Les études grecques dans le cercle humaniste de vienne

Communication de M. Christian Gastgeber

Equipe autrichienne

Pour lire cet article allemand

La présente contribution a pour objet la fondation des études grecques chez les humanistes viennois au début du xvie siècle. L’idéal d’une double langue, latine et grecque, provenant de l’humanisme italien, a été introduit outre-Alpes par les étudiants et les érudits. Non loin de Vienne, c’est Bude sous le règne de Matthias Corvin qui fut le premier foyer où furent rassemblés des textes grecs, sous les auspices d’érudits italiens. Vienne, en revanche, n’était pas en mesure d’inaugurer des études grecques avant l’arrivée de Conrad Celtis, promoteur des études classiques. La question n’était pas seulement celle de la pénurie de maîtres bien exercés dans la langue grecque, mais du manque de textes grecs tant manuscrits qu’incunables. Au début de l’humanisme viennois du xve siècle, les citations d’auteurs grecs étaient seulement disponibles dans des traductions latines soit de l’époque scholastique, soit déjà dues aux humanistes. Le fonds des manuscrits grecs de la bibliothèque impériale reflète bien cet état de choses.

Les premiers progrès résultent des relations nouées avec Alde Manuce et de l’importation de textes imprimés dans son officine, principalement grâce au truchement de Conrad Celtis et de Jean Cuspinianus, tandis que les libraires viennois Léonard et Lucas Alantsee entretenaient aussi d’étroites relations avec Alde. Contrairement néanmoins à ce qui se passait en Italie ou à Paris, les manuscrits grecs étaient, cas exceptionnel, à la disposition des humanistes viennois dans la bibliothèque de Bude, demeurée fût-ce après la mort de Corvin en 1490 l’une des plus importantes bibliothèques au nord des Alpes, au moins jusqu’en 1526. Les humanistes viennois entrèrent en relation avec leurs collègues hongrois (Celtis se trouva là encore l’organisateur de ce réseau à l’est de l’Europe), l’existence des manuscrits en ce lieu incitant en outre les ambassadeurs impériaux à la cour hongroise, eux-mêmes érudits à l’occasion, à aller voir la bibliothèque et à en étudier les manuscrits. Les alliances entre les dynasties jagellonne et habsbourgeoise en 1515 permirent un accès encore plus aisé à cette bibliothèque.

À l’université de Vienne surgit un débat d’idées pour savoir qui des Italiens ou des Allemands devaient prendre en charge les études humanistes. La préférence fut donnée aux Italiens qui furent les premiers à fonder les études grecques sur un enseignement effectif de la langue, tandis que le groupe inclinant du côté germanique obtint la désignation de Conrad Celtis qui put mettre en oeuvre à Vienne son programme humaniste bilingue. Nonobstant ce débat d’idées, les érudits allemands et italiens coopérèrent en s’encourageant mutuellement. Vienne devint ainsi graduellement un centre de publication d’auteurs grecs, désormais aussi dans leur langue d’origine, ce que rendait possible l’ouverture des imprimeurs-libraires à un nouveau marché, les professeurs fournissant les matériaux des érudits, les étudiants constituant la clientèle. À partir des années 1520, Vienne était en mesure de s’associer à part entière au mouvement européen, occidental, pour l’instauration des études grecques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.