Jacobus Cruquius, son édition d’Horace, et son influence sur Richard Bentley

mercredi 22 octobre 2008, par par Demmy Verbeke (Belgique)

Abstract : This case-study discusses the Horace editions by the Flemish humanist Jacobus Cruquius (d. 1584), who was, for more than forty years, active as a professor of classical languages in Bruges. Their importance lies primarily in the fact that Cruquius was the only textual critic able to consult a set of manuscripts, later destroyed during the iconoclastic riots of 1566, which included the Codex Blandinius Vetustissimus, believed to represent an ancient branch of textual tradition offering possibly authentic readings not present in the surviving manuscripts. I furthermore establish a link between the Horace editions of Cruquius and of the famous English scholar Richard Bentley (1662-1742) through the study of a remarkable copy of one of Cruquius’ editions, previously owned by Bentley, and now preserved in the British Library.

Jacobus Cruquius, son édition d’Horace, et son influence sur Richard Bentley

La discussion de l’exemplaire de l’édition d’Horace de l’humaniste flamand Jacobus Cruquius (d. 1584) conservé au British Library à Londres est le résultat des enquêtes faites pour préparer une notice pour un volume d’Europa Humanistica. Elle illustre aussi l’importance du projet, qui inspire des nouveaux chemins de recherche dans l’histoire de la philologie classique. Enfin, une telle discussion permet de mettre en évidence l’étude des philologues peu connus, comme Cruquius, et de remettre en perspective l’activité éditoriale de certains de leurs successeurs plus célèbres.
En conséquence, cette présentation traite non seulement de Cruquius, qualifié par André Boutemy comme “un honnête philologue mais non un savant génial”, mais aussi d’un autre éditeur d’Horace, considéré par A.E. Housman comme “a tasteless and arbitrary pedant … of unique originality and greatness”, “a man so great that in his own province he serves for a touchstone of merit and has always been admired by all admirable scholars and despised by all despicable scholars” : l’anglais Richard Bentley (1662-1742). Leurs éditions d’Horace, séparées par plus de cent ans, sont toutes deux des bornes notoires dans l’histoire textuel du poète romain, et je vais esquisser les raisons de leur importance et mettre en lumière un lien entre les deux éditions et les deux éditeurs.

Jacobus Cruquius naît avant 1520 à Mesen. Il étudie à l’université de Louvain, où il obtient le grade de magister artium en 1535. Il étudie ensuite le droit canonique à la même université et suit aussi les cours de latin et grec au Collegium Trilingue, le collège de trois langues à Louvain. En 1543, il devient professeur in bonis litteris au fondation de Cuba à Bruges, où il restera jusqu’à sa mort en 1584. Il fut donc actif comme professeur des langues anciens à Bruges pendant plus de quarante années, formant la génération suivante des philologues, parmi lesquels Jacobus Raevardus, Lucas Fruterius, Victor Giselinus et Franciscus Modius.
La première publication que nous devons à Cruquius est une édition du quatrième livre des Odes d’Horace, imprimée à Bruges en 1565 par Hubertus Goltzius. Christophe Plantin publie toutes les éditions suivantes publiées du vivant de Cruquius : les Epodes en 1567, les Satires en 1573, les opera omnia du même poète en 1578 (réimprimés l’année suivante) et le Pro Milone de Cicéron en 1582. Si l’édition du Pro Milone ne semble rien offrir de remarquable, les éditions d’Horace sont considérées comme essentielles pour l’étude du texte. Ainsi Cruquius fut le seul philologue à avoir eu accès à une collection de quatre manuscrits, conservés au monastère Saint Pierre à Gand et détruits pendant les émeutes iconoclastes en 1566. Un de ces anciens manuscrits était le fameux Codex Blandinius Vetustissimus, lequel représentait une tradition ancienne absente des manuscrits que nous possédons aujourd’hui.

L’édition d’Horace de Cruquius contient trois sections. La première est le texte d’Horace établi par Cruquius. La seconde est une vue générale des scholies que Cruquius avait trouvés dans les manuscrits anciens et qu’il répète sous le titre de “Commentator”. Dans une troisième section qui suit le texte et le commentaire ancien, Cruquius ajoute ses propres remarques.
La précision des informations fournies par Cruquius sur les manuscrits anciens a été l’objet des doutes presque immédiatement après la publication : suite à la destruction des manuscrits il devint impossible de vérifier la véracité de ses informations. La controverse, maintenant connue comme le “Cruquiusfrage”, fut à son comble parmi des classicistes allemands pendant le dernier quart du dix-neuvième siècle. Tout le monde s’accordait sur le fait que les données fournies par Cruquius sur les manuscrits anciens d’Horace étaient de la plus haute importance, mais l’on débatait pour déterminer dans quelle mesure l’on pouvait réellement s’appuyer sur le témoignage de Cruquius pour l’établissement du texte. Peut-être Cruquius avait-il imposé ses propres conjectures au lecteur en faisant passer celles-ci pour des variantes du manuscrit que lui seul avait pu consulter ? Il est impossible de trancher cette question aujourd’hui, puisque les manuscrits ont disparus. Comme disait Henry de Vocht : “although philologues should move heaven and earth, it never will be made out what manuscripts were used, for any disputed passage, by him ; nor what was found by him in each instance ; nor whether, for any determined place, the old codex is exactly reproduced by him, or altered on his own head.” Et pourtant éditeurs du poète romain qui lui ont succédé ne pouvaient pas ignorer la contribution de Cruquius lequel était désormais, par pur hasard, la seule source des possibles variantes du Codex Blandinius Vetustissimus.

Richard Bentley, “the greatest name among the classical scholars of Europe of the 18th century” comme disait Sandys, a lui aussi compris l’importance de l’édition de Cruquius. Il prend la défense du le philologue flamand dans sa propre édition d’Horace, imprimée en 1711 : “Sane vir probus videtur fuisse Cruquius neque temere fides ei detrahenda est”. En même temps, il admet que Cruquius n’est pas toujours digne de confiance dans sa description et collation du Codex Blandinius deperditus : “nimium ille securus et indiligens erat”.
L’édition d’Horace de Bentley est également, sinon plus, célèbre que l’édition de Cruquius. Elle est considérée comme “the foundation document of the new ‘philology’, similar to no other contemporary edition of any ancient author” because of its “complete dispersal of traditional half-sense or non-sense by the power of reason” avec pour résultat la révision non surpassée de la vulgate de l’époque. Shackleton Bailey, un des éditeurs modernes d’Horace, estime que plus de 300 des corrections non-conjecturales proposées par Bentley ont obtenu une place permanente dans nos éditions.
Comme l’édition de Cruquius, l’Horace de Bentley fut aussi l’objet d’une controverse. Bentley, qui était Master of Trinity College, Cambridge, l’avait publié au centre d’un conflit avec les fellows du même collège. Le conflit était particulièrement virulent, ainsi que l’illustrent plusieurs pamphlets. Bentley est accusé d’avoir utilisé “scurrilous Words and Language to several of the Fellows, particularly by calling Mr. Eden an Ass, and Mr. Rashly the College Dog … and calling many others Fools and Sots and other scurrilous names”. D’autres pamphlets affirment que l’édition d’Horace de Bentley était “unnecessary, and very much unbecoming” et que “the Manner in which it is done, is beneath the Character of a Person that would make any Pretensions to good Breeding.” Ils accusent Bentley d’avoir mis “a greater value upon his own sudden Heats and Conjectures, than upon the establish’d Opinion of Mankind” et de “altering the Text … and then telling us that Horace either did, or ought to have writ so.”
L’innovation majeure de Bentley fut de refuser de suivre servilement les manuscrits et d’insister sur l’importance du jugement critique et de la divination innée de l’éditeur. Mais l’importance qu’il accordait à la contribution active de l’éditeur n’empêchait pas, on l’oublie trop souvent, l’utilisation consciencieuse des manuscrits : Bentley lui-même ajoutait “praesertim accedente Vaticani veteris suffragio” à son bon mot, cité à maintes réprises, “nobis et ratio et res ipsa centum codicibus potiores sunt”. En outre, nous savons que Bentley collationna plusieurs manuscrits pour son édition d’Horace comme l’indique un livre remarquable, possédé autrefois par Bentley, et conservé aujourd’hui à Londres, British Library shelf mark 680.d.26. Ce livre est précisément un exemplaire de l’édition d’Horace de Cruquius (la version imprimée à Leiden en 1597) et contient d’abondantes annotations de la main de Richard Bentley. Ce volume ainsi établit un lien physique entre Cruquius et Bentley.

Les notes démontrent que Bentley a utilisé cet exemplaire spécifique pour collationner des manuscrits. Bentley a noté les différences entre l’édition et chaque manuscrit, en soulignant le mot dans le texte imprimé et en annotant la variante du manuscrit dans la marge. Il fait référence aux manuscrits avec des sigla, qui sont indiqués au début de chaque livre, en fournissant des informations sur les manuscrits collationnés et ceux utilisés par Cruquius. Par exemple, nous trouvons la notice suivante, écrite par Bentley sur la page de titre des Satires : “Prima Editio Cruquij Satyrarum apud Plantinum 8to 1573. Titulo, Ex antiquissimis undecim MSS codicibus Emend. Praefert ut Epodon vero 1567 septem mss. / N Codex Norfolcianus in bibliotheca Societatis Regiae. / Codex R i.e. Regius in Biblioth. S. Jacobi”. Bentley souligne avec raison que Cruquius a édité les Epodes pour la première fois en 1567, et les Satires en 1573 et qu’il affirme, sous le titre de ces éditions, avoir utilisé respectivement sept et onze manuscrits. Ceci permet ainsi à Bentley de clarifier certaines notes où Cruquius déclarait avoir trouvé certaines variantes dans “omnes codices” (et d’autres indications pareillement vagues).
Bentley annote non seulement le texte établi par Cruquius, mais aussi les parties consacrées à l’édition du commentaire ancien et les remarques personelles de l’humaniste. Bentley souligne les passages qui l’intéressent et ajoute parfois une grande croix noire en marge pour signaler certains passages, surtout ceux qui contiennent des informations sur les manuscrits Blandiniens. Bentley recopie aussi les renseignements les plus importants fournis par Cruquius sur la page de titre, sans doute comme notes rapides qu’il consultera plus tard. L’une de ces notes, par exemple, signale que quelques-unes des bibliothèques mentionnées par Cruquius (et donc aussi les manuscrits conservés dans cettes bibliothèques) devaient avoir été détruites avant 1570 : “Bibliotheca Blandinia et Dunensis exustae p. 308 ante annum D[omi]ni 1570”. Et, en effet, Cruquius avait signalé en page 308 de son édition que la bibliothèque blandinienne comme la bibliothèque du monastère des Dunes à Koksijde, avaient été détruites par les rebelles protestants dans les années 1560.

L’étude de l’édition de Cruquius de Bentley permet d’éclairer certains aspects de sa propre édition. Il est évident que Bentley a d’abord utilisé l’édition de Cruquius pour obtenir plus d’information sur le Codex Blandinius Vestustissimus. Il n’accepte qu’une seule conjecture proposée par Cruquius, dans le premier livre des Satires, satire 9, ligne 30, où il lit “mota divina anus urna” au lieu de “divina mota anus urna”. Bentley propose la même correction et affirme qu’il l’avait déjà conjecturée avant de la trouver dans les notes de Cruquius. Il admet à contrecoeur que Cruquius mérite la paternité de cette conjecture, mais trouve du réconfort dans l’assurance que personne n’aurait adopté la suggestion de Cruquius s’il ne l’avait lui-même adoptée : “Atque haec quidem mihi olim in mentem venerant ; postea apud bonum Cruquium conjecturam reperi. Is ergo, quando haec rara avis est et fere unica, gloriam hanc me volente obtineat. Mihi satis erit, si, cum nemo hactenus monenti ei obtemperaverit, posthac me adjutore magis morigeros habuerit.”

Appendix : Éditions de Cruquius
– Q. Horatii Flacci Carminum liber quartus (Bruges, Hubertus Goltzius, 1565)
– Q. Horatii Flacci Epodon liber (Anvers, Christophe Plantin, 1567)
– Q. Horatii Flacci Satyrarum seu potius Eclogarum libri II (Anvers, Christophe Plantin, 1573)
– Q. Horatius Flaccus (Anvers, Christophe Plantin, 1578) [i.e. opera omnia d’Horace]
– Q. Horatius Flaccus (Anvers, Christophe Plantin, 1579) [= l’édition de 1578 avec une nouvelle page de titre]
– M. T. Ciceronis Oratio Pro T. An. Milone (Anvers, Christophe Plantin, 1582)
– Q. Horatius Flaccus (Leiden, Franciscus Raphelengius, 1597) [= l’édition de 1578 avec deux collections limitées de notes par Janus Dousa sr. (1545-1604)]
– Q. Horatius Flaccus (Leiden, Franciscus Raphalengius, 1611) [identique à l’édition de 1597]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.