Évolution et progrès d’ « Europa Humanistica »

lundi 11 août 2008, par Jean-Francois Maillard

On ne saurait mieux ouvrir cette rencontre, essentiellement destinée à dégager des perspectives nouvelles à notre entreprise commune, qu’en rappelant avec reconnaissance et sans la moindre emphase rhétorique ce que nous devons tous à István Monok, non seulement pour l’accueil qu’il nous a réservé à Budapest et la générosité avec laquelle il a bien voulu co-organiser cette troisième rencontre d’« Europa Humanistica », mais pour avoir donné depuis le début de l’entreprise et dans la longue durée l’exemple de ce que signifie une véritable coopération. Comment oublier également que quelques années auparavant c’était déjà la Hongrie, par les voix du regretté Tibor Klaniczay et d’Iván Horváth, qui s’était engagée la première à participer à un travail encore à l’état de projet lors d’une grande « Rencontre sur la Renaissance », organisée à Ferrare par Amedeo Quondam en 1989. Depuis lors, les actes suivirent toujours les paroles, d’abord pour enrichir notre répertoire préparatoire L’Europe des humanistes, puis pour aboutir tout récemment au lancement d’une belle série de volumes sur les Humanistes du bassin desCarpates, notre sodalitas humaniste venant par ailleurs de trouver à Paris une nouvelle convergence à l’occasion du colloque de 2007 consacré à Matthias Corvin, dont les actes paraîtront sous peu.Pour commencer par dresser la cartographie d’« Europa Humanistica » à ce jour, constatons objectivement que, grâce aux efforts de beaucoup de ses actuels participants et aux nouveaux venus, celle-ci s’est lentement, mais sûrement, étendue. En passe de devenir vraiment européenne, elle voit enfin se rééquilibrer le nord et le sud, l’ouest et l’est de l’Europe, dont l’humanisme reste trop peu connu dans nos contrées en dépit de son ouverture et de son unité par delà la mosaïque des nationalités. La carte européenne n’est certes pas encore intégralement couverte : non seulement la dimension et la richesse en érudits de grands pays humanistes tels que l’Italie ou l’Allemagne pourront être explorés seulement région par région dans la longue durée, mais d’autres pays importants comme la Suisse, l’Angleterre ou la Pologne manquent toujours à l’appel, sans oublier la Grèce dont nous sommes souvent tentés d’intégrer les humanistes émigrés dans leur pays d’accueil. Des contacts ont du moins été pris pour pallier peu à peu ces carences, notamment avec James Hirstein, de Strasbourg, désireux de créer une équipe rhénane franco-germano-suisse qu’avait en son temps déjà appelée de ses vœux le Pr. Wilhelm Kühlmann, ou encore à Londres et à Cambridge avec des spécialistes de l’humanisme anglais. Le Pr. Robert Seidel, de Francfort, souhaite également renouer une coopération naguère fructueuse si son nouveau projet sur les disputationes etdissertationes rhétoriques et poétiques publiées dans les universités allemandes à l’extrême fin de la Renaissance est accepté par la DFG : non sans interférences avec notre programme, ce type de documents reflète bien les activités philologiques des savants à l’époque moderne, la réception des auteurs classiques, leur intégration dans les théories contemporaines ou encore tous les problèmes d’imitatio et d’aemulatio.

Un autre sujet de satisfaction, non le moindre, tient à la présence dans notre groupe d’un nombre significatif d’antiquisants, hellénistes et latinistes, aussi scientifiquement pertinente pour notre période que bénéfique au rayonnement de l’entreprise. N’a-t-elle pas en effet pour vocation d’ignorer toute forme de cloisonnement et d’exclusion entre disciplines, encore si dommageable dans maints pays, par exemple en Allemagne ou en France, dans le domaine du néo-latin, pour ne rien dire du néo-grec !

Le bilan concret n’est pas moins positif en termes quantitatifs et qualitatifs. Il faut certes tenir compte des lenteurs inhérentes à des travaux de première main et des difficultés à simplement trouver des documents dont on a parfois pu s’étonner qu’ils fussent aussi rares sous la forme imprimée que sous celle du manuscrit. Néanmoins, sur une période relativement courte, en ordre chronologique, deux volumes français ont paru, suivis de deux volumes allemands et, tout récemment, du premier volume de la série hongroise, en attendant ceux quasiment achevés que l’on évoquera ci-après et au cours de nos débats. Constatons, cette fois-ci sur le plan qualitatif, comme un témoignage de la vitalité de l’entreprise, le caractère évolutif de la méthode suivie, selon une perspective rigoureuse et bien définie, mais non rigide, que propose le « guide » franco-allemand rédigé en coopération avec le Pr. Seidel en 2003 afin de faciliter non seulement les premiers pas des nouveaux venus, mais aussi de susciter critiques, approfondissements et amendements. Il était inévitable, voire souhaitable, que chemin faisant et face à des types de production humaniste différents, chaque équipe eût à adapter la méthode et la présentation à ses besoins comme à ses usages nationaux et ressentît même la nécessité d’améliorer ses nouvelles monographies dans le sens de la précision et de la lisibilité. C’est ainsi que le premier volume sur les hellénistes français avait choisi, non sans inconvénients à cet égard, un classement chronologique intégral des productions imprimées humanistes ; le deuxième volume français sur Henri II Estienne y introduisait un système de renvois, les deux volumes allemands optant pour un regroupement systématique par auteurs anciens transmis. Compte tenu des judicieux conseils allemands et pour donner une image beaucoup plus nette de la carrière intellectuelle de l’humaniste, mais dans l’ordre d’apparition des auteurs anciens qu’il a transmis, le troisième volume en voie d’achèvement regroupe sous la première édition l’ensemble des suivantes, remaniées ou non, que rappelle un simple renvoi à l’année concernée. D’autres variations dans les méthodes méritent encore d’être notées dans les travaux des équipes françaises. Le volume sur Henri II Estienne a, par exemple, intégré des œuvres qui pourraient sembler dépasser le cadre strict de la transmission des textes anciens et être considérées comme des œuvres personnelles. On les a cependant intégrées pour ne pas les dissocier de leurs sources antiques dont elles dépendent étroitement. Quant au volume d’hellénistes français quasi achevé, il indique plus systématiquement la filiation des éditions et annote toutes les citations explicites d’auteurs anciens trouvées dans les pièces liminaires, en évitant toutefois d’en donner une édition critique de type littéraire, hors de notre propos.

Ces quelques exemples qui intéressent la présentation ainsi que le contenu de nos travaux montrent que le souci d’harmonisation tout au rebours d’une morne uniformité se garde du conservatisme, pourvu que restent présents à l’esprit les grands principes qui donnent à l’entreprise sa cohérence et sa raison d’être. L’expérience a brillamment démontré que la concertation en constituait l’instrument essentiel, susceptible en outre d’économiser un temps précieux, s’agissant d’une entreprise particulièrement exigeante à cet égard.

Ce bilan très général qu’il reviendra maintenant à chacune des équipes d’étoffer serait incomplet si l’on n’évoquait l’audience croissante d’ « Europa Humanistica » grâce à son site électronique propre, créé par Marie-Elisabeth Boutroue sur la demande de nos amis de l’Institut Huygens à La Haye, afin de rendre publique une partie du travail avant sa parution sous la forme de volumes imprimés. Très fréquenté, ce site le sera sans doute plus encore lorsqu’il sera plus régulièrement nourri par chacun d’entre nous. Plus décisive, la mise en ligne en été 2007 de la grande base de données encyclopédique BUDE est destinée, lorsqu’elle sera elle aussi suffisamment nourrie, à assurer la communication des informations bio-bibliographiques entre les équipes, à éviter des recherches identiques d’une équipe à l’autre, enfin à faciliter la création des monographies avant leur mise en page. On peut ainsi voir un signe de l’audience croissante de nos travaux à travers la vue d’ensemble qu’en ont tout récemment donnée deux copieux articles de Robert Seidel et de Jean Céard dans les Wolfenbütteler Mitteilungen et les Studi Francesi de 2007. Enfin, des négociations, entreprises à l’initiative de nos amis de La Haye avec l’Union académique internationale, seront complétées à l’issue de la présente Conférence de Budapest.

 

Pour évoquer plus précisément les perspectives d’avenir de notre entreprise en France même, deux volumes doivent paraître en 2009.

Le deuxième volume d’hellénistes français a pour unité thématique, entre 1476 et 1543, les débuts de l’enseignement du grec et des premières imprimeries dans cette langue en France, prolongés d’une manière décisive par les premiers lecteurs royaux à partir de 1530. A ce thème central on a pu constater que correspondent un milieu et des réseaux cohérents : celui des milieux royaux avant même le règne de François Ier et la figure emblématique de Guillaume Budé, déjà au cœur du premier volume. Sur cinq monographies qui n’épuisent évidemment pas le sujet, deux sont consacrées à ses précurseurs immédiats, non français, en raison d’activités érudites exclusivement menées en France : le Grec Georges Hermonyme de Sparte dont Jean-Marie Flamand va nous restituer ici les contours, l’Italien Jérôme Aléandre, venu supplanter François Tissard, l’initiateur des premières impressions françaises en grec. Quant à Jacques Toussain et au non moins prolifique, mais peu connu Jean Chéradame, ils se meuvent dans la constellation budéenne. Entre autres fruits, ces recherches ont au moins permis deux constats : la nécessité d’attribuer une égale attention pour la filiation des textes aux imprimés et aux manuscrits qui en éclairent la genèse, par exemple à partir d’Hermonyme un certain nombre de productions de Budé et de Toussain dont beaucoup de transmissions ont ainsi pu être identifiées ; s’agissant de leur réseaux ou de leur diffusion ultérieure, la nature de la documentation, ignorant elle aussi toute frontière, a confirmé s’il en était besoin l’intérêt que nous avions à la construire de concert et à l’échanger.

Annoncé d’autre part au catalogue des éditions Brepols de Turnhout pour la fin de l’année 2008, un volume faisant suite à celui qui était consacré à Henri II Estienne rassemblera tout naturellement les productions de son père Robert Ier, imprimeur royal à partir de 1539 (« imprimeur es lettres Hebraiques et Latines ») et de son frère cadet Charles qui lui est souvent associé, tous deux étant responsables d’environ 400 éditions. Ces deux volumes solidaires rappellent l’intérêt parfois négligé de la production érudite des imprimeurs de la Renaissance, dans certains cas plus importante que leur activité purement matérielle pour le compte d’autres savants.

Un troisième volume d’hellénistes français sera consacré à Jacques Lefèvre d’Etaples, figure non moins considérable sur un autre mode que celle de Guillaume Budé, ainsi qu’à ses disciples et continuateurs indissociables Josse Clichtove et François Vatable. Mieux connu pour les aspects politico-religieux de son œuvre, l’importance de Lefèvre d’Étaples pour la diffusion de textes antiques non seulement d’Aristote, mais de bien d’autres, ou son intérêt pour la mystique médiévale restent quelque peu sous-estimés et ses contributions en tant que philologue helléniste encore mal évaluées. Déjà volumineux, un inventaire de leurs transmissions textuelles en a été partiellement constitué.

 

Quelques vœux très concrets ressortant de ce qui précède serviront à conclure provisoirement, en attendant les débats qui vont suivre et les conclusions que Marie-Elisabeth Boutroue pourra tirer des différentes contributions de cette journée.

La nécessité évoquée précédemment de se concerter plus étroitement que par le passé, constituerait, en dépit des apparences, un gain de temps, temps très compté pour tous. Il serait en particulier très souhaitable de continuer à se réunir sur un rythme assez régulier et de prévoir le financement de ces réunions pour échanger nos expériences, débattre notamment d’éventuelles questions de méthode, accueillir de nouveaux candidats. Relativement courtes au regard des colloques traditionnels, ces réunions, comme les précédentes, devraient se tenir à chaque fois dans un pays différent, afin de bien marquer qu’« Europa Humanistica », internationale et non pas nationale, est bien la chose de tous, la res publica, et d’aucun en particulier.

Dans l’intervalle, il semblerait fructueux de se communiquer sans hésiter en cours de travail, soit par courrier personnel, soit sous la forme d’un forum, les problèmes rencontrés, voire des résultats partiels. L’équipe française de l’IRHT a pu faire l’expérience avec les équipes allemande et hollandaise du profit que l’on pouvait tirer de critiques ou de remarques de fond et de détail.

Ces échanges passent par l’enrichissement patient et régulier des instruments de communication récemment mis en place : site « Europa Humanistica » et base de documentation BUDE.

Enfin, la pérennisation de notre entreprise suppose des moyens de financement et la circulation entre les équipes de l’information qui en conditionne l’obtention au niveau national ou européen. Dans le même ordre d’idées et en l’absence, hélas trop fréquente, de crédits suffisants pour la création d’équipes spécifiques et durables, il conviendrait de se tenir les uns les autres au courant des conditions, différentes selon les pays, d’échanges d’étudiants doctorants ou de post-doctorants que l’on pourrait associer aux travaux de la même façon que tel ou tel spécialiste responsable, comme c’est le cas dans l’équipe belge de Louvain, de la rédaction d’une monographie.

Le bilan de ces dernières années aura au moins donné la preuve prometteuse pour l’avenir que, moyennant ruse, patience et imagination, des travaux de longue durée pourtant tout à fait à contre-courant de l’époque peuvent lentement, mais sûrement mûrir.


Pour avoir un aperçu méthodologique des publications Europa Humanistica, merci de télécharger les documents joints. EH échanges développe largement les méthodes de travail suivies, lesquelles sont schématisées et résumées à des fins pratiques dans EH grandes lignes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.