Conférence de La Haye – 2005

Europa Humanistica : réunion de La Haye

vendredi 16 décembre 2005, par Jean-Francois Maillard, Jean-Marie Flamand, maelbo

Compte-rendu de la conférence des 7-8 octobre 2005 à l’Institut Huygens, La Haye

Vendredi 7 octobre

– Le dr. Henk Wals, directeur de l’Institut Huygens, ouvre la conférence en souhaitant la bienvenue aux équipes qui participent ou participeront dans divers pays à l’entreprise « Europa Humanistica », représentées par M. le pr. Robert Seidel, Mme Susann El Kholi et M. Volker Hartmann (Allemagne), M. le pr. Dirk Sacré (Belgique), Mme Patricia Cañizares Ferriz (Espagne), M. Jean-François Maillard, Mme Marie-Elisabeth Boutroue, M. Jean-Marie Flamand et M. Guy Cobolet (France), M. le pr. István Monok et Mme Csilla Biró (Hongrie), M. Luca Boschetto (Italie), MM. Henk Nellen et Steven Surdèl (Pays-Bas), Mme le pr. Henriette Harich-Schwarzbauer (Suisse).

Mme le pr. Marie-Luce Demonet, directrice du CESR de Tours, empêchée au dernier moment, s’était excusée. –

Marquant tout l’intérêt que porte à l’entreprise l’Institut Huygens, M. Wals souligne en premier lieu la nécessité de développer les études humanistes, non moins importantes que celles qui concernent le XVIIe siècle pour l’histoire des temps modernes, notamment dans le domaine des sciences. Aussi propose-t-il que le programme d’ « Europa Humanistica » soit soutenu et prolongé par la mise en place de groupes de recherche spécifiques. – M. Nellen ouvre la séance et présente le programme de la conférence.

En avant-propos, M. Maillard, coordinateur de l’entreprise, remercie l’Institut Huygens et son équipe humaniste d’avoir accueilli à La Haye l’ensemble des participants qui représentent déjà huit pays européens et du soin que celle-ci a mis à co-organiser la conférence. Rappelant l’esprit confédéral de l’entreprise, il exprime le vœu que soient toujours conciliés d’une part la cohérence des objectifs scientifiques et l’harmonisation des méthodes de travail, d’autre part les besoins de chaque équipe et les particularités nationales, parmi lesquelles la langue utilisée dans nos publications. La présente conférence commencera par mettre en évidence à travers des exemples précis les progrès de nos travaux depuis notre première réunion à Paris en avril 2001 pour en illustrer les aspects novateurs. Un deuxième volet consacré aux nouvelles technologies montrera la double nécessité de constituer une documentation commune à toutes les équipes et de travailler en réseau, en vue de résultats plus rapides et sans duplications. Enfin, devront être évoqués les moyens pratiques pour consolider et étendre l’entreprise.

 

– M. Monok présente son programme en cours sur les humanistes du bassin des Carpates, hongrois ou non, soit en tout cinq volumes : biblistes (sous presse), Johannes Sambucus, en voie d’achèvement, André Dudith, les humanistes nés avant 1550 tels que Janus Pannonius, les humanistes saxons de Transylvanie. Un volume supplémentaire pourrait rassembler les paraphrases. M. Monok évoque différents problèmes de méthode. Comment distinguer toujours nettement les imprimeurs-libraires transmetteurs et non transmetteurs ? Sont également évoqués le problème de la paraphrase, adaptation libre que l’on ne retient pas si ne figure pas le texte original, et celui des redondances d’un pays à l’autre (Pannonius édité par Beatus Rhenanus), qu’une concertation entre les équipes concernées permettrait de résoudre aisément.

Mme Biró expose ensuite les résultats de son travail sur Sambucus dans le cadre d’un thèse de doctorat et rend évidente la complémentarité de ses recherches sur l’ensemble de la production de cet humaniste et de la rédaction du volume 2 qui retient seulement ses aspects proprement philologiques.

 

– M. Hartmann et Mme El kholi dressent le bilan des travaux dirigés par le pr. Wilhelm Kühlmann sur les humanistes du Palatinat : Janus Gruter et Marquard Freher (volumes 1 et 2 sous presse), une série d’humanistes pour un troisième volume achevé à 80 %, parmi lesquels Johann Wimpheling, Postius, Opsopoeus, Xylander, Friedrich Sylburg et Denis Godefroy. Mme El Kholi a souligné de son côté la variété des transmissions textuelles, y compris en langue vernaculaire, de Marquard Freher, juriste formé par Jacques Cujas et historien. Cet exemple, comme celui de l’Alsacien Wimpheling ou de l’éditeur érudit Jérôme Commelin, montre les interférences d’un pays à l’autre et le critère décisif du lieu d’exercice de l’érudit plutôt que celui de sa nationalité d’origine.

Un débat s’est ensuite engagé sur la question des manuscrits à prendre en compte, dont il ressort qu’on ne peut taire certaines transmissions manuscrites significatives (par ex. Straneus à l’université de Valence pour le grec, Agosto Valdo pour Pline l’Ancien), quitte à considérer comme moins importantes celles d’humanistes qui purent imprimer leurs travaux à leur guise (Gruter). Il a cependant paru simple et peu coûteux en temps de recherche de noter toutes les transmissions manuscrites trouvées dans la littérature secondaire au cours du travail et de se limiter à une vérification rapide dans quelques grands répertoires et bases de données comme celle de Munich.

 

– M. Maillard s’appuie sur trois humanistes (Georges Hermonyme de Sparte, François Tissard et Jean Chéradame) qui figureront dans le deuxième volume d’hellénistes français à paraître en 2006 (le troisième, en chantier, concernera Jacques Lefèvre d’Etaples, Josse Clichtove et François Vatable) pour illustrer le renouvellement des connaissances relatives aux cercles érudits et aux réseaux humanistes nationaux et internationaux grâce à la publication systématique des pièces liminaires et à la redécouverte d’œuvres transmises souvent rares.

Au-delà de leur propos philologique, ces documents mettent en lumière la pensée de l’humaniste, la diversité des enjeux contemporains et des affrontements, mais remettent également en cause les simplifications historiques. Ainsi, le programme budéen et le milieu qui donnera naissance au Collège royal étaient déjà en place depuis près d’un demi-siècle. La restitution plus fidèle des contours tant intellectuels que politiques de ces cercles et réseaux humanistes suppose pour y parvenir qu’Europa Humanistica se concerte elle-même en réseau et échange sous d’autres formes ses informations.

 

– M. Nellen présente l’exemple de Gisbertus Longolius, qui confirme l’importance des préfaces pour combler les lacunes biographiques intéressant la carrière de l’humaniste, préciser la pratique de son enseignement, comme a permis de le faire une préface reprenant au XVIIe siècle une édition de texte aujourd’hui disparue, et en général éclairer ses méthodes philologiques adaptées aux besoins de ses étudiants, tant pour établir que pour traduire les textes. Les préfaces remplissent également une fonction apologétique : sauver les lettres et la philosophie païenne pour leurs qualités rhétoriques et pédagogiques. L’exemple de Longolius soulève divers problèmes de méthode dans le cadre de notre entreprise : l’extrême dispersion des éditions conservées dans toute l’Europe et le coût élevé d’un examen des nombreuses éditions plus tardives qui reprennent des extraits de l’œuvre originelle ; la nécessité de prendre en considération non seulement les pièces liminaires, mais l’ensemble du texte pour juger des réelles modifications apportées d’une édition à l’autre, afin de compléter les informations souvent imprécises que donnent à cet égard les dédicaces, au risque d’alourdir exagérément le travail. Un débat s’engage alors sur la limite chronologique à poser à l’inventaire et à l’étude des éditions d’un humaniste donné. Une limite, différente selon les auteurs anciens et les œuvres transmises, semble s’imposer, afin de ne pas confondre histoire de la transmission humaniste et histoire du texte jusqu’à nos jours.

 

– La seconde partie de la séance est consacrée à la présentation des travaux en cours ou en projet dans différentes équipes. Mme Cañizares expose l’état d’avancement des travaux sur les humanistes espagnols, menés par l’équipe madrilène du pr. Lisi, qui viennent d’aboutir à un premier vivier de 338 humanistes espagnols des XVIe-XVIIe siècles, à partir d’un fichier de travail fourni par l’équipe parisienne. Cet indispensable inventaire préalable permet d’envisager la mise en chantier d’un premier répertoire alphabétique d’humanistes espagnols. Mme Cañizares évoque enfin le problème général des humanistes dont les activités se déroulent hors de leur pays d’origine, tels que les Italiens en Espagne et les Espagnols à Naples, et conclut à la nécessité de répartir avec souplesse entre les différentes équipes concernées les humanistes selon l’aire culturelle où ils ont effectivement œuvré.

– Représentant Mme le pr. Concetta Bianca, de Florence, M. Boschetto présente ensuite un projet de recherche sur les humanistes italiens, suffisamment trans-régional pour fédérer à terme plusieurs équipes au niveau national. Commençant tout naturellement par le Quattrocento, le travail porterait dans un premier temps sur les chanceliers et les ambassadeurs humanistes, en adoptant un regard transversal qui manquait à des figures souvent connues, mais étudiées pour elles-mêmes dans leur contexte local. Un ouvrage d’ensemble sur les traducteurs en latin et en langue vernaculaire, qui manque actuellement, pourrait également être envisagé.

– Coordinateur de l’équipe belge, M. Sacré présente les deux phases du programme de travail prévu. Dans un premier temps, l’équipe participera à la rédaction du premier volume d’humanistes néerlandais, qui sera achevée en 2006, pour les humanistes de Haarlem, Deventer et Anvers (Coornhert, Junius, Agricola, Murmellius, Longolius, Pulmannus, Van Ghistele). Dans un deuxième temps, l’équipe belge prendra en charge pour un volume à paraître en 2009 les humanistes liés à la fondation du collège trilingue de Louvain jusqu’en 1575, date de la fondation de l’université de Leyde. Il comportera entre autres Nannius et Barlandus, dont MM. Nellen et Laureys donneront les monographies. Indépendamment du problème posé par Erasme et de sa bibliographie de quelque 300 éditions, une liste de monographies sera établie pour deux autres volumes après 2009, pour peu que soit aplanie d’ici là la question du financement.

– M. le pr. Seidel expose son projet de création à Francfort d’une équipe consacrée aux humanistes de Hesse, liés aux universités de Marbourg, Gießen, Francfort, Hanau, Cassel et Darmstadt. Le projet soumis l’an dernier à la DFG fera l’objet d’une nouvelle candidature sur la base de quelques spécimens représentatifs, le corpus se limitant plus précisément au réseau intellectuel, aux personnages et aux œuvres les plus importants.

– Mme le pr. Harich Schwarzbauer commence par décrire le programme interdisciplinaire « Opera poetica basiliensia » (2003-2005) et la situation en Suisse, en soulignant qu’un nouvel intérêt pour l’humanisme passe par le renforcement de ses liens avec les études anciennes, la littérature comparée, la philosophie, dans le cadre d’un projet non pas national, mais culturel et international, en l’occurrence avec les universités alsaciennes de Mulhouse (Marie-Laure Freyburger-Galland) et de Strasbourg (James Hirstein), les résultats de la recherches devant par ailleurs être valorisées dans l’enseignement. Les projets avec l’Union européenne seront favorisés. Selon ces lignes directrices très proches de l’esprit qui anime « Europa Humanistica », la mise en place d’une équipe humaniste suisse à Bâle, l’un des lieux d’échanges les plus importants à la Renaissance en matière d’érudition et de typographie, a paru particulièrement souhaitable à très brève échéance.

– La discussion du document franco-allemand récapitulatif des lignes directrices de nos recherches et de la méthode de travail suivie ayant déjà eu lieu à La Haye en décembre 2003, il a paru préférable d’en communiquer seulement le texte aux nouveaux participants à qui il a été demandé, ainsi qu’aux autres équipes, de renvoyer dès que possible leurs propositions d’amendement ou de complément. Un débat général s’engage ensuite sur les moyens humains et matériels à mettre en œuvre pour consolider les équipes actuelles ou permettre aux équipes nouvelles de commencer à travailler. Les possibilités d’une candidature dans le cadre de l’UE, la seule véritablement adaptée à l’esprit et aux besoins de l’entreprise, ont à nouveau été examinées, dans le cadre d’un tout récent appel d’offres de 36 millions d’ €, évoqué par M. Monok. Deux pistes plus légères et immédiates doivent du moins être explorées : celle de la Fondation européenne de la science (ESF) et des bourses européennes du type Marie-Curie ou Eurocores, d’autre part l’obtention de bourses post-doctorales au niveau universitaire. Il a été convenu que chacune des équipes universitaires présentes s’informerait et ferait circuler l’information sur les conditions actuelles, différentes d’un pays à l’autre. Outre ce dernier type de bourses, prévues pour un séjour à l’étranger, d’autres très courtes, de quatre à six semaines, existent en Allemagne pour un travail en bibliothèque.

Quoi qu’il en soit, le recours à plusieurs sources différentes n’est pas à négliger pour le démarrage d’une équipe encore dépourvue d’une reconnaissance et de subventions plus importantes. L’exemple hongrois donné ci-dessus du travail mené par Mme Biró montre qu’une thèse de doctorat peut servir à la rédaction parallèle d’une monographie, de même que le recours ponctuel à des spécialistes peut pallier en partie le manque de personnel permanent et permettre une publication, comme ce sera le cas pour les équipes belge et néerlandaise.

– Pour finir, M. Surdèl présente le résultat de l’heureuse initiative prise par M. Henk A. G. Braakhuis, ancien directeur par interim de l’Institut Huygens, de solliciter le patronage d’« Europa Humanistica » par l’Union académique internationale, candidature agréée dans la catégorie C sans financement ordinaire, lors de sa 79e session des 23-28 mai à Ankara. Les équipes présentes demandent toutefois que soient précisées les conditions mises par le président Pasquale Smiraglia. Ainsi, il devra être indiqué explicitement que l’agrément a été donné à l’entreprise (et non le « projet »), dans son ensemble, présentée par l’Académie royale néerlandaise des sciences. Le maintien de l’intitulé « Europa Humanistica » sera demandé au lieu de celui qui a été proposé par l’UAI (« Corpus Humanisticarum Praefationum »), trop restrictif. Il a été convenu que chacune des équipes présentes fournirait sous un mois le bref résumé de ses activités et/ ou de ses projets.

– M. Maillard conclut cette première journée en notant la richesse de l’information rassemblée, les progrès accomplis depuis la conférence fondatrice d’avril 2001, l’intérêt que présente pour nous tous les travaux décrits et les questions de fond qu’ils ont suscitées. En découle la nécessité de se concerter davantage et de faire plus régulièrement circuler l’information, sans attendre de se réunir à nouveau. Le rythme de trois années entre chaque réunion, à tenir si possible dans un pays différent, paraît le plus efficace pour faire le point et développer l’entreprise.

Samedi 8 octobre

– La circulation de l’information grâce aux nouvelles technologies, en premier lieu au service des participants d’ « Europa Humanistica », en second lieu d’un public plus large de spécialistes de diverses disciplines, a fait l’objet de la demi-journée suivante à laquelle participait M. Peter Boot (Service informatique de l’Institut Huygens).

– Mme Boutroue a commencé par décrire, démonstrations à l’appui, les objectifs de la base documentaire humaniste BUDÉ et son état actuel avant sa prochaine mise en ligne, en janvier 2006. Il est prévu de dépasser 200 000 enregistrements à la fin de cette même année. Ont été précisées les modalités d’utilisation et d’enrichissement de la base par nos différentes équipes. Afin d’éviter deux opérations distinctes et coûteuses en temps, le moyen d’extraire dans l’ordre tous les éléments préalablement saisis des monographies à mettre en page a d’autre part été mis au point sur la demande judicieuse de l’Institut Huygens. Cette application, qui fonctionne localement à partir du logiciel Access de Microsoft sera remplacée par une application en ligne dans la version suivante. Dans celle-ci, disponible en ligne début 2006, chaque équipe disposera d’un accès administrateur restreint permettant l’ajout et la suppression de données, l’équipe parisienne gardant l’administration technique de la base.

– Sur la demande également de l’équipe néerlandaise, a été réalisé un site « vitrine », lié à la base précédente, pour rendre visible le travail en cours. Ce site fonctionne à partir d’un CMS (SPIP) et de diverses fonctionnalités ajoutées (barre typographique, gestion d’albums d’images) A la date du 8 octobre, moyennant une publicité pourtant limitée, le site, en constante progression, avait reçu 7102 visites en 14 mois. Chaque équipe peut intervenir sur le site pour publier ses propres travaux en cours. Le site comporte également un forum interne, invisible de l’extérieur qui permet de laisser des informations plus confidentielles. M. Monok a rappelé à ce propos l’obligation légale à respecter vis-à-vis de l’éditeur Brepols de ne donner en ligne que des extraits des travaux publiés dans les volumes. Le site est consultable à l’adressehttp://www.europahumanistica.org.

– Touchant les bibliothèques numériques au service de la documentation humaniste, M. Monok décrit l’état d’avancement du programme international de numérisation de la bibliothèque corvinienne actuellement conservée dans 52 bibliothèques de trente pays : un DVD a été réalisé pour les 52 manuscrits conservés en Hongrie. Dans le cadre d’une base de données sur les imprimés et les bibliothèques de Hongrie aux XVIe-XVIIe siècles (« Bibliotheca eruditionis »), 70 000 pages ont été déjà numérisées. La base Arcanum Adatbázis recense les fonds numérisés de 52 bibliothèques hongroises. La bibliotheca corviniana est visible à l’adresse http://www.corvina.oszk.hu/ ; la base de données à l’adresse http://www.eruditio.hu/.

– Mme Cañizares expose les différents projets de numérisation, la plupart liés aux travaux de l’équipe sur les humanistes espagnols et à l’opération financée par la Comunidad de Madrid depuis 2002, en vue de créer une bibliothèque virtuelle des 338 humanistes sélectionnés, actuellement disponible en ligne sur le site du groupe de recherche Akademos, de l’Université Carlos III de Madrid (Biblioteca Virtual del Humanismo Espagnol). Il est également prévu de numériser les pièces liminaires imprimées et les pièces autographes, enfin de créer ultérieurement une revue d’humanisme espagnol. Mme Cañizares présente en outre le catalogue en ligne des livres anciens (Catálogo Colectivo del Patrimonio Bibliográfico Español) réalisé par le ministère de la culture, indiquant systématiquement les cotes d’ouvrages conservés dans les bibliothèques publiques et privées du pays. Le site de la biblioteca virtual est consultable à l’adresse http://www.uc3m.es/uc3m/inst/LS/humanistasinicio.html.

– M. Cobolet décrit les progrès de Medic@, la bibliothèque virtuelle de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine, lancée en 2001, qui comprend en octobre 2005 une banque d’images (6 000 illustrations) et 3 000 documents numérisés (monographies, thèses, articles de périodiques, manuscrits), soit un total de 600 000 pages accessibles en ligne. Medic@ est organisée en séries thématiques, et comprend notamment un corpus des médecins de l’Antiquité rassemblant les éditions de dix-sept auteurs anciens, accompagnées de présentations savantes et d’index permettant la consultation. Le site de la BIUM est consultable à l’adresse http://www.bium.univ-paris5.fr.

– Mme Boutroue présente au nom de Mme Demonet, empêchée de venir au dernier moment, les Bibliothèques virtuelles humanistes (BVH), numérisant dans un premier temps 2 000 volumes, principalement conservés dans les bibliothèques de la région Centre. Mme Boutroue évoque également les recherches menées par plusieurs laboratoires de recherche en informatique (Lyon et Tours) avec le service informatique du CESR de Tours en vue de l’indexation en mode texte des textes numérisés. Ces progrès sont rendus possibles grâce au logiciel Agora, mis au point au laboratoire d’informatique de Tours, qui permet une analyse automatique de la mise en page et l’isolement des divers blocs de texte et d’images. La mise en œuvre de ces outils permettra ensuite de passer au mode texte, à l’aide d’un logiciel de transcription assistée par ordinateur (TAO). Les bibliothèques virtuelles humanistes sont visibles à l’adressehttp://www.bvh.univ-tours.fr.

– Mme Boutroue conclut la demi-journée. Au terme de ces exposés, il apparaît que de nombreux programmes sont en cours dans les diverses équipes d’Europa Humanistica dont le but commun est d’assurer la publication et le partage des sources. A ce stade de notre travail, il est particulièrement important de rester en contact et d’échanger le plus possible les informations, notamment à l’aide des outils nouvellement créés : on pense particulièrement au site « vitrine » qui pourrait nous servir d’extranet commun. Reste cependant posé le délicat problème de la recherche de financements pour ce volet d’Europa Humanistica.

– Pour illustrer la conférence, une visite a été organisée par l’Institut Huygens au Musée du livre Meermanno-Westreenianum, sous la conduite de son conservateur, Dr. Jos van Heel. Elle a permis d’y découvrir de rares manuscrits provenant notamment de la bibliothèque des jésuites du collège de Clermont et quelques-uns des 1500 incunables conservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.