Du manuscrit à l’imprimé : le cas de Georges Hermonyme de Sparte (ca. 1440-ca. 1510)

mardi 12 août 2008, par Jean-Marie Flamand

La carrière de Georges Hermonyne : quelques repères biographiques

 Beaucoup de points restent obscurs dans la biographie de cet important « transmetteur de textes », qui fut surtout copiste de manuscrits, mais aussi traducteur (il traduisit en latin plusieurs textes grecs, assez courts : voir infra), et qui enseigna le grec à Paris à plusieurs humanistes de renom. On sait peu de choses sur ses origines : est-il né à Sparte, ou bien a-t-il été l’élève de Georges Gémisthe Pléthon, ce qui pourrait expliquer son surnom de « Spartanus » ou « Lacedaemonius » ? Après la prise de Constantinople par les Turcs (1453), il est contraint de fuir la Grèce, comme tant de ses compatriotes, Janus Lascaris entre autres. Il va trouver refuge en Italie et séjourner au moins quelque temps à Rome : il est certain qu’il a fait partie de l’entourage du cardinal Bessarion (mort à Ravenne le 18 novembre 1472) et qu’il a acquis une bonne connaissance de la langue latine. Il est alors choisi par le pape Sixte iv pour accomplir une mission diplomatique en Angleterre : muni d’un sauf-conduit le 28 juin 1473, il est chargé d’obtenir la libération de l’archevêque d’York George Neville qui avait été arrêté en avril 1472 pour avoir soutenu la révolte de son frère Richard contre le roi Édouard iv. Georges Hermonyme, ayant traversé la France et peut-être les Flandres, gagne l’Angleterre et obtient la libération de Neville, mais il est lui-même accusé d’espionnage par des marchands anglais et emprisonné à la Tour de Londres en décembre 1475. Il n’obtient sa libération au bout de quelques mois qu’après paiement d’une lourde rançon, qu’a contribué à réunir son ami le copiste grec Andronikos Kallistos. Au printemps de 1476, Hermonyme peut rejoindre la France : il est à Paris en juin 1476, comme il en témoigne lui-même au colophon d’un manuscrit de Quintus de Smyrne qu’il achève le 23 juin. Désormais, sa carrière va se dérouler à Paris, mais les renseignements précis nous manquent. Il a donné des leçons de grec, sans doute dans des collèges (à Sainte-Barbe ?) mais aussi à titre privé, auprès d’élèves qui ne tarderont pas à être connus comme des humanistes prestigieux. Plusieurs viennent des pays germaniques : Johannes Reuchlin, le praeceptor Germaniae, qui était présent à Paris en 1478 ; Beatus Rhenanus, Michel Hummelberg ; le parisien Guillaume Budé en 1491 ; peut-être aussi Érasme, aux alentours de 1500… Budé a critiqué l’avarice d’Hermonyme et surtout l’a présenté comme un mauvais pédagogue. Longtemps à la recherche de protecteurs, princes ou prélats, Hermonyme semble avoir mené une vie matérielle précaire. Durant plus d’une trentaine d’années, peut-être jusqu’en 1510, il a vécu de son activité de copiste, réalisant quelquefois sur commande des manuscrits de luxe, le plus souvent produisant de simples exemplaires de travail. À mener durant de si longues années une vie marginale et laborieuse, ce personnage dont on ignore s’il était clerc ou laïc a sans doute fini par gagner l’estime de certains milieux universitaires parisiens et a su entrer dans la familiarité de personnages intéressés par le grec, comme Lefèvre d’Etaples. On en sait trop peu sur sa vie, il faut à présent examiner ses œuvres.

 Localisation et contenu des manuscrits de Georges Hermonyme

On peut aujourd’hui recenser quelque 119 manuscrits de la main de Georges Hermonyme, dont très peu sont datables avec exactitude. Voici leur répartition : 57 sont conservés en France (54 à Paris, 1 à Aix-en-Provence, 1 à Albi, 1 à Montpellier), 17 sont en Angleterre (6 à Londres, 6 à Oxford, 5 à Cambridge), 13 aux Pays-Bas (12 à Leiden et 1 à Utrecht), 10 au Vatican, 8 en Suisse (Berne, Bâle, Genève, Saint-Gall), 7 en Autriche (Vienne), 3 en Italie (Florence, Milan, Turin), 2 en Allemagne (Berlin), 1 en Pologne, 1 aux États-Unis d’Amérique (New York).

Les textes copiés de la main de Georges Hermonyme sont d’une très grande variété : on y trouve des auteurs grecs classiques (soit poètes : Hésiode et Pindare, les tragiques Eschyle et Euripide, le fabuliste Ésope, le poète géographe Denys le Périégète ; soit prosateurs : les historiens Thucydide et Xénophon, les orateurs Eschine et Démosthène, le médecin Galien ; des philosophes et des auteurs intéressant la philosophie : les Lois et l’Epinomis de Platon, Plutarque, Diogène Laërce, Hiéroclès), desauteurs byzantins (Maxime Planude, Manuel Moschopoulos, Gennade), des recueils de sentences censés refléter la sagesse grecque (ps.-Phocylide) ; des textes sacrés : le Nouveau Testament, les Psaumes ; des ouvrages liturgiques et livres de prières ; des ouvrages grammaticaux (Manuel Chrysoloras, Théodore Gaza) et un grandLexicon gréco-latin.

Quelle était l’origine de tous ces textes ? De quels modèles le copiste a-t-il disposé ? Comment a-t-il pu se procurer à Paris tant de modèles, pour des textes aussi nombreux et si divers ? Sans doute avait-il des correspondants, en Italie ou même en Grèce, qui ont pu lui envoyer les documents réclamés par lui. Pour l’heure, faute d’une connaissance suffisante des réseaux auxquels appartenait Hermonyme, il n’est guère possible de répondre à la question de l’origine des textes. Pour l’histoire de leur transmission, on peut atteindre un éclairage historique plus satisfaisant si l’on oriente la recherche en direction des destinataires ou des commanditaires de ses travaux.

 Du manuscrit à l’imprimé

On peut parler d’une véritable, et du reste très particulière, collaboration de Georges Hermonyme avec des imprimeurs établis à Paris, pour l’édition des Institutiones imperiales due à Jean Chappuis et parue chez Ulrich Gering et Berthold Rembolt, en 1499. Aucun imprimeur parisien ne disposant alors de fontes grecques, Hermonyme a apporté sa contribution de copiste en insérant dans le texte imprimé des termes spécifiques grecs, écrits dans des espaces qui avaient été laissés blancs en attente lors de la composition du texte. Mais Hermonyme a-t-il réalisé cet ajout manuscrit sur tous les exemplaires sortis des presses ? Fastidieuse opération, même si le tirage est probablement resté assez réduit… L’enquête n’a pas encore été menée sur pièces.

D’autre part, certains des manuscrits d’Hermonyme ont abouti à des imprimés. Deux cas sont à envisager : du vivant d’Hermonyme, il est arrivé qu’une traduction latine soit réalisée à partir d’un texte grec qu’il venait de copier. C’est ce qui s’est produit pour les trois traités tirés des Moralia de Plutarque, qui, copiés dans le manuscrit Paris, BnF, gr. 972, furent traduits par Guillaume Budé et édités chez Josse Bade en 1505. Bien après la mort d’Hermonyme, des textes grecs ont été imprimés à Paris à partir de ses manuscrits : c’est le cas de textes édités par le chartreux Godefroy Tilmann (Éloge etMartyre de saint Denys, Paris, Robert Estienne, 1547), ou par le premier lecteur royal de grec Jacques Tusan, dit Toussaint (Description de la terre, de Denys le Périégète, imprimé en 1538).

Il faut enfin signaler que certaines traductions latines faites par Hermonyme ont été très tôt imprimées : le petit traité De virtutibus et vitiis attribué à Aristote, suivi d’un recueil de sentences des Sept Sages (cum dictis septem sapientum) semble être sorti dès 1478 ou 1480 (date incertaine) des presses parisiennes d’Ulrich Gering ; il fut réédité à Paris en octobre 1507 chez Jean et Gilles de Gourmont. Traduits également par Georges Hermonyme, deux traités du patriarche Gennade (De via salutis et De quibusdam fidei articulis) ont été imprimés, le premier à Vienne, chez Hieronymus Vietor, en 1530, le second à Paris, chez Michel de Vascosan, en 1533. Une Vie de Mahomet, texte anonyme écrit en grec, fut traduite en latin par Hermonyme et imprimée beaucoup plus tard, en 1541, sans doute à Bâle, avec une dédicace du traducteur à Germain de Ganay.

 Conclusion : quelques réflexions méthodologiques

Suivant le principe de base d’« Europa Humanistica », notre intérêt fondamental est toujours resté fixé avant tout sur l’étude de la transmission des textes. Par conséquent, la description des manuscrits copiés par G. Hermonyme n’a jamais constitué pour nous une fin en soi : il nous a donc fallu mettre au point une méthode de description matérielle « réduite », usant des méthodes de la codicologie sans prétendre devenir nous-mêmes codicologues. C’est ainsi que nous avons laissé de côté l’examen des filigranes, et réduit au strict minimum la description des signatures. Mais d’autre part, nous avons accordé un soin particulier à l’identification précise des textes : dans certains cas, nous avions affaire à des textes particulièrement obscurs, ou du moins très peu connus, dont il fallait reconnaître les auteurs ; d’autres fois, le texte transmis par Hermonyme était tronqué par rapport à celui que d’autres manuscrits pouvaient donner du même texte ; dans certains cas, une poussière de textes très courts étaient autant de défis à l’identification (ainsi dans les livres de prières).

Finalement, la constitution d’un dossier complet sur Georges Hermonyme, riche aujourd’hui de plus de 150 pages, que nous avons réalisé sur la base d’un nouvel examen de tous ses manuscrits (examen direct de quelque 80 manuscrits, le reste hélas n’étant vu que sur microfilm), a permis, en rassemblant des pièces jusque là éparses, d’obtenir une vision plus précise du personnage, sur ses réseaux de protection, son rôle de professeur, sa position auprès des maîtres de l’université de Paris, sa méthode de travail. Toutefois, faute de documents, beaucoup de questions restent encore trop souvent sans réponse, notamment pour tout ce qui touche à l’origine des textes grecs qu’a copiés Georges Hermonyme.

Jean-Marie Flamand

IRHT – CNRS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.