et l’étude permanente : il est apparemment sans ambition pour les honneurs ou les situations avantageuses ; loin même de l’enseignement universitaire, il est conscient des vanités du monde et critique ses propres faiblesses humaines et spirituelles. Au modèle érasmien il ajoute des particularités qui en mettent en valeur les origines et attire le respect des ses compatriotes qui le tiennent pour une autorité en raison de son savoir et font de lui le guide de leur affirmation dans l’Histoire.

Son nom, qu’il l’a inventé en bonne partie, est un nom révélateur : quand il signe Lucius Angelus Andreas Resendius Lusitanus, il cède peut-être à la tentation des gens du monde pour un nom qui sonne bien. Cependant, en dépit de ses origines nobles, une forme de piété filiale et de dévotion lui permet d’échapper à cette tentation : le prénom Angelus est un hommage à sa mère Ângela Leonor Vaz Gois – il avait perdu son père, André Vaz Resende, à l’âge de deux ans ; quant au choix de Lucius, plus tardif, c’est un acte de piété envers sa patronne sainte Lucie, célébrée le 13 décembre, jour de son anniversaire. Dans ses grands traits, physiques et moraux, il fut, d’après son biographe, procera statura, praegrandibus oculis, crispo capillo, colore vultus aliquantulum subfuso, sed hilari, & minime contracta fronte, in domesticos & discipulos seuerus, ex cuius schola insignes aliquot viri prodierunt, inter quos fuit Achilles Statius.

L’écrivain.
La production littéraire de Resende est variée, comme le souligne son biographe Vasconcelos : complura igitur scripsit quorum nonnulla in lucem edere neglexit, aliqua morte interceptus. Elle est le reflet de sa manière de s’insérer dans l’histoire de sa nation et de ses relations personnelles. Sensible à la geste de son pays, il a contribué, par son érudition et son talent littéraire, admirés de ses contemporains, à faire du passé mythologisé le cadre du présent historique : les Portugais sont les Lusiades (les fils de Lusus), Olisipo est la ville fondée par Olysses / Ulysse, la déesse des Romains Vénus se retrouve chez les Portugais dont la langue est si proche du latin, les Découvreurs sont les nouveaux Argonautes. L’histoire de son peuple jouit d’une protection particulière de Dieu par la médiation de ses saints. Par ses textes, Resende confère une légitimité mythique prestigieuse à l’histoire d’un peuple qui prolonge celle des Romains et se couvre de gloire par ses aventures maritimes commencées à Lisbonne, sa capitale, centre du monde des affaires en son temps. Il fait plonger la mémoire de son pays dans les mythes de l’Antiquité, mais ne s’attache pas moins aux gloires chrétiennes, interprétant les héros et les saints de son pays comme preuves et témoignages d’une protection divine que le premier roi chrétien avait bien comprise quand il a marqué sa bannière et son écu des plaies du Christ qui l’avait assisté dans la bataille décisive contre les infidèles.

Le recours aux mythes, constitutif de la poésie épique de Camoens, est effectivement sensible dans les textes de Resende. Il n’a eu ni la curiosité de Damien de Goes pour enquêter sur les peuples étrangers, ni l’élan épique de Camoens pour célébrer les héros nationaux et la geste des Découvertes, mais il s’impose par une érudition à la mesure de son époque et de sa nation et fournit les éléments fondamentaux d’un imaginaire au service de l’identité nationale face à des voisins qui ne laissent pas de montrer des appétits de domination. Érudit, connaisseur des classiques et de la mythologie antique, fier de sa patrie, de ses humanistes (qu’il cite dans son Oratio pro rostris) et de sa mythologie (« royaume de Lusus »), défenseur des lettres contre la barbarie, Resende a su valoriser son intelligence et sa sensibilité littéraire pour se placer dans son temps et nouer des amitiés qui ont duré toute sa vie. En même temps, par sa curiosité intellectuelle et son érudition, archéologique et documentaire, parfois factice et mythologisée, servie par l’exploitation des étymologies et des légendes hagiographiques, il trouva les moyens de créer le langage capable d’intégrer son pays dans le monde de la culture humaniste. Il a su découvrir les arguments favorables à l’identité de sa nation, contre la menace d’intégration politique par un voisin plus fort et confronté à des conceptions très différentes, qu’il s’agisse de Lorenzo Valla à propos d’Ulysse à Lisbonne, ou de Bartholomé Quevedo, chanoine de Tolède, à propos des saints du territoire occidental. Ouvert et admiratif à l’égard des qualités d’hommes de science, tels que son compatriote Pedro Nuñes (dit Petrus Nonius) ou d’hommes de lettres, tels qu’Érasme, Clénard ou Vasaeus [21], Resende a su cultiver des amitiés et a réussi à vivre apparemment sans ambitions, assez proche des hommes de pouvoir pour en tirer des bénéfices, et assez détaché pour les servir sans se laisser attirer dans des débats passionnés, sans contester ouvertement leurs décisions politiques ni s’enthousiasmer à l’excès pour les Découvertes maritimes. Il refuse de partir pour l’Orient, se disant retenu par des affaires familiales.

L’œuvre
La bibliographie d’André de Resende est abondante en titres, assez limitée en pages, mais significative par sa dimension humaniste. Notre fichier procure une information tirée soit directement des témoins manuscrits ou imprimés, soit, pour les œuvres perdues, d’indications fournies par l’auteur lui-même ou par d’autres de ses contemporains. Pour notre premier fichier, nous n’avons retenu que la bibliographie en latin, laissant de côté quelques titres en portugais. Il faut se méfier des fantômes qu’on voudrait lui attribuer, faute d’une analyse suffisante [22] ou découlant d’interprétations malhabiles et erronées [23].

Notre fichier, qui a en vue la plus grande lisibilité possible, présente les caractéristiques suivantes :
a) références bibliographiques de base ;
b) liste bibliographique des titres, en ordre alphabétique ;
c) chaque titre est accompagné de références d’édition (ville, date, adresse typographique) ;
d) chaque première édition comporte l’indication des exemplaires connus et de nos sources d’information ;
e) le cas échéant, sont mentionnées pour information les éditions modernes.

André de Resende / Andreas Resendius (1500-1573), qui a signé plus de cent cinquante textes, dont la plupart écrits en latin, est sûrement l’un des humanistes portugais les plus représentatifs, par ses contacts à l’étranger, la qualité de son expression latine, son sens de l’amitié humaniste, son érudition et ses intérêts archéologiques, son imagination inventive de l’histoire, voire par ses complicités de silence. Il est fâcheux que, dans la prestigieuse Encyclopædia Universalis [1], Jacques Chomarat (s.v. « Littérature néo-latine ») l’ignore presque et que, la seule fois où il fait référence à lui, il le confonde avec Garcia de Resende ; il est tout aussi étrange que, dans la même encyclopédie, Paul Teyssier, d’ailleurs grand connaisseur de la langue et de la culture portugaises (et qui dans son article sur Camões fait référence à Garcia de Resende, éditeur du Cancioneiro Geral de 1516), ne tienne pas compte de notre humaniste, oubliant, par exemple, que le poème de Camões, Os Lusíadas, doit à André de Resende beaucoup de sa langue et de son contenu, à commencer par le titre et l’amour de Vénus pour le peuple portugais [2]. Du reste, ces omissions de représentants de la culture humaniste sont d’autant plus inexplicables qu’Odette Sauvage avait récemment attiré l’attention sur la personnalité humaine et littéraire de l’humaniste dans un ouvrage où, signalant l’itinéraire érasmien d’André de Resende [3], elle ouvrait des portes pour saisir la dimension européenne de notre humaniste et l’intégrer dans son temps.

L’homme.
La personnalité d’André de Resende se manifeste dans sa manière d’aborder Érasme. Il cherche à le rencontrer à Louvain, à un moment où ses œuvres lui étaient déjà familières, malgré les critiques que la figure du maître déchaînait dans les milieux ibériques : Diego López de Zuñiga en est un exemple [4], après le concile de Valladolid, en 1527 [5]. Par malchance, quand il arrive à Louvain, en 1529, Érasme avait quitté la ville huit ans plus tôt ; Resende ne pouvait pas l’ignorer et ne se leurrait sûrement pas lui-même, car depuis trois ans des rumeurs lui arrivaient, assurant qu’Érasme était de retour à Louvain. Les deux hommes n’auront jamais l’occasion de se rencontrer, mais pendant une demi-douzaine d’années ils ont échangé des lettres et se sont manifesté une affection mutuelle.

Né à Évora vers 1500 (peut-être un peu avant, en 1498), Resende commence son parcours d’études très tôt, à huit ans, dans sa ville natale, fréquentant, à ce qu’on pense, les cours de grammaire d’Estêvão Cavaleiro dit Stephanus Miles, auteur d’une Ars grammatica qui dépasse les catégories médiévales de la discipline ; son entrée dans l’ordre dominicain se fait tôt, à l’âge de 10 ans, à Évora ou à Lisbonne ; il va à Santarém, mais, à 13 ans, il poursuit sa formation à Alcalá de Henares [6], où il suit les leçons d’Antonio de Nebrija, pour le latin, et, ensuite, à Salamanque (1518-1521) pour écouter son compatriote Aires Barbosa, pour le grec ; passant à Lisbonne (1523), il part pour le Sud de la France, à Marseille et Aix (où il fait certainement des études de théologie et reçoit les ordres de sous-diacre et diacre, en 1526). Il est à Paris en 1528, mais pour retourner à Lisbonne, en 1529, il prend le chemin de la mer et se rend à Louvain, où l’enseignement pratiqué au Collège Trilingue de Busleiden, dès 1517, sous l’inspiration d’Érasme, est l’objet de toutes les attentions [7].

En raison de l’absence du maître, installé à Bâle, les contacts entre les deux humanistes se feront par voie écrite. Tout d’abord par l’intermédiaire de Conrad Goclenius, qui enseigne les auteurs latins au Collège Trilingue et avec lequel il liera une amitié profonde ; il écrit dans une ode : « Cocleni, o animae dimidium meae ». En fait, tout juste arrivé à Louvain, le 19 septembre 1529, Resende présente à Goclenius un poème latin [8] qu’il dit avoir composé pendant les huit jours suivant son arrivée : sous prétexte de célébrer la ville qui l’émerveille, mais plus sûrement pour rendre hommage à Érasme, il peint la « ville de Louvain, consacrée à Phébus et aux Muses », vouée à écouter des maîtres, « capable de dispenser les nourritures de la sagesse » à une jeunesse qui y vient pour « secouer à jamais la barbarie », disposée à « prendre soin des Lettres de façon à lutter sur son stade pour savoir à qui les dieux accorderont la palme ». Dans son éloge, Resende projette l’image des aspirations culturelles qu’il apporte avec lui et se fait aussi le témoin d’un idéal qui peut changer un monde barbare par la main des maîtres des Humanités. Le poème sera publié tout de suite à Anvers (Antuerpiae, 1530, chez Joannes Grapheus), juste après un texte du Polonais Joannes Dantiscus, ambassadeur près Charles Quint [9], ce qui laisse supposer que son auteur est bien placé dans les milieux scolaires et dans la haute société ; il est certain qu’il fut également bien accueilli près de la factorerie portugaise située justement à Anvers depuis 1499 et très prospère après 1511 – ce qui attire l’attention, notamment de Thomas More qui s’en inspira dans son Utopie [10].

La pensée de Resende se fixe sur Érasme et, quelques mois plus tard, il demande encore les bons offices de Goclenius pour lui faire parvenir un nouveau poème, cette fois-ci sous la forme d’un éloge direct du maître vénéré : daté du 13 février 1531, le texte est dans les mains de son destinataire au cours du printemps. Le maître n’en accuse réception qu’au mois de juin, mais, pour compenser ce retard, il lui avoue sa satisfaction et se déclare touché par l’admiration de son correspondant et par l’habileté avec laquelle il s’en prend aux détracteurs de ses doctrines, notamment aux dominicains de Louvain. En septembre, Érasme publie le poème chez Froben, à Bâle, sous le titre Carmen eruditum et elegans Angeli Andreae Resendi Lusitani, adversus stolidos politioris litteraturae oblatratores. Ce geste d’amitié de la part d’Érasme risquait, à son insu, de compromettre Resende auprès de sa communauté dominicaine à Louvain, où Érasme avait des détracteurs, voire des ennemis qui refusaient d’autoriser la lecture des œuvres de l’humaniste, quand bien même le pape le permettait.

Le poème loue en Érasme les qualités supérieures d’un humaniste : sensibilité littéraire, excellence dans l’expression écrite, science philologique appliquée à des domaines littéraires et théologiques, savoir profond et piété éclairée, efficacité de l’éducateur, compétence de l’éditeur de textes anciens et bibliques. Ce sont les valeurs de l’humanisme proposées par le maître, ce sont aussi celles de Resende ; celui-ci ne s’inspire pas des auteurs italiens, comme certains de ses compatriotes, et n’a pas été dans l’obligation de se prononcer pour ou contre Cicéron, selon une problématique bien connue dans les débats italiens. L’Encomium Erasmi, selon son titre traditionnel, est complété par un autre ouvrage où Resende prend plus ouvertement la défense du maître : ce sont les Iambes contre ceux qui fustigent Érasme de leurs calomnies / In Erasmomastigas iambi. Cet ouvrage, écrit entre 1531 et 1537, ne sera publié qu’en 1537 à Anvers, mais le maître était déjà mort en 1536.

Entre temps, pour échapper à l’hostilité des dominicains de Louvain, en 1531, Resende est reçu chez l’ambassadeur portugais près Charles Quint, à Bruxelles, Pedro de Mascarenhas, amateur de faste, animé d’une piété sincère et qui, désireux de se doter d’un halo de culture, trouve dans le dominicain un maître d’humanités [11]. Néanmoins, soit par conviction, soit par fidélité à l’idéal humaniste, Resende ne se déclare pas enthousiaste du monde de la cour : dans une lettre à son ami et ancien collègue Speratus Martianus Ferraria, jeune noble portugais et grand érudit, il se montre plutôt attiré par les rythmes de la nature plutôt que par les modes de la cour (Vita aulica, publiée à Bologne, 1533) ; il consacre son temps surtout à l’enseignement, mais trouve encore en 1531 l’occasion de soutenir la geste militaire de son pays : à la demande de Goclenius, il met en latin les seize pages de l’Epitome rerum gestarum in India a Lusitanis, une missive envoyée d’Orient l’année précédente, en 1530, par le capitan Nuno da Cunha (Nonius a Cugna) au roi du Portugal, faisant ainsi connaître dans toute l’Europe la geste portugaise en Orient. Pour les fêtes célébrées lors de la naissance du fils du roi, qui durent trois jours à l’ambassade portugaise, en 1531 [12], Resende, en sa qualité de poète officiel à la cour de l’ambassadeur, de précepteur en langues classiques et de secrétaire pour les lettres latines, compose un poème, le Genethliacon Principis Lusitani, qui sera publié en 1535 à Bologne, dédié au roi Jean III du Portugal par l’entremise de l’humaniste et cardinal Miguel da Silva. Le poème, dont un exemplaire a été offert par son auteur à Érasme, lui vaut ses commentaires élogieux [13]. Plus tard, en raison des événements politiques, Resende doit suivre son ambassadeur qui accompagne Charles Quint aux différents endroits où son action est nécessaire : Cologne, Ratisbonne, Vienne, Venise, enfin Bologne pour y parlementer avec le pape. Notre humaniste ne reste pas oisif : à Cologne il découvre la dévotion accordée aux Onze Mille Vierges et écrit un petit texte sur la Translatio sacrarum Virginum et Martyrum Christi Responsae et sociae eius (1532) qui ne laissera pas d’attirer l’attention de l’ambassadeur [14]. Le voyage se termine à Barcelone, d’où Resende revient dans sa patrie, pour rendre à sa mère les derniers devoirs.

Sa situation change alors en raison des difficultés qu’il rencontre auprès de ses confrères de l’ordre dominicain, qui n’apprécient pas ses missions et son style de vie dans le monde. Son esprit d’humaniste l’amènerait à repartir pour l’étranger, mais le roi et le cardinal Alphonse le pressent de rester au Portugal. Le roi lui destinait l’éducation des princes à la cour, qui siégeait à Évora, sa ville natale. Il choisit de vivre dans une petite maison entourée d’un jardin potager qu’il confie aux soins de deux servantes et qu’il orne lui-même d’inscriptions anciennes découvertes aux environs de la ville.

En 1533, Resende est envoyé en mission à Salamanque par le roi : il est chargé d’inviter Nicolas Clénard, qu’il a jadis connu à Louvain et qui lui a peut-être appris l’hébreu, à venir enseigner à ses côtés à Évora. L’année suivante, en 1534, au synode convoqué par l’archevêque de la ville, Resende se voit confier la mission de prêcher en latin le sermon d’ouverture. En octobre suivant, invité de l’université encore établie à Lisbonne, Resende prononce l’Oratio pro rostris en début d’année académique : faisant état d’un projet d’enseignement humaniste qui loue à la manière cicéronienne les disciplines libérales, il fait un bilan élogieux des hommes de lettres de son pays et, à la manière érasmienne, plaide pour la conciliation de la sagesse chrétienne et de la sagesse antique, qu’uniraient une culture éclairée et une expression élégante. Mais il envisage également de célébrer la ville de Lisbonne dans son histoire légendaire, à travers sa figure éponyme, celle d’Ulysse, et ses gloires chrétiennes, notamment les reliques de saint Vincent qu’il chantait déjà dans son poème Vincentius leuita et martyr, dont il se permet de citer lui-même une vingtaine de vers [15]).

Bien qu’il soit au service de la cour, notre humaniste s’isole : en 1534, dans une lettre à Damien de Goes, Érasme se plaint amèrement de son silence [16]. Attitude calculée en raison des critiques qui se lèvent contre le Maître ? Resende se livre à la lecture, à l’enseignement et à la recherche archéologique et prend ses distances avec la vie du palais par une attitude critique, résistant à la tentation de devenir poète de cour, rôle qu’il abandonne volontiers à Jorge Coelho / Georgius Coelius : dans un nouveau poème De vita aulica de 1535, cette fois-ci adressé à Damien de Goes, notre humaniste tente de se purifier de ce milieu, mais n’ose pas renoncer à la cour, en raison de nécessités matérielles ; dans une sorte de scénario de comédie, le roi, dont il loue la volonté philosophique de justice, n’arrive pas à en garantir l’application, tandis que l’humaniste se voit dans l’obligation de s’occuper à des futilités, frustré de ne pas avoir le temps de s’occuper des lettres. La nouvelle de la mort d’Érasme, en 1536, lui arrive en retard à Évora où se trouve Resende : c’est pour lui l’occasion de la déplorer en trois odes adressées à ses amis Nicolas Clénard, André Cotrim, Damien de Goes, et de prouver ses capacités et son attachement aux idéaux humanistes. Quelques années plus tard, il pourra se réjouir de la présence de Jean Vasaeus qui, par l’entremise de Clénard et à l’invitation du prince cardinal Henri, arrive au Portugal pour y enseigner pendant une douzaine d’années, de 1538 à 1550.

Quoique discret ou volontairement absent du monde du palais qu’il fréquente [17], Resende a été accusé de ne pas réagir aux circonstances politiques et religieuses et de garder le silence face aux hommes de pouvoir que protègent diverses formes de censure. En fait, jamais l’Inquisition ne l’a inquiété, contrairement à son ami Damien de Goes. Il se livre tout à loisir à l’enseignement de la grammaire (De verborum coniugatione commentarius, Lisbonne, 1540) et à ses études d’histoire et d’archéologie (Vincentius levita et martyr, Lisboa, 1545 ; Historia de Antiguidade da ciidade Évora, Évora, 1553 ; le De Antiquitatibus Lusitaniae ne paraîtra qu’en 1593, après la mort de son auteur, par les soins d’un ami, Diogo Mendes de Vasconcelos). Il reste modéré pour présenter des idées de rénovation sociale ou religieuse, même quand on lui laisse la parole pour ouvrir les travaux d’un synode, à Évora, ou quand on l’invite à parler, une deuxième fois, à l’Université : à l’anniversaire de la fondation du Collège des Arts, à Coïmbre, le 28 juin 1551, il s’en tient dans son discours à faire l’éloge du roi Jean III. Ne voulant pas outrepasser les convenances, il se réfugie dans le silence ou dans la dévotion et la contrition, tourné vers la science historique et archéologique, profitant de son savoir philologique pour donner crédit aux légendes et aux mythes et n’hésitant pas à fabriquer des monuments épigraphiques s’ils lui sont nécessaires pour faire accepter ses propos patriotiques. Il accepte de se faire l’orateur de circonstances festives ou funèbres : en 1560, il déplore la mort de l’humaniste Louise Sigée. Sa mort survint le 1er décembre 1573. À ce moment, le poème de Camoens Les Lusiades (Os Lusíadas) était publié depuis un an : Resende a pu reconnaître que son enseignement avait donné de beaux fruits et que ses mythes y étaient présents [18].

Frère dominicain, Resende passera sa vie loin du cloître ; ses confrères lui défendent de porter l’habit monastique dans le monde profane, mais de son côté il obtient du pape une dispense [19] comme Érasme et le droit d’avoir sa sépulture près du chapitre. Il collabore avec les pouvoirs politiques et ecclésiastiques, sans proposer de plans de réformes ni élever la voix contre des mesures arbitraires : il n’ose pas plaider en faveur des professeurs bordelais [20] persécutés par l’Inquisition. De sa vie de piété, il a laissé des élégies spirituelles émouvantes et pleines de contrition, tandis que ses hagiographies proposent des modèles de vie sanctifiée (Conversio miranda D. Aegidii et A santa vida e religiosa conversação de Frei Pedro, porteiro do mosteiro de S. Domingos de Évora). Sa vie n’a pas l’éclat de certaines autres, sans doute en raison de choix qu’on peut être tenté d’interpréter comme des compromis ; un tel qualifiera son mutisme de « silence sans drame », tel autre encore montrera qu’il se cache dans la « pénombre » de son petit coin, qui est pour lui plus paisible que celui du cloître dominicain, ou loin de l’université, car il aime l’otium quietum et déteste le negotium turbulentissimum. Resende est surtout un homme d’érudition, en qui se mélangent l’idéal humaniste, la fierté patriotique, le service de la cour, le goût pour le savoir et l’étude permanente : il est apparemment sans ambition pour les honneurs ou les situations avantageuses ; loin même de l’enseignement universitaire, il est conscient des vanités du monde et critique ses propres faiblesses humaines et spirituelles. Au modèle érasmien il ajoute des particularités qui en mettent en valeur les origines et attire le respect des ses compatriotes qui le tiennent pour une autorité en raison de son savoir et font de lui le guide de leur affirmation dans l’Histoire.

Son nom, qu’il l’a inventé en bonne partie, est un nom révélateur : quand il signe Lucius Angelus Andreas Resendius Lusitanus, il cède peut-être à la tentation des gens du monde pour un nom qui sonne bien. Cependant, en dépit de ses origines nobles, une forme de piété filiale et de dévotion lui permet d’échapper à cette tentation : le prénom Angelus est un hommage à sa mère Ângela Leonor Vaz Gois – il avait perdu son père, André Vaz Resende, à l’âge de deux ans ; quant au choix de Lucius, plus tardif, c’est un acte de piété envers sa patronne sainte Lucie, célébrée le 13 décembre, jour de son anniversaire. Dans ses grands traits, physiques et moraux, il fut, d’après son biographe, procera statura, praegrandibus oculis, crispo capillo, colore vultus aliquantulum subfuso, sed hilari, & minime contracta fronte, in domesticos & discipulos seuerus, ex cuius schola insignes aliquot viri prodierunt, inter quos fuit Achilles Statius.

L’écrivain.
La production littéraire de Resende est variée, comme le souligne son biographe Vasconcelos : complura igitur scripsit quorum nonnulla in lucem edere neglexit, aliqua morte interceptus. Elle est le reflet de sa manière de s’insérer dans l’histoire de sa nation et de ses relations personnelles. Sensible à la geste de son pays, il a contribué, par son érudition et son talent littéraire, admirés de ses contemporains, à faire du passé mythologisé le cadre du présent historique : les Portugais sont les Lusiades (les fils de Lusus), Olisipo est la ville fondée par Olysses / Ulysse, la déesse des Romains Vénus se retrouve chez les Portugais dont la langue est si proche du latin, les Découvreurs sont les nouveaux Argonautes. L’histoire de son peuple jouit d’une protection particulière de Dieu par la médiation de ses saints. Par ses textes, Resende confère une légitimité mythique prestigieuse à l’histoire d’un peuple qui prolonge celle des Romains et se couvre de gloire par ses aventures maritimes commencées à Lisbonne, sa capitale, centre du monde des affaires en son temps. Il fait plonger la mémoire de son pays dans les mythes de l’Antiquité, mais ne s’attache pas moins aux gloires chrétiennes, interprétant les héros et les saints de son pays comme preuves et témoignages d’une protection divine que le premier roi chrétien avait bien comprise quand il a marqué sa bannière et son écu des plaies du Christ qui l’avait assisté dans la bataille décisive contre les infidèles.

Le recours aux mythes, constitutif de la poésie épique de Camoens, est effectivement sensible dans les textes de Resende. Il n’a eu ni la curiosité de Damien de Goes pour enquêter sur les peuples étrangers, ni l’élan épique de Camoens pour célébrer les héros nationaux et la geste des Découvertes, mais il s’impose par une érudition à la mesure de son époque et de sa nation et fournit les éléments fondamentaux d’un imaginaire au service de l’identité nationale face à des voisins qui ne laissent pas de montrer des appétits de domination. Érudit, connaisseur des classiques et de la mythologie antique, fier de sa patrie, de ses humanistes (qu’il cite dans son Oratio pro rostris) et de sa mythologie (« royaume de Lusus »), défenseur des lettres contre la barbarie, Resende a su valoriser son intelligence et sa sensibilité littéraire pour se placer dans son temps et nouer des amitiés qui ont duré toute sa vie. En même temps, par sa curiosité intellectuelle et son érudition, archéologique et documentaire, parfois factice et mythologisée, servie par l’exploitation des étymologies et des légendes hagiographiques, il trouva les moyens de créer le langage capable d’intégrer son pays dans le monde de la culture humaniste. Il a su découvrir les arguments favorables à l’identité de sa nation, contre la menace d’intégration politique par un voisin plus fort et confronté à des conceptions très différentes, qu’il s’agisse de Lorenzo Valla à propos d’Ulysse à Lisbonne, ou de Bartholomé Quevedo, chanoine de Tolède, à propos des saints du territoire occidental. Ouvert et admiratif à l’égard des qualités d’hommes de science, tels que son compatriote Pedro Nuñes (dit Petrus Nonius) ou d’hommes de lettres, tels qu’Érasme, Clénard ou Vasaeus [21], Resende a su cultiver des amitiés et a réussi à vivre apparemment sans ambitions, assez proche des hommes de pouvoir pour en tirer des bénéfices, et assez détaché pour les servir sans se laisser attirer dans des débats passionnés, sans contester ouvertement leurs décisions politiques ni s’enthousiasmer à l’excès pour les Découvertes maritimes. Il refuse de partir pour l’Orient, se disant retenu par des affaires familiales.

L’œuvre
La bibliographie d’André de Resende est abondante en titres, assez limitée en pages, mais significative par sa dimension humaniste. Notre fichier procure une information tirée soit directement des témoins manuscrits ou imprimés, soit, pour les œuvres perdues, d’indications fournies par l’auteur lui-même ou par d’autres de ses contemporains. Pour notre premier fichier, nous n’avons retenu que la bibliographie en latin, laissant de côté quelques titres en portugais. Il faut se méfier des fantômes qu’on voudrait lui attribuer, faute d’une analyse suffisante [22] ou découlant d’interprétations malhabiles et erronées [23].

Notre fichier, qui a en vue la plus grande lisibilité possible, présente les caractéristiques suivantes :
a) références bibliographiques de base ;
b) liste bibliographique des titres, en ordre alphabétique ;
c) chaque titre est accompagné de références d’édition (ville, date, adresse typographique) ;
d) chaque première édition comporte l’indication des exemplaires connus et de nos sources d’information ;
e) le cas échéant, sont mentionnées pour information les éditions modernes.
Nous aurons besoin de revenir sur quelques informations que nous avons rassemblées pour HISLAMPA et qui ont été révisées par la suite, dès qu’un renseignement plus complet ou plus fondé nous arrivait. Notre propos est maintenant de le reprendre, en consultant directement les premières éditions dans leur lieu de conservation pour obtenir un résultat final entièrement fiable.

Il faudra décider s’il est également pertinent de retenir les textes en portugais ; en fait, ils font partie d’une œuvre qu’il sera utile de considérer en sa pleine globalité.
Nous pensons que, sous un nouveau format, conçu pour s’intégrer dans un schéma commun de travail et de diffusion, notre dossier vise à devenir plus solide, fiable et accessible, utile à tous ceux qui se consacrent à l’étude de l’humanisme européen. Le passage de HISLAMPA à PORTHUM (Portugal des Humanistes) permettra d’assurer une collaboration qui, dans un cadre fonctionnel intégré, devrait aboutir à la mise en commun des richesses qui appartiennent à tous, même si leur communication relève de notre responsabilité.

Andreas de Resende (Lucius Angelus Andreas Resendius Lusitanus)
n. 1500 m. 1573
Références Bibliographiques : NAN 1. 83 ?85 ; BM 1. 161 ?170, 3. 45 ; ANS 197, 283, 309, 339, 400, 401, 431, 604, 678, 1012, 1046, 1081, 1098 ; RHCEE 4. 274, 276, 330 ?331 ; BHP 2969 ?3014 ; FLF 323-326, 335-336, 339-340, 354, 360, 370, 512 ; EV 16. 382 ?384 ; 20. 1023 ;

Liste bibliographique des textes latins

Acta Synodi Olisiponensis an. 1566
(ex lingua lusitana ipse acta vertit in latinum sermonem quorum exemplar existebat anno 1763 apud bibliothecam Domnae Margaritae, Comitissae Redondi – cf. J. B. Castro, Mapa de Portugal, III, 142)
Cf. ms Lisboa BN FG 3872 ; Évora BP Cod. CVI/1-12
Ad Andream Quatrinum – Eborae Oct. 1536
Coloniae 1600
Ad Christum opt. maximum crucifixum – [Resendii contemplation] (incipit : Quur sic despectus rigido de stipite pendes ? / Et faciem liuor pallidaque ora notat ?)
Conimbricae 1551 Ioannes Barrerius & Ioannes Alvarus Socii = Évora, Res. 360 (nº 4) [cf. Oratio habita Conimbricae in gymnasio regio anniuersario dedicationis eius die]
2000, Algumas obras de André de Resende, vol. I (1531-1555), Lisboa, Ed. Távola Redonda, pp.311
Olisipone 1567 Ap. F. Garcionem in officina Ioannis Barrerae = Évora BP Res 155 (5) ; Santander, BMP, R-I-4-28 (M 295) (6) ; PBN Yc 4003
Ad Christum Opt. Maximum Resendi confessio (inc. : Christi opifex rerum, mundique.
Olisipone 1577 Ioannes Barrera = Évora, Res 349 (nº 5)
Ad Bartholomaeum Kebedium Resendo responsio
Cf. Pro sanctis Christi Martyribus Vincentio Olisiponensi patrono, Vincentio, Sabina et Christhetide, Eborensibus ciuibus et ad quaedam alia
Ad Deum patrem ob calamitatem sectarum Ode
Olisipone 1567 Ap. F. Garcionem in officina Ioannis Barrerae = Évora BP Res 155 (3) ; Santander, BMP, R-I-4-28 (M 295) (3) ; PBN Yc 4003
Ad epistolam D. Ambrosii Moralis viri doctissimi inclytae Academiae Complutensis Rhetoris, ac regii historiographi responsio (data Eborae XIIII Calendas Aprilis MDLXX
Eborae 1570 Andreas Burgius = Évora BP Res. 155 B ; Lisboa BN Res 157 (5) V ; -158(2) V ; -159(5) V ; -5546(2) V ; Vila Viçosa BP 346 ; Rio de Janeiro BN W 1-5-20 ; Coimbra BU VT 18-8-21
Coloniae 1613, pp. 233-263
Ad Iacobum Menoetium Vasconcellum urgentem Antiquitatum Lusitaniae editionem (ap. De Antiquitatibus… : “Quam vim clique sua inseruit natura, vel aetas”)
Eborae 1593 (nº 10)
Adnotationes in L. Andreae Resendii Vincentium Leuitam et Martyrem, eiusdem locorum obscuriorum. Ad studiosos adolescentes
Olisipone 1545 (cf. ed. nº 3)
Ad Philippum maximum Hispaniarum regem. Ad maturandam aduersus rebelleis Mauros expeditionem cohortatio
Eborae 1570 Andreas Burgius = Lisboa BN Res. 157(5) V ; -157(4) V, -158(5) V ; -159(4) V ; Évora BP 155 D ; Vila Viçosa BP 345 ; Rio de Janeiro BN W 1-5-17 ; Coimbra BU VT 18-8-22
Ad Sebastianum excelsum Lusitaniae regem Epigramma (Quae sublimi petas frustrata est ardea nuper…)
Eborae 1570 Andreas Burgius (4), fl. 10
Ad Sebastianum regem serenissimum (Ob regni adceptum regimen)
Eborae 1570 Andreas Burgius (nº 3), fl. eij
Ad Vernandum Rhotorigium Almadicum, Rhotorigii Vernandi Almadici filium, optimae spei puerum
Olisipone 1545 (nº 3)
Alfonso S. E. R. Cardinali Emmanuelis Regis filio L. Andr. Resendius S. P. D. Eborae calendis Octobribus M D XXXIII
Eborae 1593 (ap. De antiquitatibus Lusitaniae : Illi qui vetusta haec saxa…)
Antiqua Epitaphia (siue Monumenta Romanorum in Lusitanis urbibus inuenta)
(disperditum)
Apologeticum Francisco Nunes de Beja
(ipse meminit libro V “De Antiquitatibus Lusitaniae”)
Apologia (aduersus Michaelem da Silvam et Gasparem Barreiros)
(disperditum)
Bartholomaeo Friae Albernotio iurisperito doctissimo … Eborae Idibus Maii 1556 (ap. De Antiquitatibus…)
Eborae 1593
Breviarium Eborense (sc. Breviarium divinorum officiorum iuxta ritum sanctae Eborensis ecclesiae)
[sibimetipsi adrogat in epistola Bartholomaeo de Quevedo directa[24]]
Olyssipone 1548 Ludovicus Rotorigius = Lisboa BN Res 85 P ; Lisboa, Museu Arqueológico JLV = LA 27 P ; Madrid BN R 3827 ; Évora Arquivo da Sé ; Évora BP sec. XVI 2912 ; Bruxelles, B Société des Bollandistes
1942, BAUDOUIN DE GAIFFIER ; « Le Bréviaire d’Évora de 1548 et l’hagiographie Ibérique », Analecta Bollandiana, 60, p. 131-139
Carmen ad [Hieronymum] Britonium Italum (c. 1545)
(ipse meminit ap. Vincentius martyr)
Carmen ad Henricum Principem humanissimum
Carmen Damiano Goi
Coloniae Agrippinae 1600 (nº 27)
Carmen Diuae Virgini Aquaelupianae
ms Lisboa BN FG 6368, fl. 317-319
1973, José da Silva Terra, “Seis poemas de André de Resende”, Arquivos do Centro Cultural, 7, pp. 454-457.
Carmen endecasyllabon ad Sebastianum regem serenissimum
Olisipone 1567 Franciscus Garcio in Off. Ion. Barrerae = Lisboa BN Res. 157(3) V ; -158(1) V, -159(6) V ; -5546(1) P ; -F.R 589 ; Évora BP Res. 155 A ; Porto BP Res-XVI-A-0163 ; Santarém, BM, 7/2/34 ; Vila Viçosa BP 328 ; PBN Ya 4003 ; Rio de Janeiro BN W 1-5-16 ; -23-2-5(3)
Carmen eruditum et elegans Angeli Andreae Resendii Lusitani adversus stolidos politioris literaturae oblatratores (sc. Desiderii Erasmi Roterodami Encomium) – Datum Louanii Eidibus Februariis M D XXX I
Basileae 1531 Hieronymus Froben & Nicolaus Episcopius = Évora BP sec XVI, 6105 ; Wien BN *35.E.241 ; Den Haag 228.F.46 ; Sélestat, B. Humaniste, K 999 c (ex Beato Rhenano)
1961, WALTER SOUSA DE MEDEIROS & JOSÉ PEREIRA DA COSTA, Elogio de Erasmo, Lisboa
1971, Odette Sauvage, L’itinéraire Erasmien d’André de Resende, Paris, 45-71
Carmen in laudem Ludouici Athaidi
ap. Diuersorum auctorum carmina in laudem illustrissimi domni L. A. … pro foelici uictoria apud Indos reportata
Romae 1575 Iosephus de Angelis = Roma, BN
Carmen in obitum Beatricis Allobrogum Reginae (c. 1538)
(ipse meminit ap. Vincentius martyr)
Carmen Iuliano Albio
ms Lisboa BN 6368 ; ANTT 2209, f. 328v-329v
1985, A. COSTA RAMALHO, Latim Renascentista em Portugal, Coimbra, p. 204
Carmen Iuliano Albio et Rhotorigo Sanctio
ms Lisboa BN, Cod. 6368 ; ANTT 2209, fl. 330-331
1973, JOSÉ DA SILVA TERRA, « Seis poemas de André de Resende », Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, VII
Carmen Ludouico Ataidio (25 Iulii 1572)
Conimbricae 1616
Carmen Rotorigo Sanctio suo
ms Lisboa BN, Cod. 6368 ; ANTT 2209, fl. 331-332
1973, JOSÉ DA SILVA TERRA, « Seis poemas de André de Resende », Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, VII
Carmina aduersus I. Vives
(disperditum)
Carmina Damiano Goi dicata (Elige utro mauis ; Haec Damiane ; Tu Cydonia pinsita ; Estis porro dei ; Exemplo Damiane malo – Eborae ad VI Calendas Novemb. M.d.xxxv).
Ap. Damiani Goes, Opuscula – Farrago carminum clarissimorum uirorum ad Damianum Goes equitem Lusitanum
Lovanii 1544 = Lisboa BN Res 4135 P
Carmina duo Balthasari Tebio iuris perito
ms Lisboa BN, Cod. 6368 ; ANTT 2209, fl. 332-334
1973, JOSÉ DA SILVA TERRA, « Seis poemas de André de Resende », Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, VII
Carmina varia
ms Lisboa BN, Cod. 6368 ; ANTT 2209, fl 1-97 ; Évora BP CXIV/1-16(d) fl 48-87 (aliquot tantum nostro certe tribuenda)
1973, JOSÉ DA SILVA TERRA, « Seis poemas de André de Resende”, Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, VII
1989, JOHN R. C. MARTYN, « An unknown piscatorial Eclogue by André de Resende », Euphrosyne, 17, 277-304 (perperam nostro trib.)
1998, John R. C. Martyn, Andre de Resende’s Poemata Latina / Latin Poems (translated, edited and with an introduction), Lewiston, New York (perperam multa nostro tribuuuntur)
Conversionis mirandae Diui Aegidii Lusitani doctoris Parisiensis Ord. Praedicatorum libri IV, a L. Andreae Resendio ex quibusdam preuetustis libellis olim collecta in modum dialogi edita
Ms Évora, Manizola, ms 20 ; Lisboa BAC ms 383 V ; – 640 V
s. l. s. ed. s. d. = Coimbra BU 4-8-8-194
Parisiis 1586
2000 Virgínia Soares Pereira, Aegidius Scallabitanus : Um diálogo sobre Fr. Gil de Santarém – Estudo introdutório, edição crítica, tradução e notas, Lisboa
De aera Hispanica – Ioanni Vasaeo epistola
Salmanticae 1552
1600, Coloniae, In officina Birkmannica, sumptibus Arnoldi Mylii (nº 44, p. 123) = Lisboa BN
1603, Hispaniae Illustratae, Francufurti
1613 Coloniae, Apud Gerhardum Grewenbruch, pp. 123-1127 = Évora BP
1790 Conimbricae
1988 Virgínia Soares Pereira, « Uma carta de André de Resende reconstruída », Humanitas, 39-40, 1987-1988, 229-232
De Antiquitatibus Lusitaniae Libri quattuor a Lucio Andrea Resendio olim inchoati & a Iacobo Menoetio Vasconcello recogniti atque absoluti. Accesit liber quintus de antiquitate municipii Eborensis.
Eborae 1593 Martinus Burgensis = PBN Fol. Oq4(1) ; LBL 796 fff 3(1) ; Lisboa BN Res 35 A ; -525 V ; -526 V ; -527 V ; -1754 V ; -3068 V ; 3069 V ; – Acad Ciências 11 ?32 ?1 ; – B Ajuda 50 ?XIII ?16 ; ?, 15 ?X ?13 ; Porto BP Res-XVI-B-0030 ; Vila Viçosa BP 535 ; Santarém, BM, 18/6/2 ; Madrid BN R ? 28944 ; Rio de Janeiro BN W 1.3.bis12 ; Coimbra BU VT 18-9-16 ; -R-40-1 ; -RB-19-8 ; -RB-28-4 ;
Romae 1597 Bernardus Basa (ed. Gondisalvus Mendez de Vasconcellos & Cabedo Lusitanus ; dicatum Cardinali Petro Aldobrandino) = Lisboa, BN Res. 719 P ; -Res. 720 P ; -Res 3990 V ; -Res. 4164 P ; Évora BP sec. XVI 3092 (inc.) ; – sec. XVI 5357
Coloniae Agrippinae 1600 Officina Birckmannica sumptibus Arnoldi Mylii = Lisboa, BN Res 4754 P ; -REs 5140 P
Coloniae 1613 Gerhardus Greuenbruch = Paris, BN149, 580 ; Lisboa, ANTT SP 1767 ; BN Rex 715 ; Évora BP Res 844
1996, André de Resende, As Antiguidades da Lusitânia – Introdução, tradução e comentário, de R. M. Rosado Fernandes, Lisboa, Fund. C. Gulbenkian
De aquae ductibus (aduersus Michaelem da Silva)
(disperditum)
De arquitectura
(disperditum)
De Bracharensis urbis antiquitate et laudibus poema epicum (Domino Didaco de Sousa archiep. dicatum carmen)
(quod Manuel Severim de Faria extraxit, D. Roderico a Cunha editioni proponebat, sed disperditum)
De Coloniarum et Municipiorum Iure (siue De Iure Italico)
Dedicatio Mariae principi eruditissimae (D. Emmanuelis P. F. Inuicti Filiae D. Ioannis III P. F.inuicti Sorori
Conimbricae 1551 (nº 1)
De institutione Ordinis Militaris Avisiensis
Meminit Dom. Rodericus a Cunha, Commentario in primam partem Decreti ad cap. General. Dist. 54. n. 90
De obitu Beatricis, Allobrogum reginae
(ipse allegat scholiis ad Vincentii martyris poema, p. 49)
De uerborum coniugatione commentarius
ms Évora, BP, CX / 1-3, nº 9 (ab impresso deriuato ?)
Olisipone 1540 Ludovicus Rhotorigius = Lisboa B Ajuda, 50 ?VIII ?43(1) ; Vila Viçosa BP 117 ; LBL 829 d. 10 ; Coimbra BU VT 18-8-20 ; Lisboa BN Res 156(2) V ; 5546(3) P ; Évora BP sec XVI, 6294 (Manis.) ; Bruxelles BR V.B. 5622 A 1 LP
1968, Custódio Joaquim Pão-Alvo Magueijo « O de verborum coniugatione commentarius de André de Resende », Euphrosyne, 2, 1968, 191-195.
D. Emanuelis pii, felicis, inuicti filiae, D. Ioanni III pio, felici, inuicti Sorori Mariae, principi eruditissimae (ap. Geneathliacon…)
Bononiae 1533 Ioannes Baptista Phaellus = Evora Res. 155 C(nº2), fl. 3-5
Dysthica XII Nicolao Clenardo
In Opera omnia, 1600, pp. 54-55
Elegia in memoriam Mercurini Cardinalis
[ed. in Epitaphia, epigramma et elegiae aliquot illustrium uirorum in funere R. D. Mercurini S. Ro. Ecclesiae… Cardinalis]
Antuerpiae 1531 Ioannes Grapheus = LBL 11422.c.5 ; Bruxelles BR VB 23432(2) B ; -,VB 24301 B ; Anvers BM Plantin R.24.33
Antuerpiae 1532 Ioannes Grapheus = Gand BU BL 5321
Encomium urbis & academiae Louaniensis
Antuerpiae 1530 Ioannes Grapheus = Lisboa BN Res 683 P ; – Res 1678 P : Paris B Mazarine 21224 ; Bruxelles BR VH.26149.A ; -,VH.11852 ; Gand BU M.16(2) ; Haia, Panfleto, 51 ; Zurich BC Z.XVIII.376(7) ; Roma BN Misc Val.674(5), Rostock, BU ; Munique, B Baviera, 8º P.o.lat.3810 (periit 1945)
1971, Ed. Odette Sauvage, L’itinéraire Érasmien d’André de Resende (1500-1573), Paris
Epicedium ad Caesarem
Epicedion rapto Daciae Principi (ap. Geneathliacon… )
Bononiae 1533 Ioannes Baptista Phaellus, fl. 43-44 (nº 4)
Epigramma Damiano Goi
Lovanii 1544
Epigramma ad Damianum Goium musicum
Lovanii 1544 = Evora BP Res 356
Epigramma ad Iacobum Menoetium Vasconcellum (ap. De Antiquitatibus… : “Inter magnificas dapes, et amplas / Amplo,et magnifico ospiti paratas”)
Eborae 1593 (nº 1)
Epigramma ad Ludouicum Ataidium (ap. De Antiquitatibus…)
Eborae 1593
Epigramma ad Sebastianum excelsum Lusitaniae regem (ap. De Antiquitatibus…)
Eborae 1570 (nº 2)
Epistola ad Bartholomaeum Quevedo (ap. Carmen endecassylabon ad Sebastianum regem, nº 3) : Eborae, quarto Nonas Maii, 1567
1988, VIRGÍNIA SOARES PEREIRA, Carta a Bartolomeu de Quevedo, Coimbra (ed. intrep. lusit. comment.)
Epistola ad Damianum de Goes
[inter Opuscula huius, Louanii, 1544]
Epistola ad Doctorem Fragosum Badajocensem (Eborae, mense Maio 1556)
Epistolae ad Georgium Coelium (Eborae 1534) (ap. De Antiquitatibus…)
Eborae 1593 (nº 8)
Epistola ad Henricum Cardinalem
Olisipone 1557 J. Blauius (ap. Hieronymus de Azambuja, Commentaria in Leuiticum)
Epistola ad Hieronymum Cardosum
Olisipone 1555
Epistola ad Iacobum Freyrem
Epistola ad Ioannam Vasiam (Eborae 7 Martii 1534)
Epistola ad Ioannem Vasaeum (Eborae 1553)
Olisipone 1561 Ioannes Balvius
Epistola ad Iulium III Papam
Epistola ad Reuerendum in Christo patrem D. Gasparem Casalem episcopum Leirenensem
Olisipone 1567 Ap. F. Garcionem in officina Ioannis Barrerae (nº 6) = PBN Yc 4003
Epistola Alfonso S.R.E. Cardinali Emmanuelis regis filio… Eborae calendis Octobribus M.D.XXXIII
Cf. Andrea Resendius, De Antiquitatibus Lusitaniae, ed. laud., Praefatione.
Epistola Bartolomaeo Friae Albernotio giurisperito doctissimo [annum esse 1565 Carolina Michaelis de Vasconcelos censet]
Cf. Andrea Resendius, De Antiquitatibus Lusitaniae, ed. laud., Praefatione.
Epistola D. Emmanuelis P. F. Inuicti Filiae D. Ioannis III D. F. Inuicti sorori Mariae principi eruditissimae
Conimbricae 1551 Ioannes Barrerius & Ioannes Alvarum Socii = Évora BP Res 155 (nº 3)
2000, Algumas obras de André de Resende, vol. I (1531-1555), Lisboa, Ed. Távola Redonda, pp. 305-310
Epistola de vita aulica ad Speratum Martianum Ferrariam Lusitanum (script. Bruxellis, Calendis Novembribus 1531)
Bononiae 1533 Ioannes Baptista Phaellus = Lisboa B Ajuda 50-VIII-43(5) ; Coimbra BU, VT 20-8-8 ; Évora BP sec XVI 6104 ; -, Res 155(7) ; Vila Viçosa BP 78 ; PBN *E 1082 ; -*E 1306 ; Madrid BN 2/8306(2) ; Escorial BM 38-V-16 ; Salamanca BU 1ª/2246(5)
1990, John R. C. Martyn, André de Resende, On Court Life, Berna
***De Vita Aulica
Bruxelae 1536
Epistola de vita aulica ad Damianum Goium (script. Eborae ad VI Calend. Novemb. 1535)
Lovanii 1544 = Evora BP Res 356 (inter Damiani de Goes Opuscula)
Epistola prosa oratione pro Colonia Pacensi : Ad Ioannem Vasaeum virum doctissimum – data Eborae, quarto nonas Februarii, 1553 (ed. post Epistolae tres…)
Olisipone, Ioannes Blauius, 1561 = Lisboa BN Res 158 e 159 V ; Évora BP Res 73 ; – 378 ; Coimbra, BU VT 18-8-19
Epistolae Hieronymo Cardoso
Ap. Hieronimus Cardosus, Epistolarum Familiarium libellus
Epistolae tres carmine : Duae ad Lupum Scintillam iuris consultum peritissimum. Vna ad Petreium Sanctium poëtam. Item epistola prosa oratione pro colónia Pacensi ad Ioannem Vasaeum virum doctissimum…
Olisipone 1561 Ioannes Blavius = Lisboa BN Res. 158(3) V ; -159(1) V ; Évora BP Res. 73 ; -378 ; Torino BN ; Vila Viçosa BP 248 ; LBL 1213 f. 47(2) ; Madrid BN V. C 293 ?22 ; Coimbra BU VT 18-8-19
Epitaphia, epigrammata et elegiae aliquot illustrium uirorum in funere R. D. Mercurini… Cardinalis
Antuerpiae 1531 Ioannes Grapheus, fol. 8 = LBL, 11422.c.5 ; Bruxelas, BR, VH 23432 ; -VH 24301 B ; Antuerpia, Mus. Platin, R.24.33 ; Madrid, BN
Antuerpiae 1532 Ioannes Grapheus = Gand, BU, B.L. 5321.
Epitaphium Ludouicae Sigaeae = Lud. Sig. Elegia
Lisboa 1561 Her. Germão Galharde
1981 : Ed. Facsimil,, Rio de Janeiro, BN = Lisboa L 82958 P
Epitaphium pro matre sua (ap. De Antiquitatibus… : Ap. Didacum Mendes de Vasconcelos, Vita Andreae Resendii : “Memoriae et Pietati Dicatum / Salue mea mater formina innocentissima…”)
Eborae 1593 (nº 13)
Epitome rerum gestarum in India a Lusitanis, anno superiori, iuxta exemplum epistolae quam Nonius Cugna, Dux Indiae max. designatus ad regem misit ex urbe Cananorio IIII Idus Octobris An. MDXXX
Louanii 1531 Seruatius Zassenus = LBL 1197 d. 13(2) ; -G 6976 ; -1312.b.12 ; PBN 4ºOy. 64 ; Vila Viçosa BP, 74 ; Lisboa BN D.S. XVI-7 (ex B Pal. Foz (Bib. Duarte de Sousa) XVI-7) ; Évora BP sec XVI 6106 (correctio ab ipso actore ; fl Ci= Pellaconensibus > bellatoribus uiris) ; LBL G.6976 ; -,1312.b.12 ; -,1197.d.13(2) ; Oxford Bodl Vet.Bi e.6 ; Bruxelles BR VB.9412(3).A ; Gand BU Hist.7748 ; Escorial BM 40.V.51(1) ; Roma B Casanatense Misc. in 4º, vol. 174 ; Den Haag BR 229.E.32 ; Rio de Janeiro, SLR, 23.4.9 (ex Barbosa Machado) ; Providence, John Cárter Brown (ex J. F. Van de Velde) ; Minnesota, BU James Ford Bell.
Coloniae 1613 Gerhardum Greuenbruch = Lisboa, BN Res 716(2)P
Erasmi Encomium (= Carmen eruditum et elegans…)
Basileae 1531
Expostulatio aduersus Gasparem Barrerium
Genethliacon Principis Lusitani ut in Gallia Belgica celebratum est, a uiro clariss. D. Petro Mascaregna, regio legato, mense Decembri MDXXXII ; dedicatio : Bononiae, Calendis Ianuariae 1533 (inseq. Epicedion et Ode in raptum Dacorum…)
Bononiae 1533 Ioannes Baptista Phaellus (Bononiae impressit anno Incarnationis Dominica[e] 1533, mense Ianuario = Lisboa, BN, Res. 157 (2)V ; -B Ajuda 50 ?VIII ?43(2) ; Vila Viçosa BP 79 ; Lisboa BN Res. 157(2) V ; PBN Res p. Yc 1391 ; Évora BP Res 6013 ; 155 (6) ; Coimbra BU VT ; Madrid BN 2/8306(1) ; Escorial BM 38-V-16(4)
1987, ed. Fac-similada, Fidelino de Figueiredo, Lisboa, INCM
1990, JOHN R. C. MARTYN, André de Resende on court life, Berne.
Hendecassilabi Michaeli Siluio Pontifici (ed. post Ode ad Caesarem)
Bononiae 1533 (nº 1)
Henemanno Rhodio praeposito Rigensi, oratorisque ad Caesarem Livoniensis archiepiscopi, Silvulas duas (cum responsio eiusdem / Henemanni Rhodii Urbindaginei Resendio Lusitano suo)
= Évora sec. XVI 6.106, fl. 56v-57v (1) Inc. : Quid non longa dies mutat ? & orbita ; 2) Inc. Sulmonis gelidi exulem quum alumnum ; 3) Docte cliens Phoebi, doctarum cura sororum…
Hexametra Card. Bembo dicata (disperdit.)
Historia Sancti Rudesindi episcopi
In Erasmomastygas Iambi
[ed. in Epistola quaedam D. Erasmi Rot. nunquam antehac aedita… Epitaphia nonnulla in eundem…]
Gandavi 1536 Iodocus Lambertus = Gand BU G. 177 ; -,A.12422(1) ; Den Haag BR 231.G.42 ; Cambridge, B St. John College
Antuerpiae 1537 Vid. Martini Caesaris = LBL 1075.h.1 ; Oxford Bodl ; Cambridge, B Emmanuel Col. ; Paris B Arsenal H.8º19149 ; Bruxelles BR Res Prec II.26326.A ; Gand BU A.168(6) ; Utrecht BU
1971, ed. Odette Sauvage, L’itinéraire Érasmien d’André de Resende (1500-1573), Paris
In obitum D. Ioannis III Lusitaniae regis conquestio
Olisipone 1557 Ioannes Blauius = Lisboa BN Res. 158(4)V ; -159(3) V ; Évora BP Res. 360 A ; – Res 155 B ; -F. R. 589 ; Vila Viçosa BP 208 ; LBL 1213 f. 47(1) ; Rio de Janeiro BN 23.3.4(1) ; Coimbra BU VT 18-7-17
Insignissima duo miracula Sancti Blasii
(ipse meminit in Vita Beati Aegidii)
In secundum tomum Sanctorum Fratrum Minorum concinnantum a religioso uiro Fratre Marco Olisiponensi (Parte segunda das Chronicas da Ordem dos Frades Menores, por Fr. Marco de Lisboa) [inc. : Altera Francisci procerum turm exit, adeste)
Olisipone 1562 Iohannes Blavius, Tomo II = Évora, BP sec. XVI 3635
Inuectiva in Venetiorum Rempublicam (disperdit.)
Libellus de Pace Iulia ad Franciscum Nonium (Resendius ipse meminit ap. De Antiquit. Lusit., IV, p. 257).
Ludouicae Sigeae tumulus, Elegia
Olyssippone 1561 Haeredes Germani Galiardi = Rio de Janeiro BN W 1-5-14
Syntrae 1566 Haeredes Germani Galiardi = LBL 11408 f. 42
Magnifici oratoris Angliae in effigiem Sebastiani regis nostri Christianissimi Epigramma
Olisipone 1567 Ap. F. Garcionem in officina Ioannis Barrerae = PBN Yc 4003
Michaeli Siluio pontifici (ap. Geneathliacon… )
Bononiae 1533 Ioannes Baptista Phaellus, fl. 1v
Monumenta Romanorum in Lusitanis urbibus (fortasse idem ac Antiqua Epitaphia Domino Cardinali Infanti Alfonso dicata)
]Rodericus da Cunha, episcopus Olisiponensis memorat]
Narratio rerum gestarum in India a Lusitanis anno M D XXX iuxta exemplum epistolae quam Nonius Cugna, dux Indiae max. designatus ad regem misit ex urbe Cananorio III Idus Octobros anni eiusdem = Epitome rerum gestarum…
1613 Coloniae, pp. 305 ss. = Évora BP Res 366
Ode ad Caesarem [incip. : Fortuna inuida (ed. post Epistola de Vita Aulica)
Bononiae 1533 (nº 5)
Ode ad Conradum Coclenium (Lovanii, 1529) (ap. De Antiquitatibus… : “Te nonne plus oculis amem / Cocleni, atque animo, luceque amicius”)
Eborae 1593 (nº 12)
Ode ad Deum Patrem ob calamitatem sectarum (post Genethliacon…)
Olisipone 1567 (nº 4)
Ode Damiano Goi
Louanii 1544 (ap. D. Gois Opera)
Ode ad Nicholaum Clenardum (Eborae 1536)
Coloniae Agrippinae 1600 (nº 28)
Ode de eodem rapto Daciae Principo puero miserrimo (ed. post Epicedion)
Bononiae 1533 (5)
Officium Diui Gundisalui de Amarantho
ms Abrantes, Arq. Hist. Municipal, Cod. 11 ; ms Ancede (Baião), Arquivo Paroquial, séc. XVI( ?)
Conimbricae 1562 ap. Ioan. Aluari Typographum Regium
Officium Sanctae Elizabet Portugalliae quondam reginae
Conimbricae 1551 [Iohannes Barreira & Iohannes Alvari] (nº 2) = Lisboa BN Res 101 P ; -INC 1491(3)
***Opera : L. Andreae Resendii, Eborensis, Scriptorum nunc simulque editorum
1600, Coloniae, Arnoldus Mylius
Opera Aurelii Prudentii (ed. corr.)
(I. Vasaeus, Chron. Hisp. meminit ad annum Christi 351)
Opera Sidonii Appolinaris (ed. corr.)
(ipse meminit Ant. Lusit. Lib I, tit. De Barbaris)
Oratio de Synodis, in Synodo Eborensi habita anno MDLXV, mense Febru. Praeside Ioan. Mello archiepisc. Eborensi
1600 Coloniae (nº 51)
Coloniae, 1613, pp. 285-299
Oratio habita Conimbricae in Gymnasio Regio anniversario dedicationis eius die quarto calendas Iulii MDLI (praecedit Dedicatio D. Emmahnuelis P. F. inuicti. filiae D. Ioannis III P. F. inuicti. sorori Mariae principi eruditissimae)
ms Evora, BP, CX / 1-3, nº 14 (ex impresso deriuato) ; CIX / 1-10, nº 14 (manu Fr. Vicente Salgado) ; Coimbra, BGU, ms 3170 (ex impresso) ; – ms 2583
Conimbricae 1551 Ioannes Barrerius & Ioannes Alauarus = Santander, BMP, R-I-4-28 (M 295) (5) ; Lisboa B Ajuda 50 ?VIII ?43(3) ; Évora BP Res. 155 C – 1 e 2 ; -Res 166-B ; -360-F ; Porto BP Y1-3-58[4] ; Vila Viçosa BP 160 ; Rio de Janeiro BN W 1-5-18 ; Coimbra BU R-73-13 ; Lisboa BN Res 159(2) V ; Porto BPM Y-3-58
1613 Coloniae pp. 264-304
1982, GABRIEL DE PAIVA DOMINGUES, Oração pronunciada no Colégio das Artes em 1551 (ed. intrepr. lusit.), Coimbra
2000, Algumas obras de André de Resende, vol. I (1531-1555), Lisboa, Ed. Távola Redonda, pp.285-304
Oratio habita coram sacra Synodo Eborensi an. 1534
ms Évora, Arquivo da Sé
Olisipone 1534 = Lisboa BN Res 129 A (mut.) ; ANTT, Série preta, nº 2948
1971 Isaías da Rosa Pereira, “Sínodo Diocesano de Évora de 1534”, Anais da Academia Portuguesa da História, 2ª ser. Vol. 20, pp. 171-232
2000, Algumas obras de André de Resende, vol. I (1531-1555), Lisboa, Ed. Távola Redonda, pp.239-246 ; ed., transl. Lusit., a Miguel Pinto de Meneses, pp. 247-269
Oratio pro rostris pronuntiata in Olisiponensi Academia calendis octobribus MDXXXIIII
Olisipone 1534 German Gallard = Vila Viçosa BP 84 ; LBL C62 b38 ; Évora BP sec XVI, 6108
1956, MIGUEL PINTO DE MENESES, Lisboa (interpr. lusit.)
Paulo Aphasi suo
Bononiae 1533 (nº 1)
Paulo Antoni suo
Olisipone 1540 (nº 1)
Petreio Aphanio
Bononiae 1533 Ioannes Baptista Phaellus (ante Epistola de Vita Aulica as Speratum Martianum Ferrariam Lusitanum)
Petreio Sanctio Epistola
Olisipone 1561 (nº 3)
Philippo, Hispaniarum regi maximo
Eborae 1570 (nº 1)
Poema epicum de Sanctis Martyribus Ulyssiponensibus
penes Ioannem Tamayum Salazar existebat
Pro colonia Pacensi (Epistola ad I. Vasaeum – Eborae IV Nonas Februarii 1553)
Olisipone 1561 (nº 4)
1613 Coloniae pp. 128-150
1790, Opera…, Conimbricae, vol II, pp. 7-33
Pro sanctis Christi martyribus Vincentio Olisiponense patrono, Vincentio, Sabina et Christhelide Evorensibus civibus et ad quaedam alia responsio – Ad Bartholomaeum Kebedium….
Olisipone 1567 Ap. F. Garcionem in officina Ioannis Barrerae = PBN Yc 4003 ; Évora BP Res 155 (2) : Lisboa BN Res 157-159 V
1613 Coloniae, pp. 151-226
1988, VIRGÍNIA SOARES PEREIRA, Carta a Bartolomeu de Quevedo, Coimbra (ed. intrep. lusit. comment.)
Responsio ad epistolam D. Ambrosii Moralis, uiri eruditissimi inclytae academiae Complutensis rhetoris ac regii historiographi (Eborae XIII Calendas Aprilis M D LXX) [insequitur post Ambrosii Morlis Cordubensis Andreae Resendio, Compluti, 1570]
Eborae 1570 Andreas Burgius (nº 2) = Évora Res. 155 A
Responsio ad Epigramma Magnifici Oratoris Angliae in effigiem Sebastiani regis nostri christianissimi (1567)
Olisipone 1567 (nº 8)
Sanctae Elizabet Portugaliae quondam reginae officium
Conimbricae 1561 = Lisboa BN Res 101(3) P
Saturnalibus (Ad Iulianum Albium et Petrum Sancium) (ap. De Antiquitatibus… : “Viuamus hodie, nam caras reddemur amaris / Aulae tumultibus grauis”)
Eborae 1593 (nº 9)
1955 Cândido Aparício Pereira, “Uma ode inédita”, Humanitas, 4-5, 1955-1956, 215-219
Sebastiano huius nominis primo, Lusitaniae regi, Africo, Atlantico, Aethiopico, Arabico, Persico, Indico, Trapobanico
Olisipone 1567 Ap. F. Garcionem in officina Ioannis Barrerae = PBN Yc 4003 (nº 1 – 2)
Sperato Martiano Ferrariae, ad bellum Turcicum uenienti (ed. post Epistola de Vita Aulica ad Speratum…)
Bononiae 1533 (nº 3)
Sperato Martino Ferrariae, a Caesare sacramentis militaribus obstricto
Bononiae 1533 (nº 4)
Sperato Martino Ferrariae, equestris ordinis nobilli et erudito uiro (Olisipone VI Cal. Decembris M D XLV) (ante Vincentius Leuita et Martyr)
Olisipone, 1545 (nº 1), fl. Aii
Sylua Angeli Andreae Resendi Lusitani
(in De Alba Febre Carmen, adauctum & recognitum per Iacobum Papam)
Antuerpiae 1534 Symon Coquus = Gand BU Res 446
Syluulae duae ad Henemannum Rhodium Praepositum Rigensem Oratoremque Caesareum Livoniensis Archiepiscopi
Lovanii, 1531 (nº 3 – 4)
Translatio sacrarum uirginum et martyrum Christi Responsae et Sociae eius
Venetiis 1532 Bernardinus de Vitalibus = Évora BP sec XVI 6107
Urbis Olisiponis descriptio
Eborae 1554 = Lisboa B Ajuda 50 ?VIII ?51(2)
Vincentius levita et martyr
Olisipone 1545 Ludouicus Rhotorigius = Lisboa, Res 156(1) ; Lisboa B Ajuda 50 ?VIII ?51(1) ; Évora BP Res. 360 E ; Vila Viçosa BP 134 ; Lisboa B Acad Ciências Res. 2 ?5 ; Madrid BN 3 ?58926 (2) ; Coimbra BU R-1-17 ; Lisboa BN Res 156 (1) V ; -157 (1) V ; Roma B. Vallicel. S. Borr. F. II. 319 (4)
1981, J. V. PINA MARTINS, « Aspectos de erasmismo de André de Resende », Humanismo e erasmismo na cultura portuguesa do século XVI, Paris
1981, J. V. PINA MARTINS (ed.), Braga
Vita Beati Aegidii Scalabitani, Ordinis Praedicatorum (Idem ac Conuersio Miranda)
Parisiis 1586 Stephanus de Sampaio = Lisboa B Acad. Ciências = Évora BP Col. Manizola, Ms 20
Votum Diuae Virgini Aquilupianae
Ms Lisboa BN FG 6368, f. 317r-319r
1974, José da Silva Terra, “Seis poemas de André de Resende”, in Arquivos do Centro Cultural Português, 7, 454-469

Liste Bibliographique des Textes en Portugais

Crónica Lusitana (ms.)
cf. Bernardo de Brito
Fala que Meestre Andree de Reesende fez a El Rey Dom Sebastiam a primeyra vez que entrou en Euora. Rio de Janeiro, Biblioteca Nacional, apresentação Plinio Doyle, 1981. Ed. fac-similada de ed. 1569 = Lisboa, BN L. 82956 P.
Historia de antiguidade da ciidade Euora
Evora per Andree de Burgos, 1553 = BNP RES 55 P ; BNP F 1287.
Evora per Andre de Burgos, 1576 (2ª ed. cor.) = BNP RES. 56 P.
Lisboa, Off. de Simão Thaddeo Ferreira, 1783. [109] = BNP RES. 3989(2) V ; BNP H.G. 5335 P ; BNP H.G. 5336 (2) P ; BNP H.G. 15834 P ; BNP H.G. 22963(6) P. .
Obras portuguesas de André de Resende, pref. e notas de José Pereira Tavares.
Lisboa : Sá da Costa, 1963 = BNP L. 91859 P.xe “CDU : 869.0-94 Resende 3 Obras port.”
A santa vida e religiosa conversação de Frei Pedro : porteiro do Mosteiro de S. Domingos de Évora. Script.1570. Edição fac-similada do único exemplar conhecido, acompanhada de transcrição, introdução e notas / por Serafim da Silva Neto ; Prefácio-estudo de Jaime Cortesão. [s.l. : s.n.], 1943 (Rio de Janeiro : Ed. Dois Mundos [Comp. Brasileira de Artes Gráfica]) = BNP R. 11382 V ; BNP R. 19726 V
1963, Lisboa, Sá da Costa : Obras Completas.
Vida do Infante Dom Duarte, script. 1567.
Lisboa, Off. da Academia Real das Sciencias, 1789 [prol. José Corrêa da Serra],= BNP H.G. 5624 P ; H.G. 5793 P ; H.G. 12463 (2) V ; H.G. 14107(6) V ; H.G. 22921(9) P ; H.G. 23184 P ; H.G. 4771 V ; H.G. 13941//9 V ; H.G. 49905 V.

Études

– Anselmo Braamcamp Freire, “Appendices às Notícias da Vida de André de Resende, de Francisco Leitão Ferreira”, Archivo Histórico Português, III, Lisboa, 1910

– Firmino Crespo, “André de Resende”, humanista e poeta latino”, Revista da Faculdade de Letras de Lisboa, 2, 1934, 50-72

– Maria Manuela Barroso de Albuquerque, “André de Resende : o drama dum humanista português”, Euphrosyne, 1, 1967, 107-134.

– Cataldo & André de Resende – Congresso Internacional do Humanismo Português (Coimbra, Lisboa, Évora – 25 a 29 de Outubro de 2000), Lisboa, Centro de Estudos Clássicos, 2002

[1] Je me sers de l’édition en CD-Rom, de 2008.

[2] Le mot « Lusiadas » apparaît déjà, et pour la première fois, dans l’Encomium Erasmi, figure dans son Vincentius leuita et martyr et se retrouve dans divers autres textes de l’auteur, comme dans les discours à l’Université, en 1534, et au Collège des arts, en 1551.

[3] Odette Sauvage, L’itinéraire érasmien d’André de Resende : 1500-1573, Paris, Centro Cultural Português – Fundação Calouste Gulbenkian, 1971. Voir aussi José V. de Pina Martins, Humanismo e Erasmismo na Cultura Portuguesa do século XVI : Ensaios e Textos, Paris, Centro Cultural Português, 1973 (surtout chap. VI et VIII).

[4] Erasmi Roterodami blasphemiae et impietates. Roma, [s.i.], 1522 [Salamanca, BU ; Madrid, BN : R/11720 ; Sevilla, Bibl. Colombina, 4-2-33(3)]
[5] L’attitude de Resende est d’autant plus à souligner que, au concile de Valladolid, les représentants portugais étaient hostiles à Érasme : voir Marcel Bataillon, « Les Portugais contre Érasme à l’Assemblée théologique de Valladolid, 1527 », in Études sur le Portugal au temps de l’Humanisme, Paris, Centro Cultural Português da Fundação C. Gulbenkian, 1974, p. 7-34. Les représentants portugais étaient Estêvão d’Almeida, Diogo Gouveia, Pedro Margalho.
[6] À Ambrosio de Morales, A. Resende écrit : « Ego nondum annos decem & treis excesseram, quum istheic, curante matre, nam patre orbatus pridem eram, Antonio Nebrissensi praeceptori operam dedi. Sed coorto inter funebria iusta, suae Cardinalis Academiae patrono, per eos dies mortalitatem exuto, soluebantur, nescio quo inter munícipes & scholasticos tumultu, abductus inde sum. Ea tempestate, neque tam ualidum neque tanta opulentia oppidum esse uidebatur”.
[7] L’intérêt pour la personnalité d’Érasme est partagé par d’autres Portugais : Dom Martinho de Portugal, bâtard de sang royal, deux fois ambassadeur à la curie papale, selon Smet, dans une lettre adressée à Érasme, en 1526, était censé éprouver plus fortement le désir de voir le maître flamand que de visiter la basilique des Apôtres à Rome.

[8] Il ne faudra pas oublier une ode dédiée à Goclenius, en 1529.

[9] L’auteur de la biographie de Resende (Diogo Mendes de Vasconcelos / Iacobus Menoetio Vasconcellus) rappelle l’amitié de notre humaniste avec Ioannes Dantiscus Polonus, ce qui nous explique l’association de l’Éloge de Louvain de Resende avec l’œuvre de Dantiscus.

[10] Depuis 1523 Damião de Goes arrive à cette factorerie et apprend auprès de Corneille de Schrijver (Grapheus ou Scribonius) les secrets de la poésie latine ; il a passé sept mois à l’université de Louvain, en 1531-1532 et y reviendra plus tard, en 1539. Ses relations avec Érasme sont connues : Damien lui rend visite deux fois, en 1533 et 1534 à Fribourg-en-Brisgau.

[11] Le Genetheliacon est un document souvent cité par la philologie portugaise, car il sert à documenter la représentation théâtrale d’une pièce de Gil Vicente, le grand dramaturge portugais du xvie siècle : la pièce intitulée Jubileo de Amores est une comédie imprégnée de l’esprit de la Réforme. Le nonce papal, Girolamo Aleandro, en a été indigné et, dans son rapport officiel, par lettre du 26.12.1536, avertit le roi du Portugal qu’il doit freiner la divulgation de la pièce : le texte, d’ailleurs, en a été perdu, par suite de son inscription dans l’Index librorum prohibitorum portugais (Rol de livros defesos) de 1551. Lors des festivités célébrant la naissance du nouveau prince portugais, l’ambassadeur a fait brûler du bois de cannelle pour réchauffer l’espace où se tenait la fête. Il s’agit du même personnage qui de Rome recommande les jésuites au roi du Portugal.

[12] À cette occasion, Resende connaît Damien de Goes et le nomme dans son poème ; il semble que Damien participe à la fête en qualité de musicien.

[13] Érasme formule ces éloges dans une lettre envoyée à Damien de Goes : voir P. S. Allen, Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, Oxford, 1906-1958, vol. X, nº 2915, p. 367, lignes 10-15.

[14] Nous savons qu’il existe dans la ville d’Alcácer do Sal une chapelle à l’intérieur de l’église du couvent de Saint-Antoine, fondée en 1524 par Violante Henriques, mère de Pedro Mascarenhas ; la chapelle, fondée aussi par la même donatrice, semble due au travail de Francisco de Holanda ; les bonnes relations de l’ambassadeur avec le peintre ainsi qu’avec Michel-Ange sont connues. Il n’est pas non plus à exclure que le texte de Resende soit dû à une demande de l’ambassadeur.
[15] Le poème ne sera publié, avec des commentaires, qu’en 1545 ; il est significatif qu’il le cite déjà en 1534, deux années avant que George Coelius n’utilise le terme « Lusiades » dans son poème intitulé Serenissimi et illustrissimi Principis D. Alfonsi SRE cardinalis ac Portugaliae Infantis Consecratio, Coimbra, 1536.
[16] Voir P. S. Allen, ed., Opus epistolarum…, vol. XI, pp. 206-207 et 259.

[17] D’après l’appréciation de son biographe, son ami Diogo Mendes de Vasconcelos, in De antiquitatibus Lusitaniae, Resende « ita diuitiarum opulentiaeque contemptor fuit tamque ingenuis et candidis moribus, nec non egregia quadam animi libertate praeditus ut cum et apud Caesarem et apud Ioannem Lusitaniae regem caeterosque principes, assidue semper versatus fuerit illisque in primis charus extiterit, tenui nihilominus fortunae conditione sit usus nec ad altiorem honoris gradum opumue cupiditatem aspirauerit, musis semper & literario otio delectatus ».

[18] Camoens dépend de Resende : José Maria Rodrigues (Fontes dos Lusíadas) et José V. Pina Martins (étude d’introduction à l’édition de Vincentius, levita et martyr) l’ont prouvé. Un autre poète presque inconnu, Girolamo Britonio, un poète de cour qui a passé quelques années à la cour de Lisbonne, a utilisé Resende dans son éloge de cette ville (Ulysbona regiae Lusitaniae urbis, Carmen) ; cf. Eugenio Asensio, « El italiano Britonio, cantor de la Lisboa de D. João III », Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, 5, 1972, p. 546-559.

[19] Concession faite par le pape Clément VII, entre 19.11.1533 et 25.09.1534, et par la suite renouvelée par les papes Paul III, Paul IV et Pie IV.

[20] Ils étaient invités par le roi et travaillaient sous la direction du Portugais André de Gouveia (dux praestantissimus : le plus grand principal de France, selon Montaigne) qui, au Collège de Guyenne, à Bordeaux, avait réussi à transformer une « pauvre école provinciale » en un collège florissant.

[21] Quand Resende arrive à Louvain, Clénard passe un an à Paris, où il enseigne le grec et l’hébreu (1530-1531) ; revenant à Louvain, il reçoit la visite de Ferdinand Colomb qui l’invite à Séville. C’est Resende qui introduit le fils du navigateur chez Clénard ; ce sera encore Resende qui, en 1533, viendra à Salamanque, où Clénard avait accepté un poste, pour convaincre son ami d’accepter l’invitation du roi du Portugal à venir y enseigner. À noter que Clénard, né vers 1494, a quelques années de plus que Resende ; sa vie sera plus brève, car il meurt à Grenade, le 5 novembre 1542. Jean Vasée / Vasaeus (c. 1510-1561) est plus jeune que Resende ; il suit Clénard en Espagne, travaille près de F. Colomb, à Séville, vient à Évora faire visite à Clénard, passe à Salamanque où il enseigne le grec, le latin et la rhétorique, mais se laisse convaincre par Clénard de venir au Portugal : le Cardinal-Infant Henri lui confie des responsabilités d’enseignement (1538-1550) à Braga et à Évora.

 

[22] J. V. de Pina Martins, “Uma edição fictícia nas obras latinas de Resende”, Arquivo do Centro Cultural Português de Paris, 1970, pp. 549-554.
[21] Quand Resende arrive à Louvain, Clénard passe un an à Paris, où il enseigne le grec et l’hébreu (1530-1531) ; revenant à Louvain, il reçoit la visite de Ferdinand Colomb qui l’invite à Séville. C’est Resende qui introduit le fils du navigateur chez Clénard ; ce sera encore Resende qui, en 1533, viendra à Salamanque, où Clénard avait accepté un poste, pour convaincre son ami d’accepter l’invitation du roi du Portugal à venir y enseigner. À noter que Clénard, né vers 1494, a quelques années de plus que Resende ; sa vie sera plus brève, car il meurt à Grenade, le 5 novembre 1542. Jean Vasée / Vasaeus (c. 1510-1561) est plus jeune que Resende ; il suit Clénard en Espagne, travaille près de F. Colomb, à Séville, vient à Évora faire visite à Clénard, passe à Salamanque où il enseigne le grec, le latin et la rhétorique, mais se laisse convaincre par Clénard de venir au Portugal : le Cardinal-Infant Henri lui confie des responsabilités d’enseignement (1538-1550) à Braga et à Évora.

[22] J. V. de Pina Martins, “Uma edição fictícia nas obras latinas de Resende”, Arquivo do Centro Cultural Português de Paris, 1970, pp. 549-554.

[23] C’est à tort qu’on a voulu lui attribuer des poèmes figurant dans des anthologies qui, pour nous, ne sont que des collections d’exercices d’élèves de collèges jésuites ; nous-mêmes avons réagi à l’œuvre de John R. C. Martyn, Andre de Resende’s Poemata Latina / Latin Poems (translated, edited and with an introduction), New York, The Edwin Mellen, 1998, dans un compte-rendu à la revue Euphrosyne, 28, 2000, 441-443, où nous récusons les arguments qui prétendent fonder ces attributions. Par ailleurs, il ne faut pas tenir compte d’une autre attribution du même John R. C. Martyn, « An unknown piscatorial Eclogue by André de Resende », Euphrosyne, 1989, 17, 277-304 : en fait, la base d’attribution n’est pas solide. D’autre part, il est inutile de discuter sur l’existence d’une édition pour l’Encomium Vrbis et Academiae Lovaniensis, publiée à Bologne en 1529 ; il s’agit d’une confusion résultant de l’association de ce texte avec un autre ouvrage dont on a copié le colophon primitif : « Iohannis Dantisci regis Poloniae oratoris ad Clem. VII Pont. Max. & Carolum V imp. Aug…. Sylva Bononiae aedita IX Decemb. M.D.XXIX ». L’attibution du Roma Prisca à notre auteur n’est qu’une supposition erronée de John R. C. Martyn, « André de Resende – Original autor of Roma Prisca »,Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 51, 1989, p. 407-411.

[24] Au moins quatre offices ont été rédigés par Resende : Damasus papa : cols. 837-841 ; Vincentius leuita et martyr, col. 940-952 ; Torquatus, cols. 1162-1164 ; Mantius, col. 1168-1173. Il faudra sûrement revenir sur les attributions à faire à partir des offices propres du diocèse d’Évora. Ainsi 5.12 : Geraldi conf. Archiepiscopi Bracarensis ; 20.03 : Martini conf. Archiepis. Bracarensis ; 26.04 : Petri martyris archiepiscopi Bracarensis ; 25.05 : Mancii martyris Eborensis discipuli Christi ; 1.10 : Verissimi, Maxime et Iulie ; 20.10 : Irenae virginis et martyris ; 30.10 : Triumphus Crucis (in proelio Saladi).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.